Solfege

Solfège : yes we can

Qui n’a jamais rêvé que son enfant devienne une rock star ? Pour briller il faut aussi traverser une zone de turbulence… le solfège ! Disons-le, c’est à peu près le pire ennemi de la plupart des adultes qui regrettent aujourd’hui de ne pas être musicien, ayant arrêté petit à cause de la théorie.

Heureusement il n’y a pas de fatalité, et vos enfants peuvent vivre quelques années de solfège sans être traumatisés !

Voici 8 trucs à savoir en tant que parents pour aider ses enfants inscrits au solfège :

1) Arrêter la musique parce qu’on n’aime pas le solfège est un mauvais calcul.
C’est un peu comme ne plus aller à l’école parce qu’on n’aime pas les maths, c’est pas valable …

2) Le solfège c’est un peu comme le sport : on a du mal à s’y mettre et seul c’est pas fun !
Parents musiciens ou non, vos enfants ont besoin de vous pour les accompagner. Votre investissement fera la différence !

3) Les enfants apprennent par l’exemple.
Si le moment des devoirs ou de les déposer en cours est une corvée pour vous, ça le sera certainement pour eux aussi …

4) Vos paroles positives et encourageantes sont un moteur très puissant !
Avant la rentrée : «c’est génial tu vas apprendre les notes et ensuite je les apprendrai grâce à toi !» ; «tu as de la chance de faire de la musique».
Au cours de l’année : «ce n’est pas tout le temps facile, mais tu en es capable»; «je suis très fier de toi, ce qui compte ce n’est pas tes résultats mais tes efforts»

5) Travailler peu et souvent (5 minutes top chrono), est plus efficace qu’une fois dans la semaine mais longtemps.
D’ailleurs, je conseille toujours à mes élèves autonomes de laisser la lecture de notes aux WC : une ligne par jour et c’est réglé !

6) Les enfants aiment être challengés.
À la maison vous pouvez de temps en temps chronométrer leur lecture ou les filmer, enregistrer leur lecture de rythme, les faire réciter tout en jouant au ballon, mettre une récompense en jeu… Bref, soyez créatifs 🙂

7) Un cycle de quatre années de solfège est le minimum requis pour comprendre les partitions.
À noter que pour être dispensé du solfège, la seule alternative est le privé.

8) La persévérance paye toujours !
C’est un principe difficile pour les enfants car ils sont dans l’instantané et le plaisir, mais c’est leur rendre service pour plus tard que de les aider à ne pas baisser les bras en leur montrant le long terme.
Je donne toujours à mes élèves l’exemple des bébés qui tombent et se relèvent, tombent encore et se relèvent encore… puis finissent un jour par marcher et enfin… courir ! Ce potentiel de persévérance est en chacun de nous.

 

Je partage sur Facebook
  • Nadine Hcl

    Ma fille de 12 ans a fait ses 4 ans de solfège. Elle prend des cours de piano. Elle a failli abandonner, on a insisté et aujourd’hui, elle ne regrette pas. Quand j’assiste aux auditions, je suis fière! 😉
    Sa soeur de 7 ans a la chance d’être dans une classe musicale où elle apprend à jouer de l’alto. Il faut vraiment les encourager dans tous les domaines, nos petits fabuleux. Merci pour ces conseils! ^^

  • J’ai eu un prof de solfège exceptionnel qui nous faisait tout chanter, ça aide drolement à passer la pillule!

  • Cindy

    ben là voilà la raison pour laquelle tu chantes bien ! 🙂