desir-ou-es-tu

Désir, où es-tu ?

Ça y est, ça fait 3 mois qu’on ne fait plus l’amour, que se passe-t-il entre nous ?

Depuis la naissance du second, mon corps me lâche, je n’ai plus envie qu’on s’approche de moi.

Je rentre du travail, je m’occupe des enfants, de la maison, du linge, des courses, de la cuisine, des devoirs, … le soir, je n’ai plus qu’une envie : dormir.

Quelle rage, je me sens tellement en colère, ce n’est pas l’amour que j’ai envie de faire, c’est la guerre.

Nous sommes peut-être nombreuses à nous reconnaître…

Voilà, j’ai 28 ans, ça fait 7 ans que je suis avec mon homme, nous avons 2 enfants et… depuis l’arrivée de mon 2ème enfant, mes relations sexuelles sont devenues quasi inexistantes (moins d’une fois tous les deux mois) et je n’en ressens même pas le manque…

Est-ce normal ?  Selon vous, dans notre cas, combien de rapports par semaine serait-il normal d’avoir ? Comment ça se passe normalement ? Le couple choisit-il des jours précis dans la semaine ? Ou ça se fait juste comme ça ?

Voici une question vraiment intime

Ce n’est pas facile de s’ouvrir, de dire à une personne extérieure que l’on ne connaît pas, que l’on a des doutes, que ça ne va plus. C’est déjà un début d’autonomie. Parfois on a des questions ou des difficultés et personne dans l’entourage n’est là pour nous venir en aide. Du coup, on finit isolée affectivement.

Qui n’a jamais vécu la situation d’être avec un nourrisson et personne sur qui s’appuyer émotionnellement à l’horizon ?

Il est grand temps d’apprendre à bien s’entourer.

À la découverte de ton intelligence sexuelle

Je lis. Je cherche des réponses. Je pose des questions. Eurêka ! J’ai compris.

Ça a été une découverte lumineuse pour moi : celle de l’intelligence sexuelle.

Lors d’une conférence sur les types d’intelligences, j’ai entendu pour la première fois qu’il existait une intelligence sexuelle et que nous étions tous invités à la développer. C’est un peu comme quand on apprend à faire un jardin, en développant notre intelligence de la nature.

Tout le monde ne naît pas avec la main verte.

Cela s’apprend.

De même, nous ne sommes pas censées avoir une vie sexuelle et affective juste par intuition, mais c’est notre responsabilité de lire et de nous former sur ce sujet, au moins de nous y intéresser. Il y a vraiment de nombreux ouvrages respectueux qui parlent de notre corps et de son fonctionnement, de ses besoins.

Je me souviens, alors que j’étais encore célibataire, combien cela a été éclairant pour moi de lire Danièle Flaumenbum Femme désirée femme désirante. Quel plaisir de découvrir ma féminité !

Une option corporelle, pour commencer

La première chose, très pratique, que j’aimerais suggérer : l’ostéopathie crânienne.

Après la naissance de ma deuxième fille, j’avais l’impression que mon corps ne m’appartenait plus.

Je n’avais pas vraiment envie d’intimité avec mon mari. Il se sentait un peu rejeté et moi je ne savais pas comment faire, je n’avais pas du tout de désir.

En parlant avec des personnes proches de moi, j’ai découvert les bienfaits de l’ostéopathie crânienne. Un spécialiste avisé et bienveillant m’a reçu. Ça a été juste incroyable, déjà la première séance a suffit pour me libérer des tensions et des craintes qui m’éloignaient de mon Fabuleux. J’ai senti petit à petit mon désir se restaurer.

Ça y est, mon bassin reprenait sa place, comme si tout mon être était plus stable.

Il était grand temps aussi de chouchouter notre intimité

Je pense que chaque couple a son rythme.

Est-ce que je mets de l’énergie pour faire grandir le sentiment d’appartenance dans mon couple ? Est-ce que nous avons des rituels, des petits gestes propres à notre couple ? Comment je raconte l’histoire de notre rencontre, quand nous sommes tombés amoureux l’un de l’autre ?

Nous avons besoin de nous sentir reliés et d’avoir des petits mots et des petits gestes qui n’appartiennent qu’à nous deux.

Appartenance et sexualité, quel rapport ?

Pour tisser ce rythme de rencontres sexuelles, j’ai besoin d’investir ma vie de couple et de prendre en charge ses besoins.

La sexualité n’est pas une partie isolée du reste, mais elle est le lieu où se dit notre amour et notre désir. Cela va crescendo dans la vie à deux.

  • Si je parle d’argent avec mon conjoint, je risque de couper son désir sexuel à la racine. Il faut donc être créatif et peut-être éviter tout débat sur ce sujet.        

  • Les rendez-vous peuvent avoir lieu deux fois par jour, deux fois par semaine, trois ou quatre fois par mois. C’est vraiment notre libido et notre désir qui rythment nos rencontres.

  • Si je n’ai pas de libido, c’est peut-être que je suis épuisée. Il est grand temps d’aller DORMIR !

Et vous, par quel chemin retrouvez-vous de l’intimité ?

  • Riez-vous ensemble?

  • Êtes vous généreux l’un envers l’autre ?    

  • Est-ce que vous cultivez cette juste distance qui vous donne envie de vous retrouver dans l’intimité ?

  • Vous massez-vous mutuellement ?

  • Échangez-vous des mots de reconnaissance ?

Soyez créatives !

Ce que nous vous souhaitons : beaucoup de plaisir, beaucoup de désir !

Pour aller plus loin : Tendresse et sexualité : se donner les meilleures conditions

en couple simoneLuciane, brésilienne, 41 ans, doctorat de linguistique en poche, s’est mariée sur le tard avec Paul, qu’elle a connu à Paris où elle a vécu 18 ans. Ils sont parents de 2 petites filles.

Geneviève, 37 ans, psychomotricienne de formation, passionnée de chant et de danse, est en route vers la vie à deux.
Nous habitons maintenant toutes les deux au Brésil, où nous créons notre entreprise.
Nous avons toutes les deux une formation commune de 5 ans en développement personnel, qui a révolutionné notre vision du couple et de la vie à deux. Nous avons beaucoup reçu ! Nous avons maintenant à cœur de transmettre tous ces trésors.
Notre rêve est d’impacter les femmes qui sont déterminées à avancer vers une vie de couple qui leur convient à 100%.

Le site de « En Couple Simone » : http://encouplesimone.com

promo-ebook

Je partage sur Facebook