View More: http://photographybywinter.pass.us/bonhomme

Pourquoi je m’aime

Ce texte a certainement été le plus difficile à écrire depuis mes débuts. Dire qu’on s’aime, ça ne se fait pas. Ça met tout le monde mal à l’aise. Ça fait prétentieux. Ça fait bizarre. Ça fait un peu malsain. Comme si on avait le droit (le devoir !) d’aimer tout le monde, sauf soi. L’article que vous vous apprêtez à parcourir m’a pris, au bas mot, deux années de travail acharné. Deux années pour conquérir, ma foi et ma thérapeute aidant, un territoire mystérieux, incompris et trop souvent négligé : l’amour pour soi.

Pourquoi je m’aime

 

  • PAS parce que je suis particulièrement jolie – sinon je m’aimerais uniquement les jours de mariage, ou en tout cas APRÈS m’être tartinée de l’anti-cernes.
  • PAS parce que je suis particulièrement intelligente – sinon je m’aimerais uniquement quand je n’oublie pas d’acheter du PQ ou quand je ne balance pas x fois la même connerie qui – je le sais, pourtant ! – va encore déclencher une crise nucléaire conjugale.
  • PAS parce que je suis particulièrement aimable – sinon je m’aimerais uniquement lorsque je ne râle pas, lorsque je ne me plains pas, lorsque je ne pense pas qu’à moi et lorsque je ne dis pas de gros mot.
  • PAS parce que je suis particulièrement douée – sinon je m’aimerais uniquement lorsque je parviens à ouvrir les paquets de riz de manière à PAS ramasser des grains dans toute la cuisine.

 

Alors, pourquoi je m’aime ?
(et pourquoi tu devrais t’aimer)

 

1. Parce que quand je m’aime, je gagne du temps.

Quand je suis gentille avec moi-même, j’arrête de gaspiller mon énergie vitale à faire la liste de tout ce qui ne va pas chez moi. Quand j’arrête de me faire la guerre, j’apprends à aimer mes petits défauts, je gagne un temps fou et je l’utilise pour faire des choses utiles et constructives.

2. Parce que quand je m’aime, je fais des économies.

Quand je m’aime comme je suis, j’ai (un peu) moins besoin de ces chaussures qui me hurlent depuis leur rayon : “achète-moi, et tu seras digne d’estime” (soit dit en passant : le manque d’amour pour soi est un marché sacrément juteux pour des tas de publicitaires *** chut chut pas de marque ***)

3. Parce que quand je m’aime, je suis moins chiante.

Et ça rend service à tout le monde. Quand je m’octroie le droit à l’erreur et quand je m’accorde de la bienveillance, c’est dingue comme les relations s’apaisent sous mon toit… Quand je me trompe mais que je décrète que « c’est pas grave », oh comme je dors mieux, et oh comme ma famille me remercie d’avoir été cool avec moi-même !

4. Parce que quand j’attends que les autres m’aiment… je peux attendre longtemps.

C’est triste, mais c’est comme ça : bien souvent, les autres sont trop occupés à régler leurs affaires pour deviner que j’ai besoin d’une marque d’affection. Attention, je ne dis pas que je n’ai pas besoin des autres ni de leurs marques d’affection. Mais comme le dit si bien Brené Brown dans La force de l’imperfection :

“Nous sommes toujours en quête d’estime personnelle au lieu de la revendiquer en nous.”

5. Parce que quand je ne m’aime pas, je ne peux pas aimer les autres.

“Quoi ? Moi j’ai beaucoup de mal à m’accepter, pourtant je vous assure que j’aime mes enfants plus que tout !”

Être persuadé que les autres sont dignes d’amour, mais pas soi… Le symptôme classique d’un manque cruel d’amour pour soi. On pense qu’être dur envers soi n’a aucune conséquence sur les autres, mais on oublie que ce genre de guerre civile est comme le tabagisme passif : les fumées sont respirées par nos enfants, qui tôt ou tard sont contaminés par cette manie de se détester soi-même.

“Nous aimer et nous accepter constituent le summum du courage. Dans une société qui dit : Passe après les autres, l’amour de soi et l’acceptation de soi sont des concepts révolutionnaires.” Brené Brown dans La force de l’imperfection

6. Parce que l’amour pour soi n’est pas une conséquence. C’est une cause.

  • Ce n’est pas parce que je suis aimable que je m’aime. C’est parce que je m’aime que je deviens aimable !
  • Ce n’est pas parce que je suis belle que je m’aime. C’est parce que je m’aime que je deviens rayonnante.
  • Ce n’est pas parce que je suis géniale que je m’aime. C’est parce que je m’aime que je deviens créative !

 

L’amour pour soi : comment ça marche ?

 

Tu te sens prête à arrêter de te faire la guerre à toi-même, mais tu ne sais pas par où commencer ? Tu voudrais te réconcilier avec toi-même, mais tu ne sais pas comment t’y prendre ?

Voici comment faire :

Commence par change ton dialogue intérieur. As-tu déjà remarqué comme il est naturel de féliciter quelqu’un qui réussit quelque chose, tandis que l’on est incapable de se féliciter soi-même ?

Réfléchis à toutes ces phrases que tu n’as aucun problème à dire aux autres, mais que tu es incapable de te dire à toi-même :

  • « Bon travail, bravo ! »
  • « Ce n’est pas grave. »
  • « Continue ! »
  • « Tu es très bien comme tu es. »
  • « Tu es belle. »
  • « Tu n’as rien à prouver. »
  • « Je sais que tu peux le faire. »
  • « Félicitations. »
  • « Quoi qu’il arrive, tu as de la valeur. »

Tu veux commencer à t’aimer ?

Voici mon challenge pour toi :

  • choisis une phrase dans cette liste ou parmi celles qui tu as l’habitude de dire pour encourager les autres ;
  • note-la sur un post it et affiche-la sur le miroir de la salle de bains / ou programme-la dans l’application “rappels” de ton smartphone ;
  • commence à te dire cette phrase à toi-même, répète-la tous les jours ;
  • dis-nous “pourquoi tu t’aimes” en commentaire de cet article !

 

Beaucoup de gens autour de toi pensent que tu es fabuleuse. Alors pourquoi pas toi ?

Que ta journée soit belle…

Hélène

 

P.S. Mon tout nouveau livre sera disponible très bientôt. Tu veux être tenue au courant ? Inscris-toi ici !

 

promo-ebook

Je partage sur Facebook
  • Alix

    et bien moi je m’aime parce que j’ai décidé il y a qqs années de ne plus être toute puissante à la maison, que j’ai accepté de ne pas être parfaite et c’est la meilleure décision de ma vie! je suis plus douce maintenant avec mon mari et mes enfants… je m’aime d’avoir lâché prise…

  • Salomé

    Allez, j’me lance (même sensation que de sauter du 10m…) : je m’aime parce que je trouve tjs LE mot gentil, pour encourager, complimenter, féliciter les gens autour de moi. Et parce que du coup, je suis en constante bonne compagnie (même quand je suis seule!). ?

  • Adeline

    Bravo, mille fois bravo pour cet article, qui est simplement magnifique, et courageux, et d’une vérité qui me subjugue. J’aime l’idée de la petite phrase à accrocher par ci par là. Je vais peut être commencer par « ce n’est pas grave » ou « je sais que tu peux y arriver ». Quoique je devrais en fait choisir « tu n’as rien à prouver », parce que très clairement c’est un sentiment très prégnant chez moi. Qu’est-ce que j’aime (ou disons que j’estime un tant soit peu) chez moi…? J’ai à coeur de bien faire. Mais c’est aussi ce qui me perd, car n’ayant aucune confiance en moi, j’ai rarement le sentiment de faire assez bien 🙂 Mais c’est vrai et si vrai : ne pas savoir s’aimer, ça ne rend vraiment pas service à ceux qu’on aime…

  • Delphine Kaiffer

    Je m’aime… Un mot bien difficile à prononcer pour moi il n’y a encore pas si longtemps. Mais un déclic c’est produit. Maintenant je m’aime parce que je peux danser nue a la sortie de ma douche devant mon miroir et apprécié l’image qu’il me renvoie… Je m’aime car j’ai compris que c’est en m’aimant que j’aimerai le mieux les autres… Je m’aime car j’aime ma vie, ma fille et mon conjoint… J’aime prendre le temps de prendre le temps et de ne plus me laisser envahir par le stress inévitable du travail… Je m’aime parce qu’avec du recul c’est plus facile de s’aimer que de se détester ! Alors pour celles et ceux qui n’ont pas encore essayé, lancez vous.

  • Relis le Dialect

    Je m’aime parce que j’aime les autres et c’est ce qui me rend heureuse. Même si c’est douloureux d’être imparfaite, ce sont aussi mes imperfections qui me rendent unique. « Ma » phrase: « Ce n’est pas grave. » Beaucoup plus facile à dire qu’à vivre!

  • revoc’

    Je m’aime enfin, peu avant 40 ans, je suis en paix avec mon moi intérieur. Ce n’est pas sans conséquences pour de pseudos amies qui préféraient me voir moins bien. L’accomplissement de soi prend du temps, il y a le soi personnel et le soi professionnel. Un ami m’a dit il y a longtemps que dans la vie, pour rendre les gens heureux autour de nous, il fallait être égoïste et penser à soi. Etant heureuse, j’arrive à rendre heureux.

  • veroniquel

    bonjour!! magniifique article!! et que de veritées!!!! bravo!!

  • Anni

    Je m’aime. C’est nouveau aussi mais j’ai appris à m’aimer en apprenant à me faire grâce. 😉

  • Epo

    Je m’aime un peu parce que j’ai conscience qu’il y a un problème et que j’essaye de le régler. J’y arrive mais pas tous les jours

  • SirineSM

    j’aime l’article

  • Juste parfait. Merci Hélène !

  • Chapline de la Faille

    Très joli texte, que je passerai avec plaisir à tous ceux que j’encourage à s’accepter et à s’aimer eux-mêmes. Souvent, j’essaie de les accompagner en leur proposant de commencer par devenir leur propre meilleur ami, c’est une image qui les aide.
    Pour ma part, je fais partie des chanceux qui ont tellement vu l’extrême dans leur vie qu’ils ne peuvent qu’apprécier pleinement chaque jour qui passe et s’apprécier soi-même.
    Alors pourquoi je m’aime ? (c’est une excellente question) Je dirais que c’est parce que je suis un être vivant, qui a la chance unique d’expérimenter ce monde avec toute sa complexité, et que je trouve cela merveilleux. Je suis reconnaissante envers moi-même d’avoir su garder mon enfant intérieur vivant, qui porte un regard passionné et émerveillé sur ce qui l’entoure. Je m’aime parce que je n’ai pas peur, ni du temps, ni du changement, ni d’aimer. Je m’aime parce que j’arrive à garder intact ma volonté de transformer chaque jour en une expérience positive, même si cela passe par des choses minuscules. J’aime ce que je suis, et surtout ce que les autres considèrent comme des imperfections, parce que cela me rend humaine.
    Je te remercie d’avoir posé cette question, je ne me l’étais jamais à moi-même, car cela m’a toujours semblé évident (enfin j’ai appris à vraiment m’aimer vers 27 ans, soit il y a dix ans, et ce fut comme une nouvelle naissance)

  • de Grandcourt Ségolène

    Juste continue???❤

  • Marisca

    Je m’aime parce que j’ai trouvé un sens suprême à ma vie : aider les autres à trouver du sens à leur vie ??

  • Claire

    Je m’aime parce que j’ai enfin osé regarder dans le miroir qui j’avais en face de moi chaque matin et l’assumer. Je suis une femme imparfaite, drôle, joyeuse, pleine d’énergie, qui déteste la routine, deteste le ménage, déteste faire ce que les autres voudraient qu’elle fasse et qui a décidé et compris qu’être soi-même était sa plus grande richesse et qualité. Je m’aime parce que j’ai appris à me connaître et à connaître mon fonctionnement – pourquoi l’école, la société ne nous apprend pas ça dès le plus jeune âge ? On gagnerait un temps fou et on mettrait au chomage tous les psychologues et psychiatres 😉

  • Carine

    Je m’aime parce je suis comme je suis, je fais des erreurs mais c’est pas grave, la Terre ne s’arrête pas de tourner pour autant.
    Je m’aime parce je ne serai jamais aussi disponible que je le voudrais pour mes enfants mais tant pis, je vis et fais des choses dont j’ai besoin ou que je kiffe, y compris le taf même si parfois je rentre plus tard que je n’aurais voulu.
    Je m’aime parce qu’il y a plein de nouveaux trucs à faire qui me font flipper mais qui me feront bondir de joie quand je les aurai faits.
    Je m’aime parce que je même si je râle et grogne et gronde je sais maintenant dire pourquoi et je sais comment demander ce dont j’ai besoin pour que l’eau ne déborde plus, même si elle déborde nord parfois…