HB-article-maman seule ecole

Moi, maman sans copine devant le portail

La demie va bientôt sonner.

Je regarde le trottoir se remplir de parents. Ceux qui ont attendu ce moment toute la journée : l’ouverture du portail de l’école. Ceux qui sont encore happés par leur travail et qui pressent le pas pour éviter un retard qui, le premier jour, serait franchement mal venu… et mal vu. Mais surtout, il y a les mamans qui papotent. Elles se racontent leur été, échangent sur le matin de ce jour si particulier : il a fallu les lever à 7 heures, autant dire un exploit après deux mois de grasses mat’ !

Je sens mon cœur se serrer et la nostalgie monter en moi :

sur ce morceau de trottoir, dans la douce lumière de cette fin d’après-midi de septembre, je suis bel et bien seule. Seule avec ces sentiments mêlés : joie et appréhension de les retrouver. Seule, aussi, avec toutes ces questions : Numérobis a-t-il pleuré toute la journée ? A-t-il dormi à la sieste ? A-t-il obéi un minimum ? Et comment se sont passées les retrouvailles de mon aîné avec son AVS ? Et sa « rencontre » avec sa nouvelle maîtresse ?

Je ne peux m’empêcher de regretter ce temps où j’ai eu, moi aussi, ces conversations avec mes « copines d’école ». Où j’ai partagé un café avec elles, sur le coin d’une table pas encore débarrassée du petit-déjeuner et/ou recouverte de linge à plier, après avoir déposé les enfants et avant de rejoindre mon écran d’ordinateur. Ce n’étaient pas forcément mes meilleures amies mais nous partagions, le temps d’un café,

  • nos joies (« Ça y est, il est propre depuis 3 jours ! »),
  • nos difficultés (« Impossible de lui faire avaler quoi que ce soit au petit-déjeuner »),
  • nos coups de gueule, aussi (« Non mais pourquoi ils ont changé la sonnerie de l’école ? On se croirait dans une caserne ! »).

Les conversations autour de moi continuent.

Ça parle des kilos pris pendant l’été (« Trop d’apéros ! »), des cris du matin malgré les bonnes résolutions, de l’organisation pour récupérer le petit dernier pour déjeuner et le faire dormir à la maison (« Heureusement que j’ai ma mère pas loin ! »).

Et moi, je me sens seule. Très seule.

Face à cette solitude, deux possibilités :

  • Ruminer ma nostalgie jusqu’à la transformer en envie, en comparaison, et du coup, en jalousie. Bref, faire ma victime, en mode « Je n’ai pas d’amies, sniff, je suis touuuute seuuuule, personne ne m’aime ! ». Très mauvais plan pour affronter mon premier 16h30-20h de l’année dans de bonnes dispositions : quand je fais ma victime, je me transforme assez rapidement en lionne agressive.
  • Plonger dans mon sac à main à la recherche de mon téléphone. Je pourrais toujours envoyer un texto à mes bonnes amies et leur demander comment leur rentrée s’est passée ? Ou faire un rapide tour sur Facebook ou Instagram ? Histoire de me donner une contenance. De ne pas passer pour la fille qui n’a pas de copines. Je me fais sourire moi-même.

Ce mécanisme de protection n’est qu’une béquille bien mal adaptée. C’est la même que mon vieux réflexe, vieux de vingt ans, de plonger dans un bouquin à la rentrée dans un lycée où je ne connaissais personne.

Mon « ici » et mon « maintenant »,

ça n’est ni mon téléphone, ni mes amies aux quatre coins de l’Hexagone (et même au-delà). Mon écran a beau me faire de l’œil et me promettre un réconfort de substitution, tel un doudou pour adulte, je résiste à la tentation de me mettre à pianoter et à papillonner. Après ma résolution de la déconnexion estivale, j’adopte un nouveau principe : la connexion au trottoir de l’école.

Et si je choisissais une troisième voie ? Ni victime, ni geek ? Celle de la responsabilité et de l’instant présent ?

Je relève les yeux et je décide de sourire.

Oui, je décide de sourire à des inconnues. Pour les féliciter de ce jour de rentrée, pour leur dire que les retrouvailles avec leurs enfants vont bien se passer, pour les encourager, les rassurer. Un regard rempli de « Tu vas y arriver ! ».

Leur donner, en un regard, en un sourire, ce dont j’aurais, à cet instant, tant besoin. Pas besoin de mendier de l’attention si je n’en donne pas. C’est la « loi de l’attraction » à l’échelle du trottoir de l’école : être dans l’état d’esprit propre à attirer, pour ce moment précis de ma journée, ce que j’aimerais y vivre. Personne ne va sourire à un visage rivé sur son écran ! Personne ne va adresser un sourire, même discret, à quelqu’un qui zyeute Instagram. Personne n’a envie de saluer une nana qui consulte frénétiquement Facebook jusqu’au portail de l’école…

Et, qui sait, peut-être que d’ici une dizaine de jours je recevrai un petit sourire en retour ? Peut-être que d’ici les vacances de la Toussaint j’aurai échangé avec une autre maman ? Ou pas. Au moins, j’aurai distribué des sourires gratuitement, et rien que pour cela, moi, maman-sans-copines-d’école je peux être fière de moi. Na !

Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Je t ‘envoie des piqûres de rappel ! C’est par là :

HB-article-lettre qui illumine

profil anna latronDepuis plus de 10 ans et après une école de journalisme, Anna Latron met sa plume au service de l’information en collaborant à plusieurs magazines, sites et radios. C’est en réalisant un dossier sur l’imperfection heureuse qu’elle rencontre Hélène Bonhomme dont elle est aujourd’hui collaboratrice, notamment pour le programme de formation continue du « Village ». Mariée à son Fabuleux depuis 9 ans et après avoir traversé un cancer, Anna débarque dans l’univers de la maternité il y a 6 ans en devenant maman d’Alexis, atteint d’un trouble du spectre de l’autisme. Une confrontation à la différence qui met cette jeune maman face à un défi : accepter les limites de son enfant, mais surtout les siennes, en choisissant la voie de la liberté ! Quant à Aymeric, le petit frère d’Alexis, c’est un fabuleux bêtisier de 2 ans qui pousse sa maman à persévérer dans l’acceptation de sa propre imperfection !

Je partage sur Facebook
  • Sophie Bergotti Wienss

    Et comment s’est passé ce premier jour pour les enfants ?

  • Coralie

    Je me reconnais trop dans cet article !!😊 MERCI pour ces mots et ces jolies pensées Anna !! J’adopte cette attitude !!😂

  • Miriam Chalas

    Merci Anna pour ce doux témoignage 🙂
    Nous nous réfugions si rapidement dans notre bulle, avec un livre ou son tel…
    Merci de nous ouvrir les yeux sur tout ce qui se passe autour de nous ! De nous rappeler le pouvoir d’un sourire ! De nous pousser à insuffler le changement !
    Je me retrouve régulièrement dans cette situation de maman-sans-copines, alors je connais bien cette tentation de me plaindre, de me tourner vers mes amies lointaines via mon portable… mais aussi d’être là tout simplement et sourire à qui le veut 😉

  • Marie

    Coucou à toutes! Moi aussi je suis une maman sans copine d’école. Enfin avant j’en avais. Pendant 1 an c’était café au bar entre cop’s et puis boulot… Toujours un quart d’heure de retard mais comme je gèrais mon temps de travail comme je l’entendais pas de culpabilisation. Puis tout a basculé… Séparation avec le papa des deux grands, nouveau compagnon, nouvelle grossesse ultra fatiguante, bébé demandant une attention constante, plus envie d’aller bosser, rupture conventionnelle, encéphalogramme plat sentimentalement… burn out… Plus de copines. Alors moi aussi sur le trottoir de l’école c’est des bonjours et des sourires mais pas vraiment de résultat pour le moment (ça va faire 3 ans). Portant j’ai ma petite dernière avec moi une vrai princesse! A croire que je porte sur moi les stigmates de cette maladie que finalement personne ne comprend. J’ai pas de solution sauf être moi même… Bonne journée à toutes les fabuleuses !!😉

  • Delph

    Je me reconnais beaucoup… Merci !