Quatre Fabuleuses toujours debout - Fabuleuses Au Foyer
Vie de famille

Quatre Fabuleuses toujours debout

Anna Latron 9 mars 2021
Partager
l'article sur


Aujourd’hui, je voudrais te parler de Fabuleuses “de la vraie vie”. De quatre femmes avec qui j’ai eu la chance de passer un peu de temps ces dernières semaines et qui m’ont ouvert les portes de leur foyer.

Elles m’ont aussi ouvert leur cœur, avec confiance et authenticité, puisqu’elles m’ont confié comment elles ont traversé l’année 2020 marquée par la pandémie du covid et les confinements successifs.

Ces Fabuleuses, c’est Géraldine, Juliette, Marion et Florence.

  • Géraldine a 37 ans, un mari, 3 enfants et habite Toulouse.
  • Juliette a 42 ans, élève seule ses 3 filles adolescentes et habite Grenoble.
  • Marion a 37 ans, un mari, 4 garçons (dont le dernier a juste quelques semaines) et habite près d’Annecy.
  • Florence a 49 ans, est séparée, a 3 enfants et habite Panissières, près de Lyon.

Géraldine, Juliette, Marion et Florence. Quatre Fabuleuses. Quatre vies bien différentes. Leurs métiers, d’abord. Géraldine est entrepreneuse, Juliette indépendante, Marion exerce en libéral et Florence est salariée.

Leur style de vie, ensuite. Certaines ont un train de vie normal, d’autres vivent avec le strict nécessaire. Géraldine et Juliette vivent en ville, Marion et Florence à la campagne ou au pied des montagnes.

Leur point commun ?

Elles ont traversé l’année 2020 avec combativité et résilience. D’un confinement à l’autre, cette année n’a pas été tendre avec elles : perte d’emploi, privation de contact avec leur conjoint ou leurs enfants, alitement pour cause de grossesse à risque… Les unes ont dû faire face au deuil et les autres à la maladie et à l’épuisement.

Pourtant, elles ont toujours trouvé en elles les moyens de rebondir, en sagesse, en bienveillance mais surtout en vérité, grâce à des initiatives porteuses d’espoir et d’espérance pour chacune d’entre nous. Elles ont chaussé avec courage les lunettes de la fabulosité pour avancer malgré les aléas de cette année collector.

Tu as déjà pu apercevoir leurs visages et leurs sourires dans la bande-annonce du premier film documentaire des Fabuleuses qui sort tout bientôt : Toujours debout.

Tu pourras très bientôt apercevoir leur authenticité, leur fragilité, leur beauté et leur humilité, qui t’accompagneront quelques instants au cœur de leur quotidien de fabuleuses mamans, épouses, femmes, amoureuses, auxiliaire de vie, entrepreneuse, commerciale, orthophoniste… et tant d’autres fabuleuses casquettes !

Malgré les épreuves et les coups de mou, ces quatre Fabuleuses ne sont jamais K.O.

Elles se relèvent toutes de l’adversité : Toujours debout !

Je suis très honorée d’avoir participé à ce nouveau projet, co-réalisé avec mon collègue, le talentueux Clément Burali et soutenu par les Fabuleuses au Foyer.

Je suis surtout profondément reconnaissante envers ces quatre femmes qui ont osé embarquer avec nous dans cette aventure un peu folle, nous ont ouvert les portes de leur foyer pour nous confier, sans fard, les conséquences très concrètes de la pandémie sur leur quotidien et leur équilibre, mais surtout pour nous transmettre une belle leçon de vie.

Chères Géraldine, Juliette, Marion et Florence : merci.

Vous êtes sacrément Fabuleuses !

Et toi, chère Fabuleuse, je te donne rendez-vous dès demain pour découvrir en avant-première le film “Toujours debout”.



Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour commencer la journée avec un petit remontant spécial maman ! C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


Cet article a été écrit par :
Anna Latron

Journaliste de formation, Anna Latron collabore à plusieurs magazines, sites et radios avant de devenir rédactrice en chef du site Fabuleuses au foyer et collaboratrice d’Hélène Bonhomme au sein du programme de formation continue Le Village. Mariée à son Fabuleux depuis 10 ans, elle est la maman de deux garçons dont Alexis, atteint d’un trouble du spectre de l’autisme.

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
Non, je ne ferai pas de petit troisième
Comme tu le sais peut-être, j’ai deux garçons, âgés de 5 et 9 ans. Comme tu le sais peut-être aussi,[...]
4 incontournables pour un été apaisé
Tout en préparant les bagages pour notre départ en vacances, je dresse dans ma tête la liste plus ou moins[...]
Réconciliation nocturne
Ce soir comme souvent, tu as jeté ton manteau dans le couloir en rentrant, avant de courir jouer. Puis tu[...]
Conception et réalisation : Progressif Media