HB-article 4 films de mamans

Mes 4 films de maman !

Samedi soir, les enfants sont au lit. Mon fabuleux propose :

« Et si on regardait un film ? »

J’ouvre le placard des DVD pour en choisir deux ou trois : uniquement ceux qui durent moins de 2 heures, sinon je risque de m’endormir avant la fin. La cinéphile du couple, c’est moi (mon père m’a transmis sa passion des vieux films américains), alors aujourd’hui, laisse-moi te présenter ma sélection de films pour fabuleuse maman :

Voici quatre “classiques” qui ont le plus marqué la femme et la mère que je suis devenue.

La vie est belle (It’s a wonderful life, Frank Capra, 1946) : Une vraie pépite contre les coups de mou !

Capture d’écran 2018-11-29 à 09.50.16

Les jours où j’oublie que je suis fabuleuse, je fais le même exercice que le héros du film, George : si je n’avais jamais existé, il n’y aurait pas mes enfants, pas certaines réalisations (mon travail, mes dessins, mes articles), mon frère et ma sœur n’auraient pas la même vie, etc. Avec ce film, je me rends compte de mon importance, toute relative, mais essentielle pour beaucoup.

J’adore la réplique finale :

« Un homme qui a des amis n’est jamais un raté »

Elle nous rappelle l’importance des liens d’amitiés sincères et authentiques pour surmonter les difficultés au travail ou en famille.

Autant en emporte le vent (Gone With the Wind , Victor Fleming, 1939) : Deux femmes inspirantes

Capture d’écran 2018-11-29 à 09.54.26Je te vois venir :

« Ouais, encore un film à l’eau de rose… »

Laisse-moi réhabiliter ce film à sa juste valeur, car les deux figures de femmes qu’ils proposent peuvent vraiment t’inspirer : Scarlett – la fougueuse, la battante – et Mélanie – la douce, la tendre, fidèle à ses valeurs, à sa famille, à ses amis. On tend à les opposer alors qu’elles se complètent puisque chacune a trouvé sa raison de vivre malgré les épreuves : déception amoureuse, société qui bascule, deuils, famine… Scarlett se bat pour sauver la terre de ses ancêtres et sa famille ; Mélanie, pour défendre ses convictions. Elles sont toutes les deux courageuses et fabuleuses, chacune à leur façon, chacune avec ses défauts et ses qualités !

Après avoir vu le film, voici une liste de questions qui peuvent nourrir ta réflexion (et celle de ta fille ado, par la même occasion !) :

  • Quelle femme t’inspire le plus (il y de nombreux personnages secondaires : la mère, la prostituée, la Mama noire)
  • Quelle épreuve traversée te semble la plus difficile ?
  • Pour quoi es-tu prête à te battre, à vivre ?
  • Qu’est-ce que cette histoire d’amour t’a appris sur l’idéal masculin ? Est-il là où nous l’attendons ? Existe-t-il seulement ?

Convoi de femmes  (Westward the woman, William Wellman, 1951) : La fierté d’être une femme

Capture d’écran 2018-11-29 à 09.54.45Un western féministe, ça te tente ? Un homme part à Chicago recruter 150 femmes volontaires pour traverser les États-Unis et venir peupler le ranch qu’il vient de fonder. C’est en restant femmes qu’elles survivront à ce périple : avec leurs petits défauts – crêpage de chignon, crises de nerfs, coquetterie – et leurs grandes qualités – entraide, courage, force, authenticité, tendresse, beauté.

Ce film offre aussi l’une des plus belles scènes d’accouchement du cinéma : alors que la future mère donne naissance à l’intérieur d’un chariot en plein désert, l’image nous montre toutes les autres femmes, solidaires, qui poussent elles aussi de toutes leurs forces le chariot qui a perdu une roue et risque de basculer… Belle image d’une maternité qui nous unit toutes !

Mirage de la vie (Imitation of life, Douglas Sirk, 1959) : Les relations mère-fille

Capture d’écran 2018-11-29 à 09.59.10Ce film raconte le parcours difficile de deux veuves dans l’Amérique des années 50 – Lora et Annie – et de leurs deux filles. Une œuvre qui aborde des thèmes complexes, comme la relation mère-fille, le racisme, l’équilibre vie pro/vie perso, les sacrifices nécessaires pour accomplir un rêve, etc. Lora et Annie représentent chacune un « type » de maman : trop distante ou trop étouffante, trop laxiste ou trop autoritaire… Chacune est sûre de donner le meilleur à sa fille, et pourtant elles ne peuvent leur éviter certaines blessures. Si tu as une fille adolescente, tu peux profiter d’une soirée canapé-pizza-DVD pour parler de votre relation : Trop distante ? Trop étouffante ?

La chanson du générique du début nous pousse à la réflexion :

« What is love without the giving ? Without love you’re only living an imitation of life »

(Qu’est-ce que l’amour sans le don? Sans amour, ta vie n’est qu’un mirage).

Et toi, quels films t’ont accompagnée sur ton chemin de femme et de mère ?

 

HB-Pub article calendrier

profil-marguerite-chroniqueuseDiplômée d’une école d’ingénieur et dessinatrice depuis toujours, Marguerite Bories vit sa maternité comme une grande remise en question de sa vie professionnelle, familiale et personnelle. Maman en 2013 puis en 2015, elle décide de travailler en indépendant pour garder sa liberté et travailler à mi-temps et à domicile, dans le secteur culturel. Entre deux missions, elle profite de ses « jours sans enfants » pour lire, réfléchir, et dessiner bien sûr ! Marguerite est mariée depuis 2012 et vit avec sa famille à Avignon.

Je partage sur Facebook