Le jour où j’ai (enfin) terminé mon calendrier de l’avent - Fabuleuses Au Foyer
Dans ma tête

Le jour où j’ai (enfin) terminé mon calendrier de l’avent

Une Fabuleuse Maman 12 décembre 2021
Partager
l'article sur


L’histoire commence il y a quatre ans. Enceinte jusqu’aux yeux et pétrie de belles intentions écolo-bobo-écoresponsable-zérodéchets-doityourself, je me lance à l’automne dans la confection d’un calendrier de l’avent home made en tissu, sorti tout droit de mon imagination débordante (non sans quelques coups de pouce Pinterest).

Malheureusement, quoique bien lancée dans mon ouvrage, un accouchement, une suite de couche et un déménagement plus tard, ledit calendrier disparut au fond d’un carton et Noël était déjà loin quand j’envisageai de m’y remettre. 

Les mois passèrent. J’avais toujours dans un coin de la tête ce travail inachevé et j’y pensais régulièrement et d’autant plus que la période des fêtes approchait à nouveau.

« Je n’aurais jamais assez de temps pour le finir. »

« Bof et de toute façon, ce n’était pas terrible. »

« Est-ce que cela plaira vraiment aux enfants ? »

Enfin, le discours habituel, quoi ! Mais malgré tout, je trouvais cela un peu dommage. Cette idée me tenait à cœur. Et puis n’est-ce pas triste de ne pas terminer quelque chose de commencé ?

Quoi de pire que l’inachevé, qui nous laisse ce goût un peu amer ?

Comment pouvais-je lâcher l’affaire alors que je suis d’ordinaire assez tenace et obstinée quand il s’agit d’obtenir quelque chose ? En même temps, ce ne serait pas la première fois que je ne finirais pas quelque chose, cela m’arrive tellement souvent…(il n’y a qu’à voir le nombre de « brouillons » dans ma boîte mail !).

Et puis 2020 arriva. Un samedi après midi pluvieux et confiné de Novembre, la petite à la sieste et mon conjoint au boulot, ma grande me sollicita pour faire « une activité » comme elle dit (comprenez : s’occuper avec les mains pour fabriquer un truc en ayant ma maman pour moi toute seule). Venant tout juste de réinstaller mon matériel à couture, je sortis sous ses yeux émerveillés une aiguille, une chute de tissu, du fil à broder et lui montrai comment faire ses premiers points. Seulement voilà, une fois ma fille installée et concentrée sur sa broderie,

je me retrouvai donc seule et désœuvrée face à… ce (maudit) calendrier. 

« Allez ma vieille, courage ! Il faut le finir. » 

Je sortis presque comme une relique et avec appréhension la toile sur laquelle j’avais épinglé les coupons servant à faire les pochettes.

À ce moment, je ne pus réprimer un petit rire nerveux.

Il était (quasi) fini. Pas à moitié ou au trois quart, hein. Il était fini à 95%.

Il ne restait que ces 5 petits pourcents, que je connais bien, qui paralysent et qui me pourrissent la vie tant ils paraissent insurmontables.

Bref, il ne me restait presque rien à compléter pour qu’il soit triomphalement accroché au mur 2h plus tard, ce qui fut fait, bien entendu. 

Mais pourquoi donc ai-je cette si terrible manie de ne pas mener à bien ce que je commence ? 

Suis-je moins douée que les autres ? Qu’est-ce qui est si difficile dans le « finir » ?

Une partie de la réponse est venue de mon fabuleux, comme très souvent.

« C’est simple, le moment où tu termines quelque chose, c’est le moment où tu t’exposes à ce que l’on porte un regard critique sur ce que tu as fait et où tu ne peux plus le rendre parfait ».

Hmm. Effectivement. Vu comme ça. Cela explique certaines choses…

Mais la bonne nouvelle c’est qu’il y a de l’espoir ! Je pense que nous avons toutes quelque part un « calendrier de l’avent » qui traîne dans nos vies et nos foyers.

  • Un beau projet professionnel abandonné en route ou laissé de côté à cause d’un événement de vie ou simplement d’un « ce n’est pas fait pour moi »,

  • une association à laquelle on s’est inscrite sans finalement oser y aller,

  • un tableau commencé pour une amie de longue date, sans avoir eu le courage de l’offrir…

Mais finalement, ce qu’il faut retenir

c’est qu’il n’est jamais trop tard pour mener à bien ce qui nous tient à cœur.

Que parfois la solution vient parfois plus tard d’elle-même, de même que le temps et le courage. Et qu’un renoncement peut être temporaire et ne signifie pas toujours un échec ! 

Patience, tu vas y arriver, peut-être pas aujourd’hui ni même demain,

mais un matin tu sauras qu’aujourd’hui c’est le bon jour pour oser.

  • Oser faire aboutir ce projet qui t’avait tenu les tripes avec tant d’entrain il y a 5 ans,

  • prendre le temps de terminer ce livre que tu as en tête depuis des mois et que tu n’oses pas faire relire à tes amis,

  • finir et oser porter cette robe que tu as confectionnée l’été dernier.

Oser ne pas être parfaite en somme !

Ce texte nous a été transmis par une fabuleuse maman, Mathilde D.



Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la Fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour recevoir chaque matin ton petit remontant spécial maman ! Une piqûre de rappel pour ne pas oublier de prendre soin de toi, respirer un grand coup et te souvenir de ton cœur qui bat. C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


Cet article a été écrit par :
Une Fabuleuse Maman

Nos lectrices nous envoient parfois des textes formidables que nous avons plaisir à publier ici.

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
souveraine
Vivre sa sexualité en souveraine
Elle a 37 ans. Elle est « adulte », me dit-elle, mais son cœur et son corps abritent encore la petite fille[...]
fabuleuse connasse
Suis-je une fabuleuse connasse ?
Tandis que l’orage me réveille de bon matin, une question se pose à moi : suis-je une fabuleuse connasse ?[...]
sexe trop chaud
Bilan sexuel de l’été : la canicule tue l’amour
Dans la fraîcheur des matins de septembre, la fin de l’été se faufile avec assurance. Les nuits sont plus longues,[...]
Conception et réalisation : Progressif Media