L’abîme et la cime - Fabuleuses Au Foyer
Dans ma tête

L’abîme et la cime

Hélène Bonhomme 20 novembre 2020
Partager
l'article sur


Ma vie intérieure est un grand huit. Demande à mon mari :

J’ai des hauts très hauts, et des bas très bas ! 

Il m’arrive souvent de flirter avec le bord de mon “gouffre” (j’ai baptisé ainsi le trou noir émotionnel qui m’aspire régulièrement) — et il m’arrive tout aussi régulièrement de faire des “insomnies de joie” tellement je suis surexcitée.

Certains jours, mes enfants me demandent pourquoi mes fesses dansent toutes seules, et d’autres jours, ils me demandent : « Ça va, maman ? » avec des yeux inquiets.

Tu vois, lors du processus créatif de mon dernier spectacle, j’ai passé des nuits d’angoisse à rôder dans la maison de manière totalement névrosée — et une fois montée sur scène, j’ai vécu certains moments d’extase les plus intenses de ma vie.

Sur mon clavier, je peux faire tonner les graves aussi bien que chatouiller les aigus.

Je suis une drama queen de la déprime — et aussi une castafiore de l’enthousiasme.

Chez les Fabuleuses et notamment dans le Village, on me remercie régulièrement pour mon “pep’s” et “l’énergie” qui se dégage de moi. On me dit souvent que je suis “pétillante”… mais clairement, seul mon Fabuleux et moi connaissons le vrai revers de ma médaille.

Longtemps, je me suis sentie honteuse d’être capable d’une telle excentricité, autant dans l’euphorie que dans le désespoir. Quand j’atteignais des sommets, je me jugeais :

« Menteuse, tu n’es pas vraiment heureuse ! Tu sais très bien que ça ne va pas durer. »

Et quand la tristesse me serrait la gorge, je me désapprouvais :

« Comment peux-tu être aussi maussade, alors que tu prônes à tout va la fabulosité ? »

Longtemps, j’ai voulu aplanir mes sentiers et lisser mes courbes.

Le problème, c’est qu’en cherchant à renier ma vie de funambule, je ne faisais qu’accentuer ma dureté envers moi-même — ce qui, devine quoi ? me rendait toujours plus dure avec les autres, et renforçait mon sentiment de solitude.

Aujourd’hui, j’apprends à me réconcilier avec le fait que c’est justement au cœur de cet improbable mariage de saveurs que se niche mon authenticité. Que c’est précisément dans l’alternance de mes hauts et de mes bas que j’écris mon histoire. Que je n’ai pas besoin de choisir mon camp.

C’est le goût de l’aventure.

C’est la richesse de la vulnérabilité, et c’est tout l’amour qui peut alors se déverser. C’est « la coïncidence de l’abîme et de la cime » dont parle Christiane Singer.

Chère Fabuleuse, ce matin, mes fabuleuses chroniqueuses ont de petites piqûres de rappel pour toi :

  • Tu as le droit d’être triste.
    « Être heureuse, ce n’est pas éviter la souffrance à tout prix. C’est aussi laisser à ton cœur le droit de ne pas toujours l’être. »
  • Ta vie émotionnelle n’est pas un capital à faire fructifier.
    Tu n’as rien à prouver, et encore moins en termes d’épanouissement personnel. « Se moquer du bonheur, c’est peut-être même la première condition d’une vie heureuse… »
  • Le bonheur, ce n’est pas du maquillage permanent.
    « Ne privons pas notre existence humaine de son rapport fondamental au malheur : on ne peut être heureuse que si, par moments, on ne l’est pas ! »
  • Il existe des moments de grâce qui vont et viennent.
    Nous n’avons d’autre pouvoir que de les accueillir humblement. Et « accueillir cette existence avec ses revers et ses délices, c’est s’exposer aux plus grandes jouissances et aux plus grandes souffrances. »

Avec la dream team des chroniqueuses, nous venons de sortir notre nouveau mook, d’où sont extraits ces quelques lignes. Ce mook de 100 pages, nous l’avons créé pour t’aider à te réapproprier tes hauts et tes bas. Pour tordre le cou aux diktats du bonheur… et commencer à naviguer courageusement au travers tout le spectre de nos expériences d’êtres humains. 

Clique là pour découvrir notre mook : Être heureuse, la nouvelle injonction ?



Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour commencer la journée avec un petit remontant spécial maman ! C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


Cet article a été écrit par :
Hélène Bonhomme

Fondatrice du site Fabuleuses au foyer, maman de 4 enfants dont des jumeaux, Hélène Bonhomme multiplie les initiatives dédiées au bien-être des mamans : deux livres, deux spectacles, quatre formations, la communauté du Village, une chronique sur LePoint.fr et un mail qui chaque matin, encourage plusieurs dizaines de milliers de femmes. Diplômée de philosophie, elle est mariée à David et vit à Bordeaux.

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
L’histoire que je me raconte
« J’ai la tête qui éclate, j’voudrais seulement dormir » 2014. Dans l’histoire que je me raconte, je suis tombée[...]
Les psys ne sont pas parfaits
J’aime mon métier. « Mais enfin, tu te coltines la merde des gens ! », me dit une amie. Oui, on peut voir[...]
Faite pour en baver mieux que les autres ?
On connaît toutes, de près ou de loin, une Fabuleuse qui a perdu son frère au carrefour d’une route nationale,[...]
Conception et réalisation : Progressif Media