4 étapes dans l’épuisement parental - Fabuleuses Au Foyer
Maman épuisée

4 étapes dans l’épuisement parental

Agathe Portail 25 mars 2022
Partager
l'article sur


Les 4 étapes…

Si tu es ici, c’est que les termes fatigue extrême, épuisement maternel, burn out parental te parlent. Peut-être même que tu es en train de te demander à quel stade de la catastrophe tu te situes… Chez les Fabuleuses, on vous écoute et on connaît, grâce à vos témoignages, la vaste palette de l’épuisement émotionnel qu’on peut vivre en étant parents.

L’important, c’est de réagir avant d’arriver au fond du fond : le fameux burn out maternel. 

Où te situes-tu ?

L’épuisement parental étape 1 : Sur le fil

Tu tiens, tu tiens, tu pompes dans tes réserves de sommeil, de bonne humeur, d’amour pour maintenir le cap et offrir autour de toi ce visage souriant et patient dont tu estimes qu’il est bien le minimum qu’une mère puisse proposer à son entourage. Tous tes muscles sont contractés, tu t’agrippes à ta to-do-list, et même si tu sens que le réservoir se vide plus vite qu’il ne se remplit, tu ne t’autorises pas à ralentir et encore moins à renoncer, parce que ce serait l’échec total.

Tu t’es toujours dit que, toi maman, tu ne crierais pas.

Que, toi maman, tu ne négligerais pas ton couple, tu ne renoncerais pas à ta carrière, tu n’abdiquerais pas sur ton apparence, tu fournirais de la tendresse à la demande et tu ne déléguerais pas les devoirs du soir. Lâcher sur une seule chose et c’est toute ta personne idéale qui se fissure… et c’est inenvisageable. Les voyants clignotent dans tous les sens mais tu continues à rouler à toute allure. Je t’en prie, écoute ceux qui t’aiment et qui voient que tu fonces dans le mur : il est encore temps de stopper le processus d’épuisement.

Personne ne te demande d’assurer sur tous les fronts en même temps, nos ressources ne sont pas infinies, ni les tiennes, ni les miennes.

L’épuisement parental étape 2 : C’est la crise

Cette étape est « optionnelle », certaines peuvent aller directement en prison sans passer par la case départ. Lorsqu’elles réalisent qu’elles n’arrivent pas à tenir sur tous les fronts, les mamans qui ont pendant des semaines tenu sur leurs réserves n’ont parfois même plus l’énergie de vivre ce moment de crise. Les cris, les larmes, l’énervement et les portes qui claquent parce qu’on se sent perpétuellement à bout de nerfs nécessitent une bonne dose de vitalité.

Si tu es toi-même dans cette situation, sache que c’est une chance inespérée de te sortir de l’épuisement parce que tu as renoncé à la perfection inatteignable que tu poursuivais à l’étape 1 et tu n’es pas encore totalement vidée, puisque tu t’énerves encore.

Un seul conseil :

Attrape la main qui t’es tendue à ce moment-là pour te sortir du cycle infernal “je crie-je m’en veux-je me déteste encore plus-je crie”.

Plus tu attends, plus il va falloir aller te chercher loin dans l’épuisement, et plus tu vas mettre du temps à remonter la pente. La crise, c’est ta chance !

L’épuisement parental étape 3 : tu coules et tu t’isoles

À ce nouveau stade, tu t’es déçue profondément. Les autres semblent y arriver et pas toi. Comment faisaient nos mères ? et nos grand-mères ? et la voisine ? et Kate Middleton ? La suite logique de la déception que tu peux ressentir à ton égard, c’est le dégoût. Et personne n’a envie de montrer au monde quelque chose d’aussi dégoûtant que “ça”.

Puisque tu n’as plus la force de faire bonne figure, tu ne figures plus nulle part.

Tu es sur messagerie pour la planète entière. Tu t’isoles parce que, franchement, quelle amie / collègue / épouse / maman en carton tu fais !? C’est honteux. Tu te coupes de toutes les chances qui te restent de remonter la pente, parce qu’au fond, tu estimes ne pas mériter qu’on t’aide à sortir du trou. C’est le moment encore, peut-être, où une phrase peut te faire l’effet d’un électrochoc et t’aider à reprendre pied.

Chère Fabuleuse,

Tu n’as pas besoin d’être aimable pour être aimée. Tu es aimable parce que tu es. Point. À partir de là, tu peux détricoter toutes ces phrases assassines que tu t’envoies en permanence à la figure. Tu es donc tu vaux. Et beaucoup.

L’épuisement parental étape 4 : plus rien n’a de goût ni d’importance

Le voilà, le fameux burn-out parental. C’est ce moment où tu t’en fiches. De tout. Ton dialogue intérieur, auparavant si méchant envers toi-même, s’est arrêté. Dans ta tête c’est le silence, puisque tout a été dit. Tu n’aspires qu’à dormir le plus longtemps possible. Le « Maman ! » qui sonne la fin de la sieste, tu le hais, parce que tu vas devoir enclencher le pilote automatique et te mettre en mouvement pour changer une couche, nourrir quelqu’un, lire une histoire sans rien comprendre parce que les mots n’ont plus de sens, faire semblant d’écouter. L’envie n’est plus là, et tu te meus dans un océan d’indifférence.

Chère Fabuleuse,

J’espère ardemment que tu n’en n’es pas encore là, parce qu’alors le chemin va être long pour remonter à la surface. Mais si tu y es, si tu te reconnais dans ce brouillard incolore et inodore, alors j’ai bon espoir pour toi : ça ne pourra pas aller plus mal.

Le fond, tu y es, et bien.

C’est le moment de donner le coup de pied qui va te faire remonter à la surface. Il existe des solutions, et ces solutions existent parce que d’autres que toi sont passées par là. 

Nous sommes plutôt nombreuses d’ailleurs. Des filles super, des filles que tu as enviées à la sortie de l’école, des sportives, des amoureuses, des comptables et des artistes, des mamans solo ou amoureuses, des mamans de 1, 2 ou 8. Il n’y a pas de profil type et il ne te viendrait jamais à l’esprit de considérer toutes ces femmes comme des rebuts de la société. Aujourd’hui, tu fais partie de cette grande foule de mamans qui, à un moment, sont allées au bout du bout de l’épuisement.

Et toutes ces Fabuleuses que tu admires aujourd’hui, c’est toi demain. Nous, on sait que tu peux t’en sortir.



Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour commencer la journée avec un petit remontant spécial maman ! C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


Cet article a été écrit par :
Agathe Portail

Maman de 4 enfants (très) rapprochés et girondine d'adoption, Agathe Portail écrit des polars publiés chez Calmann Levy et des histoires jeunesse pour la Fabrique à histoires de Lunii. 
https://calmann-levy.fr/auteur/agathe-portail

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
Quand la to-do list vire à l’overdose
«  T’as qu’à te le noter ! » Ouuuh la petite phrase clivante que voilà… Alors, dis-moi : tu la prononces[...]
Quand maman marche sur le fil
Quand maman marche sur le fil, qu’elle ferme les yeux pour ne plus voir le vide,qu’elle voudrait oublier le linge[...]
Conception et réalisation : Progressif Media