Mon confinement et moi - Fabuleuses Au Foyer
Vie de famille

Mon confinement et moi

Pascaline Olivier 24 mars 2020
Partager
l'article sur


Dès les prémices de toute cette histoire de virus, mon Fabuleux à moi m’a dit qu’il faudrait partir. Quitter l’appartement, la région parisienne, pour des contrées moins peuplées, plus aérées.

J’ai donc immédiatement fait d’énormes valises, pris mes enfants sous le bras et nous sommes partis. Nous mesurons tous les jours cette chance que nous avons d’avoir un refuge avec un jardin si gentiment prêté, là où tant d’autres sont coincés dans de petits appartements avec les enfants. 

Une fois arrivés dans cette maison de famille, il nous a fallu envisager un séjour long et donc une organisation particulière. Car entre-temps, le confinement a été annoncé.

Confinés mais organisés

Nous voilà donc enfermés à 6 dans une maison, avec la responsabilité des devoirs, de l’occupation, de la santé et de l’alimentation de tous ses habitants 7 jours sur 7 et 24h sur 24.

J’ai été mère au foyer pendant 7 – douces et longues – années, donc cohabiter avec les enfants me semblait faisable. En mettant en place un planning, quelques règles de vie et en respectant le besoin de calme et de solitude de chacun, on devrait y arriver.

J’ai une sacro-sainte peur de l’école à la maison. J’aime mon indépendance, bien sûr j’aime mes enfants mais je les aime aussi fort fort lorsqu’ils sont à l’école. Là, pas de débinage possible, je dois m’y coller!

L’école à la maison

Contre toute attente, j’apprécie de me pencher plus avant sur le programme des enfants, les méthodes des maître et maîtresse. Je suis admirative et je vais le réécrire plusieurs fois je pense, du travail des enseignants pour garder ce lien avec leurs élèves et pour donner les devoirs au fur et à mesure.

C’est assez génial de découvrir ce que mes enfants font au quotidien, ce qu’ils savent. Et je peux, pour un temps, m’adapter à leur façon bien à eux d’apprendre.

Mon ainé adore l’histoire et n’importe quelle leçon, de quelque matière que ce soit, passe tellement mieux quand elle est au milieu d’un cours sur les croisades ou même la guerre de Cent Ans. Que je vais maîtriser sur le bout des doigts dans peu de temps, je le sens!!

Ma deuxième est très scolaire, elle adore remplir des fiches, de manière très appliquée. Et ma moyenne section est savoureuse, toujours partante.

Sur internet, je suis sidérée de toutes les ressources que l’on peut trouver pour organiser les séances de travail et de toute la vague de solidarité qui déferle sur nous tous.

J’ai retenu pour l’instant le site La classe de Mallory (pour les primaires) et un site éducatif gratuit très documenté, fiche maternelle.

Concrètement, je prépare mes séances de travail (3h par jour pour les grands et 2h pour ma petite sachant qu’ensuite tout est matière à travailler pour les maternelles: un jeu dehors, une recette etc…) la veille au soir et nous nous y mettons à heure fixe.

Il me semble que pour garder tout le monde bien mobilisé, bien concentré et bien concerné, il faut maintenir une certaine rigueur dans le déroulement des journées.

Le matin, place aux devoirs, idem après le temps calme post-prandial. L’après-midi, c’est le moment des activités physiques et des jeux. Si je suis maîtresse d’école, cantinière et psychologue, mon fabuleux est prof d’EPS et livreur des courses. 

Nous essayons de ne sortir qu’une fois par semaine pour le ravitaillement !

Confinés ensemble mais pas trop.

Chacun doit avoir un coin, fusse-t-il tout petit. Pour moi, il est indispensable que nous profitions d’un petit temps seul pour lire, jouer, dormir, buller, travailler…une fois par jour au moins.

Et que nous, adultes, puissions avoir un court moment d’évasion dans la journée. Mon mari s’est fabriqué une (toute petite) grotte, le mythique bureau de papa. J’apprécie, pour ma part, de me lever tôt le matin (pour regarder, entre autre, la matinale pleine de bonne humeur des Fabuleuses sur Facebook) et d’écouter des podcasts tranquille quand je cuisine.

Les enfants ont un temps calme, séparés après le déjeuner, nécessaire pour la santé mentale de tous.

Confinés mais reconnaissants

Nous sommes donc conscients de cette chance d’avoir un confinement largement supportable pour tous.

J’observe sur les réseaux sociaux, dans les divers groupes Whats App, à la télévision des élans de solidarité, des partages de jolies choses, des vagues de bonnes ondes dans tous les sens.

C’est encourageant, motivant, et cela nous pousse à relativiser sur nos propres situations. 

Confinés mais conscients

Conscients que certains sont enfermés dans des petits appartements avec leurs enfants. Que d’autres doivent assurer leur télétravail en plus de tout le reste et que certains, condamnées à baisser leur rideau, vont subir de grosses pertes de chiffre d’affaire.

Évidemment nous pensons à eux tous les jours ainsi qu’aux personnes qui sont en première ligne et qui, vaille que vaille, prennent soin des nôtres ! 

Et nous pensons aux familles qui perdent des proches, aux mamans qui accoucheront sans leur mari. Je me sens vraiment proche de tous ces gens et je prie pour eux.

Confinés mais confiants.

Notre système de santé se bat comme un forcené contre cette cochonnerie, fermement épaulé par le gouvernement. Les professionnels qui constituent ces deux entités sont dévoués, admirables et méritent notre gratitude et notre plus grand respect. Cette crise va certainement faire bouger les lignes, après avoir touché les limites d’un système de santé dont les professionnels s’essouflaient !

Le sursaut de mobilisation n’en est que plus admirable, je trouve !

Je sais que nous allons sortir de cette crise. Le temps de la reconstruction viendra, nos mentalités et nos institutions en sortiront changées et grandies.

En attendant, le mieux que nous puissions faire en ces temps troublés est de prendre soin de nos proches, de téléphoner, d’écrire, de maintenir voire renforcer ce lien à tout prix.

J’aime aussi partager notre quotidien sur Instagram avec beaucoup d’auto-dérision et de simplicité.

Nous vivons au jour le jour, nos petites galères et nos petites joies ! Oui avoir des enfants, c’est épuisant mais c’est aussi la vie et la joie !

Alors, Hauts les coeurs !!!



Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour commencer la journée avec un petit remontant spécial maman ! C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


En savoir plus


Cet article a été écrit par :
Pascaline Olivier

Infirmière, rédactrice web et maman décomplexée de 4 charmantes têtes blondes, Pascaline est la créatrice du blog Crazy Cocotte, qui met en lumière des chroniques de sa vie de mère et interroge des supers mamans de famille nombreuse.

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
Claire S2C : « L’épreuve de l’infertilité m’a appris à profiter de ce que j’avais déjà »
Dans son tout nouveau roman graphique, Claire S2C nous offre une plongée remplie d’humour et d’émotion dans le parcours d'un[...]
Merci papa
Quand j’étais enfant, avec mes sœurs — et comme d’innombrables enfants avant nous —, nous offrions une carte à notre[...]
Pose ta tête sur son épaule
« Somewhere over the rainbow », quelques notes qui s’envolent alors que Kathleen Kelly (Meg Ryan) et Joe Fox (Tom[...]
Conception et réalisation : Progressif Media