All posts in Les Fabuleuses

HB-article loup blanc noir2

J’ai des idées noires

D’après une fable amérindienne, nos luttes intérieures sont semblables à un combat entre deux loups de force égale :

  • le loup noir et sombre, qui représente notre mauvaise humeur, nos peurs, notre découragement ;
  • face à lui se tient le loup blanc et lumineux, qui représente notre joie, notre sérénité, notre indépendance émotionnelle.

Parfois, au cours de cette lutte sans merci, l’un des deux loups prend le dessus. Mais sa domination ne dure jamais très longtemps car son adversaire revient à la charge avec encore plus de vigueur.

On la connaît bien, n’est-ce pas, cette sensation de lutter sans cesse à l’intérieur, cette sensation d’être tiraillée entre d’un côté le courage d’aller de l’avant, et de l’autre côté l’envie de se laisser aller à ce qui nous tire vers le bas ! Lire la suite…

HB-article super sapin

Le sapin, côté verso

J’adore le sapin de Noël. Pas les sapins de Noël en général : LE sapin de Noël en lui-même.

J’aime tout le concept :

L’étoile en haut de la cime, les guirlandes – lumineuses ou pas – les boules – magnifiques en verre ou assez moches en papier mâché, confectionnées par les enfants – l’odeur qui envahit le salon, les épines qui jonchent le sol au bout de trois jours.

Quand j’étais petite, je passais un mercredi après-midi chez mes grands-parents spécialement pour l’occasion : décorer leur sapin. Il était absolument énorme, pas riquiqui posé sur une table basse comme chez mes parents. Ses branches envahissaient tout le salon. Ses décorations remplissaient deux cartons entiers que mon grand-père remontait de la cave avec toutes les peines du monde. Lire la suite…

HB-article picintouch3

« On voulait un job qui ait du sens »

Aurions-nous eu la même énergie si nous avions monté un autre type de start-up ? Dans un autre secteur ? C’est une bonne question, mais je crois que non.

Nous avons vraiment le sentiment que Picintouch rend le monde meilleur. Oh, pas grand chose, c’est vrai, mais à notre niveau, nous permettons aux gens d’apporter du bonheur dans leur famille, et n’est-ce pas le combat que nous avons tous les jours au sein de nos familles, avec nos enfants ? Lire la suite…

HB-article lettres rebecca

Les lettres qui ne nous sont pas adressées

Au courrier du jour, deux contraventions. Pas une : deux ! Je les survole rapidement, m’exclame :

« Eh bien, bravo Christoph ! »

Je souris un peu : j’ai décidé dès le début de notre mariage de ne pas m’énerver à cause des contraventions. J’avais prévenu mon mari :

« Si tu dépenses 20-30 euros en quelques secondes à cause d’une prune, j’en ferai autant et je m’achèterai des livres pour la même somme. »

Mais cette fois-là, tout en examinant attentivement les deux contraventions, mon fabuleux lève les yeux et me répond :

« Mais attends, attends, MOI, je ne me suis pas garé dans la rue Martin Luther alors qu’elle était interdite à la circulation ! Cette lettre est pour toi, ma petite femme ! »

Zut alors, moi qui me réjouissais déjà de m’offrir quelques bouquins supplémentaires… Lire la suite…

HB-article-noel-famille-joie

Noël en famille : Joie ou angoisse ?

Noël en famille. Quelles images vous viennent quand vous lisez ces mots ? Sapin, lumières, visages réjouis ? Ou angoisse, malaise, ventre noué ?

En ce début de mois de décembre, environ la moitié des femmes que j’accompagne actuellement m’ont demandé de consacrer une séance supplémentaire à leurs relations avec leur père, mère, ou famille élargie. La perspective des réunions familiales autour des fêtes de fin d’année apporte en effet son lot d’inquiétude.

Marianne comme Cloé, souffre de relations difficiles avec ses parents.

Marianne se sent déjà prise au piège par un père vieillissant qui, alors qu’elle tarde à répondre à son invitation à passer Noël ensemble, lui envoie chaque jour un message « tu sais, je me fais vieux, je ne suis pas éternel », ou « cette maison que je loue, c’est pour toi et tes frères et sœurs que je le fais, pour que nous puissions nous voir ».   Lire la suite…

HB-article benevolat

Petit éloge de la gratuité

Tout se paie, tout se monnaie, tout s’évalue. Tout ? Pas si sûr… Avec ses 13 millions de bénévoles – sans compter les Fabuleuses ! – la France est la championne européenne du bénévolat. Une réalité à sauvegarder à tout prix, surtout en cette journée mondiale du bénévolat.

En 2018, la gratuité, la générosité et la gentillesse sont à la mode, et c’est tant mieux. 

« L’ONU souhaiterait voir les sociétés et les gouvernements reconnaître et promouvoir le volontariat comme activité indispensable » (résolution des Nations Unies 40/212) .

Good new. J’y lis entre les lignes que l’ONU encourage les gouvernements à reconnaître toutes les activités non-rémunérées, et, entre autres, le travail des fabuleuses mamans… Lire la suite…

HB-article corvee de cadeau

Corvée de cadeaux

Décembre, c’est le mois des questions. Celles qui vous occupent l’esprit pour ne plus le quitter. Qui ne vous laissent pas de répit, encore moins à 4 heures du matin.

Il y a d’abord LA question : que va-t-on donc bien pouvoir offrir à ces enfants déjà archi-pourri-gâtés dont les chambres débordent de jeux en tout genre ? Et encore, moi, j’ai à peu près une vague idée d’un truc simple à leur offrir et qui leur ferait plaisir… mais il faut en plus donner des idées aux grands-mères, aux parrains et marraines, aux oncles et tantes : autant vous dire que trouver des idées va me causer quelques insomnies de plus !

Bref, un cauchemar.

Vient ensuite la question subsidiaire : et le Fabuleux ? Que lui offrir ? Personnellement, c’est mon angoisse à chaque Noël (et à chaque anniversaire) : Monsieur n’a jamais envie de rien. Enfin, si, il peut avoir une envie, mais il la révèlera approximativement, après mûre réflexion, aux alentours du 8 janvier : et moi, à tous les coups, j’aurai tapé à côté. Et si vous commettez l’affront de lui offrir un vêtement, il vous en fait le reproche pendant les 364 jours suivants. Lire la suite…

HB-article larme secrete

L’arme secrète des mamans

Un jour, m’a fille m’a appelée en criant :

« Maman, j’ai trouvé les chaussettes de Pia dans mon cartable ! »

J’ai ri. J’ai donc eu droit à un :

« Maman, c’est pas drôle ».

Mais si justement, c’est drôle, et c’est même plus que ça :

Un vrai comique de situation.

Même chose le jour où j’ai sorti le sac poubelle bondé de couches, que j’ai fermé au plus vite avec un gros nœud. En chemin, mon pouce a fait un trou dans le plastique et j’ai entendu « pffffffffff ! » et d’un seul coup, l’odeur m’a littéralement terrassée. Ce soir-là, à chaque fois que je pensais au “pffffff”, je pouffais de rire…

D’ailleurs, je ris encore de l’idée que j’ai eue un jour de mettre le paquet de beurre sur le chauffage (parce qu’il était un peu trop dur) et que j’ai retrouvé le beurre le lendemain matin sous le chauffage… Il n’était plus du tout trop dur, sur le coup. Lire la suite…

HB-article-occupe

Je m’occupe de tout, qui s’occupe de moi ?

Ça m’arrive à peu près tous les soirs, quand dans le noir, je les entends sombrer dans le sommeil. Après leur avoir lu le journal de Mickey en piquant du nez, je leur chante des berceuses qui me bercent surtout moi-même, et victoire, ils s’endorment, l’un après l’autre, juste là, sous mes mains qui caressent la peau douce de leur cou.

Le silence, enfin.

Et juste un filet d’air qui entre et sort de leurs poumons, et moi je reste là, dans le noir, parce que j’ai la flemme de descendre me mettre en pyjama, et je me dis que finalement je pourrais bien dormir ici, au milieu d’une armée de Playmobil.

Je suis fatiguée, mais je ne dors pas. Je pense. Je pense à ces histoires que je leur lis, à ces chansons que je leur chante, à ces câlins, ces bisous que je leur distribue sans compter, même quand ils me font ch*#&. Lire la suite…

HB-article-picintouch2

Boulot, pti’ pots, photos, quand ta vie pro devient perso…

Garder le contact en photo, c’est ce que deux fabuleuses, Aurélie et Alix ont bâti avec Picintouch, un service fabuleusement simple pour envoyer de ses nouvelles en photos à sa maman ou à sa belle-mère tout au long de l’année. Pendant 4 semaines, elles témoignent de leur aventure. 

N’ayons pas peur d’essayer !

Quand germe en toi l’envie d’entreprendre, cette envie de liberté et d’indépendance professionnelle, c’est à la fois excitant et vertigineux. Lire la suite…

HB-sapin-emmerdes

Mon beau sapin, roi des emmerdes

Je vous en prie, entrez un instant, installez-vous confortablement, bienvenue chez moi… oh mais attendez : je bouge la pile de linge, voilà, asseyez-vous.

J’aimerais vous parler des us et coutumes de Noël dans notre famille. Je nous présente en vitesse : maman psy d’origine belge, papa pasteur d’origine allemande, 3 filles et 2 chats, le tout logé au milieu de la Forêt Noire enneigée. Oui, le cliché parfait pour une série américaine bon enfant. Tout cela sonne un peu comme un remake de « 7 à la maison ».

Mais sans transition, tuons le mythe : Lire la suite…

HB-article 4 films de mamans

Mes 4 films de maman !

Samedi soir, les enfants sont au lit. Mon fabuleux propose :

« Et si on regardait un film ? »

J’ouvre le placard des DVD pour en choisir deux ou trois : uniquement ceux qui durent moins de 2 heures, sinon je risque de m’endormir avant la fin. La cinéphile du couple, c’est moi (mon père m’a transmis sa passion des vieux films américains), alors aujourd’hui, laisse-moi te présenter ma sélection de films pour fabuleuse maman :

Voici quatre “classiques” qui ont le plus marqué la femme et la mère que je suis devenue. Lire la suite…

HB-article-doudou open space

« Un doudou dans l’open space » : notre fabuleuse sélection

Comment concilier les rôles de mère, d’épouse, de femme présente sur le marché du travail ? Est-il possible de tout vivre en même temps ? Ces questions, au cœur de l’aventure des Fabuleuses depuis ses débuts, ont été abordées à l’occasion du colloque « Le défi des femmes » qui s’est tenu le 14 octobre 2017 à Paris. Les éditions Quasar publient les actes (1) de ce colloque dans lequel est intervenue Hélène Bonhomme, fondatrice des Fabuleuses au foyer.

Voici une « fabuleuse sélection » opérée parmi les interventions et qui peut nourrir la réflexion de chacune d’entre vous, là où elle se trouve : qu’elle soit bien chez elle ou au boulot, qu’elle se pose ou pas la question de changer de fonctionnement. Lire la suite…

HB-article-aider etre aidee

Aider ou être aidée ?

Telle est la question.

C’est en tous cas la question du moment chez les Fabuleuses. Depuis quelques semaines maintenant, on vous parle d’aide, d’écoute active, d’entraide entre mamans. On vous a concocté un ebook, on prépare même un événement.

On vous explique que vous pouvez aider.

Pour apporter ma petite pierre à ce nouveau fabuleux édifice, j’ai envie de vous raconter une petite histoire. Celle d’un coup de fil reçu au printemps dernier.

Voici la situation : je profite d’une semaine sans enfants – chose rare et précieuse – pour m’offrir une balade sur la plage après le travail (car oui, si je n’ai ni la chance de pouvoir sortir au théâtre un soir de semaine ni la possibilité de me faire livrer des sushis à domicile, j’ai le privilège d’habiter près de l’océan).

C’est alors que mon téléphone se met à vibrer. Lire la suite…

HB-article-cheri je suis fatiguee

« Chéri, je suis fatiguée… »

Eh non, on ne parle pas ici de la réaction qu’on peut avoir pour éconduire avec tact son conjoint et ses envies de câlins…

Voici la situation : vous rentrez du boulot – ou bien tout simplement d’une journée bien remplie avec tout ce qu’il peut y avoir d’autre que le “travail” dans une vie de fabuleuse – et vous lancez à votre conjoint :

“Chéri, je suis fatiguée…”

Suspense, suspense : quelle va être sa première réaction ?

Voyons un peu les exemples de réactions possibles si votre cher et tendre n’est pas – encore – le champion de l’écoute active.

L’écoute active ? C’est cette qualité d’écoute qu’on trouve notamment et normalement chez les professionnels de l’accompagnement. Lire la suite…

HB-article-rouleau

Premiers secours pour mamans au bout du rouleau

Est-ce que tu connais cette histoire ?

Un homme marchait sur une plage déserte. Peu à peu, il commença à distinguer la silhouette d’un jeune garçon dans le lointain.

Quand il fut plus près, il remarqua que le garçon ne cessait de se pencher pour ramasser quelque chose qu’il jetait aussitôt à l’eau.

Inlassablement, il lançait des choses à tour de bras dans l’océan.

En s’approchant davantage, l’homme remarqua que le jeune garçon ramassait les étoiles de mer que la marée avait rejetées sur la plage et, une par une, les relançait dans l’eau.

L’homme était intrigué.

Il aborda le garçon en lui demandant ce qu’il était en train de faire. Lire la suite…

HB-article- salle d'attente

Deux fabuleuses dans une salle d’attente

Me voilà au petit matin dans la salle d’attente déjà bondée de mon médecin généraliste, Hannah machouillant consciencieusement un quignon de pain dans sa poussette. Je suis particulièrement fatiguée et j’ai mal. Infection urinaire.

Quatre personnes patientent déjà.

Je compte rapidement : une vingtaine de minutes par consultation équivaut à plus d’une heure d’attente. Beaucoup trop à mon goût pour supporter la douleur.

Ma petite voix négative, sautant sur l’occasion que lui offre ce moment de fatigue, s’enclenche et me murmure à l’oreille :

« Tu en fais trop, te voilà dans le rouge ! »

Je la maudis. Et ce matin, je dispose de 3600 secondes pour me battre avec elle, remettre en question l’organisation de la maison, l’intendance, mon boulot et revisiter chacun des temps que je passe auprès des enfants à écouter, rassurer, consoler, encourager, aider et soigner. Lire la suite…

HB-article-picintouch

Notre entreprise est née lors d’un Noël en famille

Alix et Aurélie, deux mamans de 2 et 4 enfants, ont choisi de concilier leur vie de mère de famille et leurs envies professionnelles. Leur start-up “family friendly” est née un soir de Noël, inspirée à 100% par le fameux casse-tête des cadeaux !

Tu n’as pas envie d’offrir un bibelot acheté à la dernière minute et qui finira sous la poussière sur la dernière étagère…

Tu n’as pas envie de la soupe à la grimace de ta mère qui esquisse un pincement de lèvre quand elle ouvre la pochette des boucles d’oreilles que t’as choisies… Parce que t’as oublié qu’elle n’a toujours pas les oreilles percées.

On ne sait pas non plus comment faire plaisir à son grand-père. Il a déjà tout et vit seul à l’autre bout de la France. On pense souvent à lui, mais on n’a pas pris le temps de lui passer un coup de fil depuis longtemps… Lire la suite…

HB-article-de quoi tu te mele

« De quoi tu te mêles ? »

C’est vrai ça, de quoi tu te mêles ?

Pourquoi irais-tu parler à cette maman toute blême devant l’école et qui a l’air tellement fatiguée ?

Pourquoi irais-tu aborder celle qui accompagne son petit garçon handicapé à l’école, et qui repart rapidement, sans jeter de coup d’œil ni à gauche, ni à droite, parce qu’elle n’en peut plus de l’insouciance des autres et qu’elle veut oublier la vie dont elle rêvait avant ?

Pourquoi parlerais-tu à cette voisine, celle que tu entends s’engueuler tous les soirs avec son mari et dont le bébé de trois mois hurle sans arrêt ?

Parce que toi, chère fabuleuse, tu peux faire quelque chose pour chacune d’entre elles.

Tu as traversé, ou tu traverses encore, la grande épreuve qu’est la maternité.

Lire la suite…

aider-prix

Aider : oui, mais pas à n’importe quel prix

Un enfant qui en demande toujours plus, un collègue qui te délègue systématiquement le sale boulot, un conjoint qui part du principe que tu devrais être disponible 24/7 pour lui rendre service… Dans tes relations, as-tu parfois la désagréable impression d’être celle des deux qui fait tous les efforts pour aider l’autre ? Cette frustration de te donner à fond pour l’autre, tandis qu’il ne bouge pas d’un poil ? Alors voici LA règle de base pour ne plus te faire avoir !

C’est un principe simple et tellement évident que nous avons tendance à l’oublier dans nos interactions avec nos proches : la règle du 50/50 ! 50/50, comme lors d’une négociation ou du règlement de l’addition au restaurant…

En clair : dans une relation saine, les 2 protagonistes font la moitié du chemin.

C’est aussi simple que ça… et bien compliqué à mettre en pratique, parfois. Lire la suite…

WhatsApp Image 2018-11-13 at 10.16.34

« On s’organise comment, pour Noël ? »

C’est, en substance, le message reçu par une amie proche de la part de sa belle-sœur. On est mi-novembre. Elle l’a reçu il y a un mois. Voilà donc la situation : mi-octobre – soit plus de 2 mois avant l’échéance – cette amie devrait déjà avoir :

  • décidé de son jour de trajet pour rejoindre sa belle-famille,
  • arrêté la liste de cadeaux prévue pour ses enfants, pour ceux de sa belle-sœur
  • défini le menu du réveillon, bien évidemment.

Au détour d’une conversation, je raconte l’anecdote à une autre amie. Elle me répond :

« Moi, je vais fêter Noël sept fois, cette année. »

Lire la suite…

HB-article-tout le monde2

Y’en aura pour tout le monde

« Pourquoi tu ne t’intéresses pas à moi ?”

Les enfants sont quand même sacrément doués pour poser des questions qui tuent.

On sort de 20 minutes de Lego, je suis en train de l’aider à s’essuyer le derrière, je me suis mise en retard dans mon boulot pour lui trouver la ficelle dont il avait absolument besoin pour fabriquer son robot en carton, je suis encore crevée de la nuit pourrie que j’ai passée à cause de sa toux, et mon fils de 6 ans me reproche de ne pas m’intéresser à lui.

J’ai envie de lui balancer à la tête que s’il y en a bien UNE qui passe son temps à s’occuper des autres dans cette maison, c’est MOI ! Lire la suite…

HB-article-maman ny comprend rien

Aux mamans qui n’y comprennent rien

Cette semaine, mes jumeaux ont soufflé leur 6 bougies. Je me remémore ce basculement irréversible dans un monde parallèle, où rien ne sera plus jamais pareil. Cette tornade qui a bousculé tout ce que je croyais savoir de moi-même, des autres et du monde.

Je les aime et ils me rendent dingue ; ils me rendent dingue et je les aime — je suis mère et je n’y comprends rien.

Ils fêtent leur anniversaire et je pense à notre troisième enfant, celui qui n’est jamais né. Paradoxalement, avoir vécu une fausse couche a profondément nourri mon expérience de la maternité, cette maternité vibrante, tapie au fond de mes tripes, qui par deux fois m’a prise par surprise. La première fois par le mystérieux dédoublement d’un amas de cellules, qui fait que deux garçons presque identiques cohabitent sous mon toit. La deuxième fois, c’est en me quittant avec fracas que la maternité m’a prise de court.

Expérimenter la maternité, c’est expérimenter toutes sortes de choses qui ne se savent pas, qui ne se contrôlent pas, qui ne se prévoient pas.

Lire la suite…

WhatsApp Image 2018-11-06 at 13.45.44

Il ne parle pas

Alors, ta journée ?

LA question semble ne pas bien tomber, ce soir. Je retenterai le coup plus tard. Oui, plus tard. Il y a quelques années, je n’aurais pas retenté le coup « plus tard », j’aurais rongé l’os jusqu’à atteindre la moelle, et TOUT DE SUITE.

J’aurais posé la question à mon Fabuleux, encore et encore, avec ses variantes :

Il y a eu un souci ?

Le boulot, ça s’est passé comment ?

Ta réunion s’est déroulée comme tu voulais ?

Sans réponse, la phase « vénère » aurait immédiatement succédé à la phase questionnement :

Mais pourquoi tu ne me racontes jamais rien ?

Sympa, la soirée face à un mur !

Qu’est-ce que j’ai fait ?

Lire la suite…

WhatsApp Image 2018-10-30 at 11.13.10

Mode bienveillance requis

Retour à la maison après une longue journée de travail. Alors que le jour décline et que le thermomètre affiche des valeurs hivernales, je n’ai qu’une seule envie : me lover dans le canapé sous un plaid moelleux avec mon livre du moment.

Un cadeau que je peux exceptionnellement m’offrir :

les enfants passent quelques jours de vacances chez leur grands-parents. Avec la ferme résolution de passer un 18-20 réunissant tous les éléments échappant à mon quotidien de maman – à savoir : calme, sans horaire à respecter, sans repas à anticiper – , j’enclenche la bouilloire pour accompagner ce moment de kiff d’un bon petit thé.

Me voilà à peine installée dans le canapé que, déjà, je me relève : j’ai oublié d’ouvrir le courrier. Dans la pile, une lettre administrative à en-tête officiel qui n’augure rien de bon. Le temps de parcourir le courrier, mon plan « kiff à bouquiner dans le canapé » tombe à l’eau.

Une tracasserie administrative supplémentaire concernant le dossier médical de mon aîné. Alors que les démarches devenaient, depuis quelques mois, plus légères et moins fréquentes, ce courrier douche, en quelques lignes seulement, l’espoir d’entrevoir la fin d’un morceau de notre parcours du combattant.

Me voilà envahie par une litanie de pensées.

« Encore un dossier à gérer »

« Encore des démarches et des rendez-vous »

« Il va falloir établir une stratégie »

Lire la suite…

HB-article-mirror autocritique

En flagrant délit d’autocritique

Qui d’entre vous ne s’est jamais prise en flagrant délit d’auto-jugement ? En flagrant délit de « petites phrases assassines », comme je les appelle. Celles qui viennent vous rappeler combien vous êtes nulle, pas à la hauteur…

« Oui je me suis encore coupée, je suis maladroite, je me fais tout le temps mal, mais j’ai l’habitude d’être un boulet, ce n’est pas grave », me confie Camille. Ingrid, elle, avant d’énoncer sa pensée, dit systématiquement : « Excuse-moi de te dire ça mais… ». Comme si elle n’en avait pas le droit, ou comme si ce qu’elle avait à dire était forcément contrariant ou désagréable à entendre.

Émilie assène : « Je n’ai aucun talent de toutes façons », là où moi, je lui en vois tellement !

Et Lydie, pour expliquer combien elle se sent mal à l’aise dans son job actuel, m’annonce :

« J’ai obtenu mon job par piston, j’ai donc en permanence la sensation de ne pas être à la hauteur – je me sens comme un imposteur ».

Ces phrases assassines deviennent une forme de ritournelle intérieure.

Lire la suite…

HB-article-corps devient

La quarantaine : ce que mon corps devient

Il m’arrive de regarder les jeunes filles et de les envier.

L’autre jour, j’ai même fait un truc un peu vache : à une jeune collègue, grande liane brune gracieuse qui venait d’avoir 25 ans, j’ai osé écrire le mot suivant :

« 25 ans. Le début de la fin. Bon anniversaire ! 😊 »

LOL. En plus, la pauvre, cela lui restait un peu en travers de la gorge, d’avoir 25 ans. Mais tant pis, ça lui apprendra, à elle qui dit souvent :

« Unetelle, elle est assez âgée, elle a 42 ans. Ho pardon, je ne disais pas ça pour toi, tu fais super jeune ! »

Sale gosse, va. Lire la suite…

HB-article-culpabilite

Mamans : ce qu’il faut savoir pour dépasser la culpabilité

Quand quelque chose ne tourne pas rond dans la vie de famille, quel est le premier réflexe de la plupart des mamans ? Chercher en quoi tout est de leur faute ! Voici 4 essentiels à connaître pour dépasser la culpabilité maternelle.

1. Devenir mère, c’est ta vie entière qui passe à la machine à laver

La maternité, c’est la petite qui fait de l’asthme, le grand qui a la bonne idée de s’ouvrir l’arcade un dimanche soir, un vomi gluant sur ton chemisier neuf, la salle de bain inondée, les factures à payer, ton ado qui ne t’écoute plus, ton conjoint qui ne voit pas en quoi ça te stresse…

… et autant de raisons de piquer une crise.

Lire la suite…

HB-article-train maman

Insultée dans le train

Ça y est, on est sur le quai de la gare.

Un voyage de quatre heures nous attend, mes enfants et moi.

Cela fait des semaines que je prépare ce trajet, anticipant chacune de nos affaires en les sélectionnant selon des critères très rigoureux : pratique – léger – silencieux – non salissant.

Chacun tire sa petite valise, « Reine de Neiges » pour ma fille, « Livre de la Jungle » pour mon fils : l’une contient notre pique-nique, l’autre est la valise d’occupation contenant livre de coloriages, feutres, voitures, doudous… et jeux.

Le train arrive, je serre mon mari très fort dans mes bras, redoutant ce voyage en parent solitaire. On grimpe la marche, on trouve nos places, on salue papa par la fenêtre… et c’est parti. Lire la suite…

HB-article-seins

Mes seins

J’ai toujours été une folle dingue du dialogue intérieur. Mais les choses ont empiré depuis quelques années. Maintenant, je parle même à mon corps. Et notamment à mes seins.

C’est un fait.

Je les regarde, nus et blancs, dans le miroir de la salle de bain tandis que je me déshabille pour me doucher :

« Un peu palots, mes chers amis. J’aurais dû accepter de vous laisser caresser par le soleil. Aux côtés de ma gorge dorée, vous auriez meilleure allure. »

L’un cloche du téton tandis que l’autre regarde ailleurs. Il faut que je vous dise : je souffre d’un léger strabisme « tétonnier » divergent. Comme la rééducation du téton n’existe pas (avez-vous déjà rencontré des orthoptistes de la poitrine ?) je n’ai jamais osé parler de ce complexe à n’importe quel médecin, même le plus indulgent, de peur de passer pour une psychorigide de la poitrine parfaite.      Lire la suite…