Faite pour en baver mieux que les autres ? - Fabuleuses Au Foyer
Dans ma tête

Faite pour en baver mieux que les autres ?

Hélène Bonhomme 27 novembre 2020
Partager
l'article sur


On connaît toutes, de près ou de loin, une Fabuleuse qui a perdu son frère au carrefour d’une route nationale, qui a appris un jour la leucémie de sa fille de deux ans, qui encaisse depuis des décennies le handicap de son enfant devenu adulte, qui pousse le fauteil de son mari après un accident stupide, ou qui gère les soins de sa maman dont la démence efface tout sur son passage.

On connaît toutes, de près ou de loin, une Fabuleuse qui pleure son propre enfant, qui a dû s’installer pour des semaines dans un hôpital, qui ne sait pas si elle finira par surmonter ce cancer, qui a perdu tous ses biens dans un incendie ou qui n’en peut plus d’attendre un enfant qui ne vient pas.

On connaît toutes une de ces Fabuleuses qui ont l’air de porter le poids du monde sur leurs épaules, d’être fortes tout le temps, et ça nous laisse sans voix.

« Comment fait-elle pour tenir ? Moi, je ne pourrais pas.

Moi, je ne tiendrais pas. »

Quand nous regardons ces Fabuleuses guerrières, nous avons peur de nous approcher :

  • peur de voir en miroir que “ça” pourrait nous arriver aussi,
  • peur de dire une grosse bêtise,
  • peur, parce qu’à côté des leurs, nos problèmes semblent si insignifiants.

Est-ce que certaines personnes seraient faites pour en baver “mieux” que les autres ? 

Chère Fabuleuse, notre chroniqueuse Rebecca Dernelle-Fischer a deux messages pour toi :

1. Un bobo est un bobo

« Ce que je vis n’est pas si grave… il y a bien plus difficile… pourquoi est-ce que j’ai quand même mal ? »

Ne relativise pas ta douleur, ne la compare pas, ne la piétine pas ! Une souffrance est une souffrance ; tu n’as pas besoin de la relativiser. Te dire que ce n’est rien ne suffit pas à la faire disparaître. Elle est réelle : respecte-la, respecte-toi.

Oublie la comparaison, c’est un mirage. Personne n’y gagne et surtout, le focus est mis au mauvais endroit : « Regarder l’autre pour savoir si j’ai le droit d’aller mal ou pas, si j’ai le droit de me sentir bien ou pas… »

2. Cesse d’admirer celles qui galèrent

Elles n’ont pas besoin de la médaille du mérite. D’ailleurs, elles n’en veulent pas ! Elles n’ont pas plus de force que toi ou moi, elles n’ont juste pas le choix. Elles n’ont pas besoin de notre admiration, et encore moins d’explications.

Elles ont juste besoin de quelqu’un qui ose les regarder dans les yeux, besoin de mots même maladroits : « Je ne sais pas quoi dire », « Qu’est-ce que je peux faire pour toi ? ». Elles ont besoin de rires et de pleurs, de quelqu’un qui puisse s’asseoir dans le froid de la grotte humide et sombre sans allumer la lumière, et qui dise humblement : « Je suis là ».

Chère Fabuleuse, peut-être que c’est toi la Fabuleuse guerrière, et peut-être qu’en lisant ces lignes, c’est ta gorge qui se noue, tes larmes qui montent, ta poitrine qui menace d’exploser sous le poids du souci, de la responsabilité et de la peine.

Les Fabuleuses et moi, nous n’avons que nos mots pour te dire qu’on est tes sœurs de route, que si tu lèves un tout petit instant les yeux, tu croiseras le regard d’autres guerrières fatiguées qui t’encouragent. Elles te voient. Fais-leur une toute petite place auprès de toi. Fais-nous une petite place auprès de toi, et quand tu en auras la force, dis-nous comment t’aider au mieux. Et si tu n’as que la force du silence, on lui laissera la place, et si tu n’as que des larmes, nous ne les sècherons pas, nous les honorerons pour la valeur qu’elles ont.

Oui, la vie est aussi faite d’épreuves et oser les regarder en face, c’est aussi ça le vrai courage.

Dans le mook des Fabuleuses, Rebecca nous invite à oser jouer le jeu de la vulnérabilité face à la souffrance.

Pour découvrir ce recueil de 100 pages, clique là

Tu as jusqu’à dimanche 29 novembre pour réserver ton exemplaire.



Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour commencer la journée avec un petit remontant spécial maman ! C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


Cet article a été écrit par :
Hélène Bonhomme

Fondatrice du site Fabuleuses au foyer, maman de 3 enfants dont des jumeaux, Hélène Bonhomme multiplie les initiatives dédiées au bien-être des mamans : deux livres, deux spectacles, quatre formations, la communauté du Village, une chronique sur LePoint.fr et un mail qui chaque matin, encourage plusieurs dizaines de milliers de femmes. Diplômée de philosophie, elle est mariée à David et vit à Bordeaux.

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
Que souhaiter pour 2021 ?
Oui, que peut-on bien souhaiter pour 2021 ? J’avoue que depuis le début du mois, je suis un peu gênée.[...]
Chaque geste peut déplacer une étoile
« Tu ne sais jamais, lorsque tu tiens un fil, à quoi il se trouve relié sur l’autre versant. Un[...]
Pour couronner le tout, il faut sauver Noël
Et pour couronner le tout, cette année, il faut sauver Noël ! « Sauver Noël ». C’est le scénario de[...]
Conception et réalisation : Progressif Media