De quoi je me mêle ? - Fabuleuses Au Foyer
Dans ma tête

De quoi je me mêle ?

Hélène Bonhomme 9 mars 2018
Partager
l'article sur


“Il faut un village pour élever un enfant.”

À ceux qui prônent honorablement l’expression bien-pensante mentionnée plus haut, j’ai envie de répondre que je préférerais mille fois ceci : que le village se mêle de ce qui le regarde.

Non, il ne faut pas un village pour élever un enfant…

Sauf si la voisine, au lieu de me prévenir, dix mois dans l’année, que les petits vont prendre froid sans leur bonnet, me disait au moins une fois par an qu’elle aime bien m’entendre rire avec eux, le soir quand je les mets au lit.

Sauf si les autres passagers du bus m’aidaient à descendre ma poussette plutôt que de geindre derrière moi parce que je suis si lente à sortir.

Sauf si la maîtresse pouvait me dire de temps en temps ce qu’elle aime chez mon enfant plutôt que de râler sur ses mauvaises habitudes.

Sauf si les autres mamans ne me mitraillaient pas de leurs regards noirs chaque fois que mon petit remonte encore le toboggan à l’envers.

Sauf si les générations d’avant cessaient de nous dire combien leurs enfants étaient mieux élevés et combien nos enfants sont de sacrés petits morveux-pourris-gâtés-accros-à-la-télé.

Sauf si plutôt que de me faire la morale parce que mes petits ne savent pas tenir assis dans un caddie, la dame me faisait un sourire complice comme pour dire : “Pas évident de faire les courses quand on a deux enfants de moins de trois ans !”

S’il faut un village pour élever un enfant, c’est peut-être tout simplement parce que nos rejetons ont besoin d’une maman qui se sente aimée et entourée. D’une maman qui sache où trouver de l’aide sans être jugée. D’une maman qui sache que personne ne l’épie à longueur de journée, à l’affût de ce qu’elle pourrait faire mieux.

S’il faut un village pour élever un enfant, c’est peut-être tout simplement parce que toutes les mères ont besoin d’entendre qu’au fond, elles sont à leur place et bel et bien fabuleuses.

Soyez un encouragement, le monde comporte déjà assez de critiques.

Ce texte est extrait de l’ouvrage C’est décidé, je suis fabuleuse – Petit guide de l’imperfection heureuse (Hélène Bonhomme, Première Partie, 2016)



Partager
l'article sur




Cet article a été écrit par :
Hélène Bonhomme

Fondatrice du site Fabuleuses au foyer, maman de 3 enfants dont des jumeaux, Hélène Bonhomme multiplie les initiatives dédiées au bien-être des mamans : deux livres, deux spectacles, quatre formations, la communauté du Village, une chronique sur LePoint.fr et un mail qui chaque matin, encourage plusieurs dizaines de milliers de femmes. Diplômée de philosophie, elle est mariée à David et vit à Bordeaux.

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
Assumer ses succès
Avez-vous remarqué combien il est difficile d’oser dire ce qui va bien dans nos vies ? Quand on rencontre quelqu’un, on[...]
Petit éloge de la solidarité
Trois femmes. L’une est maman solo sans aide de son ex-mari aujourd’hui gravement malade ; L’autre se retrouve seule en semaine[...]
Cet été, j’ose !
À chaque mariage où je suis invitée, j’ai cette curieuse impression d’être déguisée. Pas n’importe comment, je te l’accorde, un[...]
CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour commencer la journée avec un petit remontant spécial maman ! C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.
En validant ce formulaire, j’accepte que les informations saisies soient conservées et utilisées pour me tenir informé(e).

En savoir plus
Conception et réalisation : Progressif Media

Notre site utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité et mesurer l'audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies dans les conditions prévues par nos mentions légales.