5-secrets-du-bonheur

5 secrets du bonheur par Delphine, maman d’enfant autiste

Delphine est la maman de cinq enfants dont Ethan, 6 ans, qui souffre d’autisme. Dans notre entrevue pour les Fabuleuses, elle parlait avec authenticité de ses défis de maman. Cette conversation a été pour moi une grosse leçon d’humilité face à la gestion de mes frustrations quotidiennes. Aujourd’hui, découvrez les 5 secrets de Delphine pour cultiver le bonheur !

1. Accepter la difficulté 

« La vie n’est pas toujours la fête que nous espérions, mais puisque nous sommes là… dansons ! » Cette phrase n’est pas de moi mais elle me motive au quotidien. Non, ce n’est pas facile d’être la maman d’un enfant handicapé. Mais personne ne m’avait promis la facilité finalement… et à vous non plus ! Alors osons la joie !

DSC_02012. Ralentir

« La vie n’est pas une urgence —  c’est un cadeau. Son cadeau pour toi. La vie, c’est comme un dessert — trop bon, trop éphémère pour ne pas ralentir et savourer. » (Ann Voskamp, traduit de l’anglais)

Penser à l’avenir d’Ethan et à mon avenir en tant que sa maman, ça me fait peur. Avec le temps, j’ai commencé à apprendre que la vie est faite de cadeaux et que pour les voir et les saisir, je dois ralentir. La vie n’est pas une urgence. Vivre, c’est s’investir dans l’instant présent et ne pas s’inquiéter pour l’avenir.

3. Cultiver la gratitude

J’ai un cahier où je note tous les cadeaux que je reçois. Vous voulez un extrait ?
– L’odeur d’un crayon de bois fraîchement taillé.
– L’air frais du matin dans ma chambre
– Le rire de mes enfants
– Le tic-tac de l’horloge dans la maison calme
– La malice d’un regard…

Pour moi, la gratitude ce n’est pas simplement du positivisme ; c’est dire merci à Dieu parce que tout ce que j’ai me vient de lui. Quelles que soient vos croyances et les aléas de vos vies, testez la reconnaissance et vous verrez qu’aujourd’hui est beau. Vous verrez que dire merci permet à la joie de débarquer. Une joie qui dépasse les circonstances !

10439354_10204429661846355_3022152944201024277_n4. Simplifier

Ne vous mettez pas la pression. Le foyer, c’est la chaleur d’une maison confortable, peuplée de famille et d’amis venus (et bienvenus) de tous horizons. On peut être bien, là ensemble, sur le canapé, près du feu, et vivre un moment de simplicité extraordinaire. Même si l’étagère à chaussures porte encore des tailles 22 que plus personne ne met et d’autres exemplaires éventrés et dépareillés. Ca peut attendre !

Accueillir sereinement les mots et les maux des uns et des autres, voilà l’essentiel.

« L’urgent est fait, l’indispensable est en cours… pour les miracles, prévoir un délai. »

«La maison était rangée hier. Désolée, vous avez manqué ça ! »

5. Développer son imagination

Nous, les mamans d’enfants handicapés, nous sommes forcées d’apprendre à relativiser. Nous devons sans cesse développer notre imagination et trouver des combines. Finalement, cela concerne tout le monde : apprendre à se dépasser pour être patient, espérer… et aimer.

Lire l’interview de Delphine, maman d’enfant autiste

Je partage sur Facebook