Comment désencombrer mon quotidien ? - Fabuleuses Au Foyer
Dans ma tête

Comment désencombrer mon quotidien ?

Myriam Oliviéro 17 mai 2022
Partager
l'article sur


J’ai pas le dressing de Marie Kondo

J’ai pas l’intérieur de Damidot

Je coche pas toutes les cases de la parfaite ménagère,

Non je ne suis pas star d’Instagram…

Je fais pas les tartes aux pommes comme Bree,

J’ai pas le sac de Mary Poppins,

J’ai pas réponse à tout, j’ai parfois les idées floues,

Non je ne suis pas parfaite du tout…

Je suis une Fabuleuse,

écoute ça, baby,

Je suis pas Wonderwoman, loin de là,

Juste moi, qui je suis, je n’ai rien d’autre à offrir,

Mais enfin, je sais que c’est bien comme ça…

Chère Fabuleuse, est-ce que ça te rappelle quelque chose ?

Je veux dire, en dehors des rimes de Ben l’Oncle Soul ? Bon, si au moins tes épaules ont bougé toutes seules, j’ai déjà réussi quelque chose !

J’adore cette chanson Soul man, non seulement parce que j’aime beaucoup ce style de musique, mais aussi parce que ce qu’elle raconte fait écho à ma vie de maman imparfaite qui reluque parfois (souvent) des modèles inaccessibles… et qui se dit que, après tout, c’est pas si grave !

C’est même très bien comme ça.

Si tu suis Hélène Bonhomme depuis un moment, il y a au moins une chose que tu sais, ou que tu es en train d’apprendre : fait vaut mieux que parfait. Cette petite phrase, à l’air simpliste, voire naïf, a pourtant changé la vie de pas mal de mamans, à commencer par la mienne. Au départ, il y a eu un mélange de résistance et d’incrédulité :

« Comment ça, je ne suis pas obligée d’être irréprochable pour être aimée ? Et comment ça, ce n’est pas égoïste de prendre du temps rien que pour moi ? Ah oui ? Vous voulez dire que la Terre va continuer de tourner même si je décide d’arrêter de repasser les mouchoirs ? »

(Bon, d’accord, j’exagère un peu, plus personne ne repasse des mouchoirs en tissu – si, quelqu’un ?)

Le jour où j’ai compris que je n’avais pas à cocher toutes les cases de la soi-disant mère idéale, parce qu’au final :

1/ personne ne me le demandait, 

2/ ça ne me rendrait pas plus heureuse 

3/ même si j’essayais, je n’y arriverais pas, 

j’ai commencé à trouver l’air plus respirable dans mon quotidien. Coïncidence ? Je ne crois pas. Pendant longtemps, je n’ai pas voulu l’admettre et pourtant, c’était élémentaire, chère fabuleuse Watson : je trouve de la joie quand je suis moi – modèle unique et digne d’être aimé – et pas quand je m’épuise à vouloir me démultiplier pour répondre à tout, tout le monde et tout le temps !

Et c’est ainsi que j’ai troqué la to-do list insatiable et jamais satisfaisante par une to-do list minimaliste et réjouissante.

Minimaliste, pas dans le sens péjoratif, mais dans le sens où j’évite d’essayer d’être partout tout en distribuant de la magie dans les 24 heures qui me sont imparties chaque jour – je ne suis pas le Père Noël. Il ne s’agit pas pour moi d’envoyer paître enfants, Fabuleux ou toute autre personne qui “gênerait” mon épanouissement – ils ne méritent pas un si mauvais traitement – mais de (ré)apprendre à faire une chose à la fois. 

Ça ressemble assez à ce que les pratiquants de la méditation appellent faire les choses en conscience, c’est-à-dire se concentrer sur le moment présent, sur ce que je suis en train de faire, au lieu de penser à tout ce que je devrais faire avant que le soleil ne se couche, alors qu’il n’est que 6h du matin et que je m’efforce de mettre le nombre correct de cuillères de café dans le filtre.

J’avoue que j’éprouve de la satisfaction à déblayer mon cerveau des “encombrants”. Faire du tri est une sorte de passion pour moi. Je n’aime pas me sentir overwhelmed – ce mot anglais évoque bien, pour moi, le sentiment d’être surchargée, dépassée, envahie, submergée.

J’aime avoir de l’espace pour respirer.

Sûrement une petite tendance claustrophobe… J’aime enlever des armoires les vêtements trop petits de mes garçons, vérifier les dates de péremption des médicaments dans la boîte à pharmacie familiale, repérer les objets dont on ne sert plus pour les donner ou les vendre ou les jeter, selon leur état. J’ai donc tout simplement appliqué cette passion du tri à ma to-do list de maman.

As-tu remarqué, chère Fabuleuse, que, nous autres mamans, sommes capables de faire des listes qui s’allongent toujours plus et nous mènent tout droit au pétage de plomb : tâches ménagères, courses, démarches administratives, rendez-vous médicaux, événements familiaux, suivi de la scolarité, accompagnement aux activités extrascolaires, vacances, engagements associatifs, sans parler des moments en tête à tête à prévoir avec son Fabuleux, voire plus si affinités, coups de fil à passer à ses parents, à ses amies, à quoi s’ajoutent les trucs qui tombent en panne ou se cassent ou s’abîment ou se trouent… N’en jetez plus ! 

Ou plutôt : et si on en jetait un peu ?

Si tu aimes vraiment les listes, tu peux l’alléger un peu et garder seulement les choses que tu oublierais vraiment si tu ne les écrivais pas quelque part, et puis tu y ajoutes des choses qui mettent de bonne humeur ! Un peu de “faire la sieste” par ici, “jouer aux fléchettes” par là, encore un peu de “me faire les ongles” ou “me faire faire les ongles”… et puis du vide, du calme, du silence, des blancs, des bulles, de l’air, des “riens”…

Allez, je finis comme j’ai commencé, en musique et en poésie, avec un extrait tout doux de la célèbre chanson de Gainsbourg, Ces petits riens :

« Mieux vaut ne penser à rien que de pas penser du tout

Rien c’est déjà, rien c’est déjà beaucoup

On se souvient de rien et puisqu’on oublie tout

Rien, c’est bien mieux que tout. »

Si tu veux retrouver de la légèreté et de la douceur dans tes journées de fabuleuse maman, je t’annonce la sortie qui met toute l’équipe en joie, et bientôt toi j’espère :

La BD de Fleur-Lise, qu’elle a appelée Toutes Douces Listes.

188 pages qui vont te réconcilier avec les listes et t’aider à être douce avec toi-même tout en gérant les aléas du direct avec autant de légèreté que possible.

Les précommandes, c’est maintenant et jusqu’au 31 mai, alors fais-toi ce beau cadeau qui deviendra la “it piece” de toutes les mamans de la francophonie avant l’été.



Partager
l'article sur


Cet article a été écrit par :
Myriam Oliviéro

Infirmière de formation et diplômée en médecine tropicale, Myriam s’est orientée vers l’action médico-sociale auprès des publics démunis. Après un séjour de 2 ans en Afrique de l’Ouest, elle s’est investie en France dans différentes associations.

Mariée à un Fabuleux infirmier et pianiste avec qui elle a 2 garçons, elle a rejoint cette année l’équipe des Fabuleuses en tant qu’assistante de rédaction.

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
La procrastination : amie ou ennemie ?
Oui, je te vois, chère Fabuleuse, quand tu reportes de semaine en semaine cette tâche aussi attirante qu’un bouchon de[...]
Ta Fabuleuse illustration (9)
Avec l’équipe des Fabuleuses, on a décidé de vous mettre à disposition des « phrases Fabuleuses » illustrées, en libre[...]
Conception et réalisation : Progressif Media