All posts in Les Fabuleuses

HB-article-parcours sup

Parcoursup, ou le parcours du combattant

Cette collègue arrive en réunion. Comme je la connais bien, je décèle que quelque chose ne  va pas.

À la simple question : « Comment ça va ? », elle s’effondre en larmes…

« J’en peux plus ! »

Vu de (très) loin, il n’y a plus de problème !

Les « grands » de ces âges-là ne réclament plus de biberons et se lavent tous seuls, ne se réveillent plus 12 fois par nuit, ne font plus de batailles d’œufs dans la cuisine (ou alors ils nettoient !), ne nous demandent plus de jouer au foot ou aux barbies avec eux et apprennent leurs cours à peu près tout seuls… Alors, de quoi parle-t-elle ?

En fait, le lot commun des mamans de « grands » est identique à celui des mamans de « petits »… en un peu plus délicat et un peu plus risqué, parce que les enjeux de taille. Et là, force est de constater que, oui,  l’adage « Petits enfants petits soucis, grands enfants grands soucis » est VRAI ! Lire la suite…

HB-fils 18ans

Les 18 ans de mon fils aîné

18, c’est le nombre de bougies que mon fils soufflera demain.

18

Et tout ce que cela représente : la majorité, le droit de vote, le temps des études, des amours,  du permis. Sa vie d’homme ! Moi qui voulais le garder auprès de moi. Juste encore un peu.

L’aîné, le début d’une aventure.

Sans GPS pour me repérer, étayée par mes valeurs, mes croyances ainsi qu’une bonne dose d’intuition plus ou moins titubante, j’ai effectué avec lui mes premiers pas dans cet univers nouveau : celui de la maternité.

Avec son père, nous avons encaissé les nuits blanches, les bobos et autres grains de riz coincés dans les lattes du parquet sans trop nous poser de questions. J’étais comblée d’être mère, probablement rassurée de pouvoir enfanter. Un détail m’avait pourtant échappé : à n’en pas douter, ce petit bout d’homme en devenir avait un chouia plus de caractère que les poupées de mon enfance. Lire la suite…

HB-article-bonheur de donner

Le bonheur de donner

Nous, Fabuleuses, débordées, en surchauffe toute la journée, sans cesse en train de courir… et si il nous restait un peu de temps, de place pour les autres ? Si dans nos agendas bourrés d’imprévus qui nous chamboulent, nous pouvions trouver de l’espace pour un grand bonheur : celui de donner ?

Il y a quelques jours, je découvrais par hasard l’engagement d’une fabuleuse pour SOS amitié. Je ne savais pas qu’elle y donnait du temps aux autres. J’ai été touchée par la façon passionnée dont elle parle de cette expérience, de l’importance que cela a pris dans sa vie. Alors, je me suis souvenue de cette autre amie qui a toujours été engagée pour les autres, malgré l’adversité et les aléas de la vie.

Nous, Fabuleuses débordées, sommes aussi capables, voire très bien placées pour donner du temps à d’autres.

Vous n’êtes pas sûre de ce que vous pouvez apporter au monde ?

Commencez par regarder ce que vous faites de bien ! Posez-vous la question : Quel est mon talent ? Concrètement, qu’est-ce que je sais faire, sans trop d’effort, ma qualité première, ma compétence, ce qui est innée chez moi ?

Le plus souvent, nous en avons à peine conscience, parce que nous pensons que « tout le monde » est comme ça, que « tout le monde » sait faire ça. Lire la suite…

HB-meilleur pire

Pour le meilleur et pour le pire

C’est à moi d’entrer. Bouquet de fleurs à la main, je m’avance au bras de mon papa, ma robe blanche caressant le beau parquet de ce temple lumineux. Je souris en apercevant mes amis réunis ici, pour nous. Je me sens à la fois intimidée par tous ces regards remplis d’affection et étourdie par l’étape que je m’apprête à franchir. Mon fiancé m’attend au bout de l’allée, le regard amoureux plus que jamais. Dans quelques minutes, je lui ferai la promesse, devant des centaines de témoins, de l’aimer jusqu’à la mort, pour le meilleur et pour le pire.

Très vite, nos enfants ont fait leur arrivée fracassante dans nos vies. Puis commença le chantier énorme de la rénovation de notre maison, en parallèle du lancement d’un grand projet commun nous prenant aux tripes. Un quotidien bien rempli, au rythme de l’installation des gaines électriques, des réunions de chantier, des biberons renversés et des rideaux poussiéreux. Lire la suite…

HB-belle mere belle fille 2

Belle-mère/belle-fille : des pistes pour mieux s’entendre

Après un premier article consacré à cette relation particulière, voici quelques “scénarios” douloureux pour l’une comme pour l’autre, et pourtant répandus :

  • Quand la belle-mère est envahissante
  • Quand elle a la critique facile
  • Quand elle se montre trop rigide
  • Quand elle entend éduquer les enfants à notre place
  • Quand la belle-fille a tendance à partir au quart de tour
  • Quand elle prive sa belle-mère de ses petits-enfants
  • Quand la belle-fille ne fait pas l’effort de faire un pas vers l’autre
  • Quand on ne se comprend pas (culture, mode de vie trop différents)
  • Quand on ne se supporte pas, tout simplement (caractères opposés, points de vue différents, manque d’intérêts communs…)

Le secret, c’est le respect !

Lire la suite…

hb moment present

Vivre le moment présent, c’est possible

Je viens de terminer une lecture qui me marquera pour longtemps, j’en suis certaine. Après plusieurs mois – que dis-je, un an ! – je viens de refermer le célèbre livre d’Eckhart Tolle, “Le pouvoir du moment présent”. Que nous dit l’écrivain dans cet ouvrage qui s’est vendu à 3 millions d’exemplaires depuis sa parution il y a plus de 20 ans ?
Seul le moment présent compte, car lui seul peut nous combler et nous donner un sentiment de paix, de plénitude.

Une grosse “claque” pour moi, qui suis rarement là où sont mes pieds.

Je me suis retrouvée dans ce que Tolle décrit quand il nous appelle à faire la distinction entre nos pensées – qu’il appelle aussi notre mental – et ce que nous sommes vraiment. Car c’est notre mental qui nous pousse à nous créer une fausse identité par rapport au monde extérieur. Cette fausse identité, nous la comparons, nous la jugeons et nous la critiquons. Lire la suite…

HB-6 fausses couches

J’en suis à ma sixième fausse couche

Nous avions un rêve.

J’ai 32 ans, je suis mariée depuis 4 ans. Le mois dernier, j’ai fait ma sixième fausse couche précoce.
Je me considère donc comme maman de 7 enfants mais qui sont au ciel. Ce qui adoucit quelque peu ma peine.

Issue d’une famille nombreuse (dix enfants), j’avais ce doux rêve d’avoir moi aussi à mon tour une petite famille. Plus jeune, je m’occupais de garder des enfants, j’aimais cela.

Je me suis mariée et nous avons, avec mon époux, commencé à vouloir concrétiser ce rêve d’être parents. C’était excitant ! Fonder une famille, ce à quoi nous nous sommes engagés. Nous avions le projet fou d’avoir cinq enfants.

Mais la vie en a décidé autrement.

J’ai commencé par faire deux fausses couches inexpliquées la première année. Nous ne nous formalisons pas, en se disant que ça arrive à beaucoup de femmes et de couples.

L’année suivante, une autre fausse couche qui succède au bonheur de découvrir que l’on est enceinte. Un an plus tard, encore une fausse couche.

Décidément, il y a quelque chose qui ne va pas.

Lire la suite…

HB-anniversaire mariage

Un anniversaire de mariage pas franchement romantique…

…Et pourquoi ça n’est pas grave.

Ces jours-ci, mon Fabuleux et moi fêtons nos dix ans de mariage. Dix ans à apprendre à se connaître, dix ans à apprendre à se disputer (et ce point-là n’est pas le moindre^^), dix ans à surmonter ensemble les petits et grands bobos de la vie.

Bref, dix ans à éprouver quotidiennement ce « oui » que nous avons échangé un bel après-midi de printemps, dans une petite cabane de pêcheurs sur une presqu’île bretonne.

À l’approche de cette date, je me suis prêtée à l’un de mes exercices préférés depuis toujours : le bilan. Lire la suite…

HB-bellemere

Belle-mère/belle-fille : pourquoi ce n’est jamais simple ?

S’il est une relation dans laquelle on marche sur des œufs, c’est bien celle-là. Je suis sûre que vous voyez de quoi je veux parler. Tendue, fragile, la relation belle-mère/belle-fille ne va pas de soi et – contrairement à la filiation – elle n’est jamais définitivement acquise. À tout moment, un caillou dans la chaussure peut la remettre en question.

« Au début, tout allait bien, confie ainsi Aurélie. Je la voyais de temps en temps, quelques heures, on se supportait bien. Tout a déraillé quand Florian et moi avons emménagé ensemble. Là, elle est devenue envahissante, elle téléphonait ou venait régulièrement sans s’annoncer, s’invitait dans nos prises de décisions personnelles. Florian avait inconsciemment son modèle en tête pour tout et j’ai eu du mal à trouver mes marques au sein de notre foyer, d’autant qu’il lui demandait conseil sur plein de choses. C’était à celle qui saurait mieux l’entourer et prendre soin de lui. »

Certaines mères, se sentant dépossédées de leur fonction maternelle, s’imposent assez vite comme des “rivales”. Par peur de perdre l’amour de leur fils, elles défendent bec et ongles leur territoire, oubliant qu’il s’agit d’une course vaine : après tout, nous voulons toutes les deux le bonheur de ce fils chéri ! Lire la suite…

HB-article netfix fabuleuse

Netflix : ma fabuleuse sélection

Bientôt le week-end : et si on se débarrassait des enfants, juste le temps d’un film, d’un docu ou d’une série ? Je te partage ici mes coups de coeur sur Netflix.

Lire la suite…

wc-maman

N’oublie pas d’aller faire pipi

Tu es maman de jeunes enfants ? N’oublie pas de prendre soin de toi, à commencer par prêter attention à tes besoins physiques ! Cela peut paraître tellement bidon, mais tant de mamans de tout jeunes enfants, prises dans le feu de l’action, en arrivent à s’oublier.

Être maman relève de la discipline olympique.

C’est un réel challenge sur le plan physique : une grossesse, un accouchement, l’allaitement, les soins, l’implication de tout notre être et ce jusqu’à la fin de notre vie… bref, nous sommes des athlètes de haut niveau ! Alors la moindre des choses, c’est de commencer par prendre soin de ce fabuleux corps olympique… en lui donnant ne serait-ce que le minimum vital.

Voici quelques petits rappels tout simples pour pratiquer la bienveillance envers ton corps. Ils sont tellement évidents — et pourtant, en tant que jeune maman, on a tendance à les négliger trop souvent : Lire la suite…

HB-article-oser dire

Je n’ose pas dire ce que je pense

Le plus souvent, je rigole trop fort. Je commence à parler un peu trop rapidement. Je m’enthousiasme. Je m’emporte.

Je crie, aussi. Bref, je ne suis ni tranquille, ni discrète, ni posée.

La « maman calme » de Florence Foresti, ça n’est pas moi.

La fille qui ne dit jamais un mot plus haut que l’autre, ça n’est pas moi non plus.

La plupart du temps.

Car bien souvent, je me retiens. Je n’en pense pas moins, mais je ne dis rien. Je me tais. Je rumine. À force de tourner ma langue dans ma bouche, aucun son ne sort.

J’en deviens presque hypocrite. Lire la suite…

image-pasdenfant

À mon amie qui ne peut pas avoir d’enfant

Toi et moi, on s’est tout raconté : le marathon des études, la joie du premier job, la fierté du premier appartement, les rêves de prince charmant, l’euphorie du mariage qui transparaît sur ces — vieilles ! — photos où nous apparaissons tour à tour en robe blanche.

Et puis un jour, je t’ai annoncé que j’allais avoir des enfants (oui, deux en même temps).

Le temps a passé. Et toi, tu ne m’as jamais annoncé que tu attendais un bébé. Silence radio à ce propos. Jusqu’au jour où tu m’as dit, à peu près en ces termes :

“On ne peut pas en avoir.”

Ma première réaction a été de me sentir con. Tu sais, cette demi-seconde de bug mental qui suit l’annonce d’une mauvaise nouvelle par quelqu’un que tu aimes. Une demi-seconde qui suffit à l’angoisse pour te monter à la tête et te faire chauffer les tempes : “Qu’est-ce que je vais bien pouvoir lui dire ?” Comme une envie de fermer sa gueule plutôt que de taper à côté en disant une ânerie qui ferait encore plus de dégâts. Lire la suite…

HB-article-menopause 2

Belle et désirable après la ménopause

« Suis-je encore femme si je ne peux plus avoir d’enfant ? »

« Suis-je encore séduisante et désirable alors que mon corps vieillit ? Puis-je m’autoriser à l’être ? »

« Que suis-je appelée à vivre aujourd’hui ? »

Ces questions, la femme peut être amenée à se les poser de façon parfois inconsciente à la ménopause.

Mais ce bouillonnement intérieur pourra provoquer une impression de mal-être plus ou moins facile à dépasser selon les ressources personnelles, le parcours de chacune et le soutien de son entourage proche ou amical.

Le regard de l’homme est un appui solide pour qu’elle puisse se sentir belle et désirable.

En vieillissant, sa fraîcheur et sa beauté, sans se perdre, se transforment, et le sentiment d’être moins regardée, ou de ne plus l’être, peut lui donner l’impression de se dépouiller de ce double privilège qui la rendait femme : la jeunesse (assimilée à la beauté) et le fait de devenir mère. Il faut tourner la page !

Une bonne nouvelle !

Lire la suite…

HB-article-fille jeune femme

Ma petite fille sera bientôt une jeune femme

Ma petite fille sera bientôt une jeune femme.

La garce ! Comment ose-t-elle ?

Bon, pour de vrai, je ne pense pas les choses aussi crûment. Enfin, du moins sur le plan conscient.

La petite fille sautillante avec ses couettes s’éloigne de plus en plus dans les méandres du temps. Je m’en rends compte chaque jour. Terminé, les petites jupes fleuries et les T-shirts à paillettes qui ont fait les délices de ses années de primaire. Au fur et à mesure que son corps s’épanouit, sa garde-robe devient plus sobre. Les hommes commencent à la regarder dans la rue. Ses conversations mûrissent, elle se pose des questions d’adulte. Les histoires de cœur commencent à pointer le bout de leur nez (Au moins chez les copines. Mais je suis sans doute naïve…).

Un petit répit, j’ai encore un peu de répit devant moi.

Dans quelques années, elle sera une jeune femme, déjà. Et moi, je ne serai plus une jeune femme. Je serai une femme jeune. Ou même une femme tout court, ou une femme mûre. Comment accepter qu’elle évolue vers le zénith de sa beauté, et qu’elle se métamorphose en douce pêche veloutée, alors que de mon côté, je me dirige vers le vieux pruneau ? Lire la suite…

HB-article-maman solo semaine

Maman solo en semaine

Chère Fabuleuse,

Peut-être es-tu une maman solo. Ou peut-être que ton chéri est militaire, commercial, sous-marinier, astronaute, travaille de nuit, ou travaille énormément, tout bêtement.

Dans tous les cas, on sait bien ce que ça veut dire : c’est pour qui, la course du matin, le tunnel infernal de 18 à 21h, le pédiatre, les lessives à la pelle et les enfants qui courent en hurlant tout nus et en jetant des jouets ? C’est pour toi.

Alors je voulais te dire que tu n’es pas la seule.

J’ai connu à peu près toutes les situations de maman dans ma vie. Maman mariée avec un enfant, maman divorcée, maman de nouveau mariée avec quatre, ou trois, ou deux enfants (selon les jours et les semaines), et depuis quelques temps, maman mariée mais solo du lundi au vendredi, et un week-end sur quatre.

Après un divorce plutôt houleux, j’ai vécu la garde alternée : une semaine intense et fusionnelle avec ma petite fille, sans rien déléguer. Puis une semaine en creux, sans trop oser lui téléphoner, pour ne pas perturber le cours de sa vie avec son papa. Une semaine de vide, de manque, qu’il me fallait remplir. Une semaine que j’ai appris à utiliser pour moi, pour renouer avec des amis perdus de vue, pour remettre de l’insouciance dans mon quotidien…et sauter à pieds joints jusqu’à la semaine suivante. Lire la suite…

HB-article-interview agnes labbe

Agnès Labbé, auteure : “Mon objectif est de déculpabiliser les parents”

Maman de quatre enfants avec option jumeaux, Agnès Labbé compose depuis quelques temps entre l’éducation bienveillante et la réalité des aléas de son quotidien. Dans son livre paru récemment, « L’éducation approximative ou comment appliquer l’éducation positive dans la vraie vie » (Marabout), elle développe une vision décomplexée de la parentalité, ébauchée dans son blog. Pour notre plus grande joie, elle y respecte ce qui fait son style, entre humour et émotion. Elle nous en dit un peu plus sur sa “méthode”.

Vous avez quatre enfants. Avez-vous toujours imaginé être à la tête d’une famille nombreuse ?

J’ai toujours su que je voulais des enfants, mais je ne m’étais jamais posé la question de combien. C’est lorsque la deuxième a eu 2 ans que j’ai viscéralement eu envie d’un autre bébé. Et avoir 3 enfants me paraissait l’équilibre parfait pour pouvoir concilier famille nombreuse et vie professionnelle. La surprise fut que ce petit troisième tant désiré s’est accompagné d’un petit quatrième puisque j’ai eu des jumeaux ! Lire la suite…

HB-vignette quand baise

« Quand est-ce qu’on baise ? »

Votre mari vous balance cette phrase, comme ça, après le dîner, en vous caressant la fesse gauche. Il faut dire que vous êtes penchée en avant… le nez au-dessus des assiettes que vous installez dans le lave-vaisselle.

A l’intérieur de vous, une petite voix se fait entendre immédiatement. Vous savez, celle qui dit : « Oooooh, non ! ».

Justement, vous rêviez de vous plonger sous la couette, avec vos lunettes et ce bouquin si chouette que vous lisez en ce moment.

Bien loin de sa main baladeuse.

Les femmes que j’accompagne la connaissent bien, cette petite voix. Celle qui n’a plus que rarement envie de faire l’amour, qui y voit encore une activité mobilisant trop d’énergie, voire carrément une corvée. Au même titre que les lessives à étendre, le médecin à contacter, la vaisselle à ranger. Lire la suite…

HB-article-menopause

Accueillir la ménopause

« Vivement la ménopause, être débarrassée de tout ça, c’est pénible, les règles… Y’en a marre, y’a un temps pour tout… », s’exclame une femme pétillante de 44 ans.

« Le jour où ça arrivera, tu te prendras une claque dans la figure ! », lui répond son amie, la cinquantaine entamée. Elles rient.

« Moi je suis en plein dedans. Je ne l’ai pas vue arriver, cette période, je ne me sens pas vieille, j’adore mon travail, j’ai des enfants étudiants sympas, du temps libre pour moi. Mais voilà, je me sens mal, je vois bien, j’ai la peau qui se ramollit, j’ai chaud, je me sens empotée. Franchement, si mon mari n’était pas là, je crois que je serais déprimée », ajoute une troisième.

Tout au long de sa vie…

la femme connaît des vagues hormonales qui lui demanderont un ajustement permanent, tout en lui ouvrant de nouveaux horizons. C’est ainsi, au prix de douleurs intimes et de quelques abandons, qu’elle découvre la joie d’être Femme à travers  l’expérience du cycle menstruel. Une ouverture à la maternité, mais aussi une invitation à découvrir les différents mouvement du désir, du plaisir et de l’élan féminins. Un élan voguant au gré des hormones capricieuses et mensuelles certes, mais également terreau de fougue et de folie (enfin, parfois !).

La ménopause fait partie de ces étapes charnières de la vie, qui nous rappellent que le temps passe. Lire la suite…

HB-article-vacances famille

Vacances en famille : et si on osait dire ce qu’on veut ?

Votre « WhatsApp familial » chauffe-t-il en ce moment ? Alors que les congés d’été ne sont que dans plusieurs mois, ils font bel et bien l’actualité d’un bon nombre d’entre nous !

Récemment, alors que j’interrogeais trois femmes que j’accompagne sur leur « actualité la plus chaude », celle-ci était la même : l’organisation des vacances d’été. Plus particulièrement la partie des vacances d’été qui se déroulerait en famille élargie.

Et ça chauffait…

sur WhatsApp et dans les esprits ! Lire la suite…

video-ocean

Révéler la fabuleuse qui est en toi

Je t’emmène en balade : une balade à l’océan et au pays de la fabulosité. Comme chaque matin, je t’écris une lettre… mais celle-ci est un peu différente : elle a un goût iodé et au fond de l’enveloppe, il reste quelques grains de sable couleur caramel. Je t’y parle de ce qui me fait vibrer, au plus profond de mes entrailles :
Lire la suite…

HB-vignette YT elsa temoignage village

Portrait de fabuleuse : “J’ai appris à apprécier les petits trésors du quotidien”

Après la naissance de ses enfants, Elsa a subi son quotidien jusqu’à voir comme une corvée les temps passés avec ses deux filles, âgées aujourd’hui de 7 et 4 ans.

Après un an dans le Village, cette maman de 33 ans a appris à changer de regard sur sa vie en acceptant qu’elle a le droit à l’erreur. Lire la suite…

HB-article-nadine quotidien

Ces petits riens qui font beaucoup

Combien de fois, me suis-je retrouvée dans des situations oppressantes à force d’avoir accepté par ci par là de petits services ou engagements !

Ces petits riens qui, mis bout à bout, font beaucoup.

C’est même toute l’histoire de ma vie.

Dire NON

Lire la suite…

HB-article jai mes regles

J’ai mes règles

« Ce matin, je suis épuisée et je me sens inutile. Bref, la déprime. J’ai juste envie de rester dans mon lit. De ne rien faire. Mais je dois me lever. Aujourd’hui encore, je vais devoir lutter… Alors, je serre les dents, je me lève et surtout, j’oublie que j’ai mes règles. »

Voilà ce que je me suis dit pendant des années.

Pendant des années, plusieurs jours par mois, j’ai serré les dents. Lire la suite…

HB-vignette regarder dormir

Les regarder dormir

21h30. Fatiguée de ma journée, je gravis d’un pas lourd chaque marche de l’escalier.

Je pousse la première porte du couloir pour m’avancer dans la chambre de ma fille.

Je me pose sur son lit, les yeux émerveillés par cette image si douce. Celle de son visage apaisé, les joues rougies par le sommeil. Ses petites paupières closes, ses longs cils joliment posés. Son corps tellement détendu sous la couette. Je caresse ses cheveux, ses joues toutes douces, dépose un baiser sur l’une d’elles.

D’instinct, je me dirige vers la chambre de mon fils, pour fourrer mon nez dans son cou en fermant les yeux.

Comme j’aime son odeur ! Lire la suite…

HB-article interview sevrine

Séverine, maman de jumeaux , perfectionniste repentie

Après la naissance de ses jumeaux il y a trois ans, Séverine est tombée dans le piège du perfectionnisme. A 33 ans, cette Suissesse qui vit au bord du lac Léman nous raconte comment elle en est sortie.

Comment es-tu tombée dans le piège du perfectionnisme ?

Nés prématurément, mes enfants sont restés un mois à l’hôpital. Un mois pendant lequel je ne pouvais pas être autonome avec eux – je devais les quitter chaque soir –, un mois pendant lequel il m’a été difficile de trouver ma place de parent.

En rentrant à la maison, j’ai eu envie de tout gérer et de tout faire à MA façon, pour compenser ce manque du premier mois. C’est vrai qu’en plus je suis perfectionniste de nature. Au bout de quelques mois, j’étais éreintée. J’ai contacté un centre périnatal – une sage-femme puis une psychothérapeute m’ont reçue – pour avoir une aide. Là, elles m’ont beaucoup aidée : je me suis rendu compte que de ne pas pouvoir tout gérer n’était pas un échec et que déléguer pouvait être salvateur. Lire la suite…

HB-vignette YT louise temoignage village

Portrait de fabuleuse : “Apprendre à lâcher prise m’a libérée”

Louise a découvert la maternité à deux reprises : une première fois en accueillant la fille de son conjoint, une deuxième fois en donnant la vie à un petit garçon. Après cette naissance, elle se met beaucoup de pression pour construire une famille idéale et tombe peu à peu dans le burn-out.

Quand elle commence le Village il y a un an, elle découvre la force des échanges authentiques et bienveillants entre les participantes : elle comprend alors qu’elle n’est pas seule. Lire la suite…

HB-article-mamans solo

À toutes les mamans solos

Chapeau bas, mesdames. Simplement par ce texte, je veux t’exprimer mon profond respect.

Tu es peut-être veuve, séparée, divorcée…

…Tu n’as peut-être même jamais été en couple avec le père de ton enfant, mais voilà : tu gères seule la parentalité, du matin au soir. Et ça, à l’heure du Parent 1, du Parent 2 et autres actualités sémantiques, c’est un boulot énorme. Lire la suite…

HB-article-amitiees brisees

Peut-on réparer une amitié brisée?

Dans ma vie, les amitiés sont comme autant de cours d’eau qui viendraient alimenter et grossir un même estuaire. Il y a les rivières tranquilles et évidentes, les sources impétueuses et sinueuses, les ruisseaux asséchés faute d’avoir été nourris.

Et il y a deux fleuves.

Larges, profonds, charriant de multiples souvenirs, discussions, rires, échanges, larmes et partages, encadrant par leurs rives épaisses le paysage de mon existence.

L’un de ces fleuves a toujours connu un débit constant et nourri. Rien n’est venu perturber son cours, ni crues ni décrues, il a continué sa route, imperturbable, confiant, puissant, sûr de lui, même dans le silence, sous la pluie ou le soleil. Lire la suite…

TUTO SHAKE

Le tuto shake shake shake

Vous vous dandinez sur la chanson Fabuleuse ? Il est temps d’adopter le « shake shake shake », version Tiphaine Wary ^^ Lire la suite…