All posts in Développement personnel

HB - article quelques annees

Juste quelques années

Alors que je dépose les jouets sur le comptoir, la bénévole de l’association me remercie : je viens de donner une deuxième vie à quelques puzzles. J’ai fait certains d’entre eux avec chacune de mes filles, un nombre infini de fois.

Une dizaine d’années : c’est le temps que ces jeux ont passé dans nos armoires ; les souvenirs, eux, sont gravés dans mon cœur.

Ce sont juste quelques années, quelques années avec nos enfants.

Ça paraît parfois long, surtout quand ils sont petits, malades, de mauvaise humeur, frustrés… Ça paraît même une éternité quand nous sommes fatiguées, malades, de mauvaise humeur, frustrées… Et pourtant, on a juste le temps d’éternuer trois fois et ça n’est plus un landau, que nous poussons, mais bien un tricycle et puis, un soir, au repas, ton bébé te parle de ses projets de vie.

Ce ne sont que quelques années, au fond.

Tous ces matins qui se ressemblent :

dès le saut du lit, les lacets à faire, les « Maman je dois faire pipi » au milieu du magasin, les dents qui tombent, les devoirs à terminer, les poux à traiter.

  • Quelques années pendant lesquelles nos priorités sont bouleversées, nos calculs tronqués, nos grandes théories piétinées, nos projets recadrés et nos rêves mis à l’épreuve de la réalité.
  • Quelques années qui nous soufflent dessus avec force, qui nous poussent à grandir beaucoup.

C’est un fardeau bien différent d’avant que l’on porte sur nos épaules et c’est un peu comme si une partie de notre cœur marchait constamment en dehors de notre poitrine : un, deux, trois enfants ou plus qui se promènent dans la vie. Juste quelques années. Lire la suite…

HB - article 2 heures du matin

À lire à 2 heures du matin

Les rayons orangés du lampadaire traversent les rainures du volet roulant. De l’autre côté de la pièce, le chargeur de mon ordi diffuse une petite lueur verte. À moins que ce ne soit la LED du téléphone fixe ?

 

Les chiffres rouges défilent sur l’écran de mon réveil.

 

Déjà 2h03. La pire heure, je trouve : deux heures, ce n’est ni vraiment tard le soir, ni vraiment tôt le matin. C’est l’heure où je devrais me reposer, comme tous les autres membres de ce foyer.

 

Mes yeux ouverts sont maintenant si bien habitués au noir que par mes pupilles dilatées, je peux distinguer le tas de vêtements sur la commode, les draps en boule sur le fauteuil et les détails du tableau accroché au mur. Il penche un peu vers la gauche ; demain, il faudra que je pense à le remettre droit. Lire la suite…

HB - article ce que les annees mont appris aurelie

Ce que les années m’apprennent

Pas plus tard que cet après-midi, tandis que je profitais de la sieste simultanée des mes petites jumelles (ce qui n’arrive pas toujours.. !) pour étendre une flopée de bavoirs et autres vêtements riquiquis fraîchement lavés, j’observais ma jeune voisine sortir de chez elle.

Elle vient de passer le bac, elle est blonde comme les blés et belle comme un cœur, et elle sort, là, par cette belle après-midi d’été, en maillot et paréo, avec une serviette de plage à la main. « Bonjour Madame », me fanfaronne-t-elle.

Je t’en foutrais du Madame, moi mère de famille de deux enfants, 32 ans dans un mois, bloquée à la maison, et pas du tout libre comme l’air d’aller à la piscine chez des copains, un jeudi après-midi !

Mais, ma petite, ce que tu ne sais pas,

c’est que ça va bien mieux dans ma tête et dans ma vie aujourd’hui qu’il y a 14 ans ! Lire la suite…

les-profs-de-leur-vie

Les profs de leur vie

Dernièrement, j’ai découvert le hashtag #lesprofsdemavie :

bien entendu, tant de noms me sont revenus à l’esprit. Des souvenirs de profs qui m’ont donné les outils dont j’avais besoin, d’autres qui m’ont cassé les pieds, ennuyée peut-être.

Mais bien plus marqués sont les souvenirs de ceux qui m’ont vue, qui m’ont fait confiance, qui ont élargi mon horizon, ouvert des sources secrètes — ou plus encore, ont posé dans ma main les clés qui m’ont permis d’ouvrir de nombreuses portes sur mon chemin.

Il y a les noms de profs de ma vie, mais en tant que maman je découvre que de nouveaux noms s’ajoutent à la liste.

Ce sont les noms des profs de leur vie,

de la vie de mes enfants. Lire la suite…

HB - article maman a mere enfant grandit

Je suis sa « mère »

L’autre jour, à la sortie de l’école. Tandis que j’essaie d’extirper un biscuit du paquet pour étancher la faim de mon cadet (je ne suis pas sûre qu’il mange quoi que ce soit à la cantine), j’entends mon fils aîné papoter avec un copain.

Génial, il a un copain !!

Teneur de la conversation : l’activité qui va occuper leur fin d’après-midi, maintenant que l’école est finie.

Le copain : « Je vais chez ma mamie, il y aura des dessins animés. »

Mon fiston : « Moi, je vais aller au parc. Avec mon frère, on va monter sur l’araignée. Moi, j’arrive même à monter tout en haut ! »

Le copain : « Whaou, t’as trop de chance ! Qui va t’emmener ? »

Mon fiston : « Ben, c’est ma mère ! »

J’ai buggé. Complètement.

Ma mère !?

Non, mais ça va pas, non ? Comment parle-t-il de moi, ce petit morveux ? La prochaine étape, je la vois comme si j’y étais, la voici : “Ma mère me fait ch…”. Lire la suite…

HB - article oublie fenetre

J’ai oublié de fermer la fenêtre : frayeur, stupeur, bonheur

Un matin de vacances. Après la chaleur de la nuit, j’ai ouvert toutes les fenêtres pour tenter de faire rentrer un peu de fraîcheur dans l’appartement.

Je suis seule avec mes deux plus jeunes garçons.

Histoire de pouvoir me laver tranquille, je les mets sans états d’âme devant un dessin animé. Je ferme les fenêtres du salon avant de filer sous la douche, 10 petites minutes. En me séchant, j’entends vaguement de loin la musique du dessin animé et leurs petites voix. Ça roule. Encore un petit répit. J’en profite pour regarder mes ongles, quand tout à coup, j’entends la voix de Chaton qui me crie :

« Mamaaan ! Viens voiiiir ! Lapin fait une bêtise ! »

Comme je suis habituée à ce genre de délation, je me contente de répondre :

« Quoiiiii ? »

« Il est debout devant la fenêtre et il veut se pencher ! »

MERDE. Merde merde merde… Ils ont laissé tomber le dessin animé et sont partis jouer dans leur chambre. Et dans leur chambre, J’AI OUBLIÉ DE FERMER LA FENÊTRE… Lire la suite…

HB - article douleurs accouchement (1)

Mon accouchement sans péridurale : les dragons, les trésors et les mamans

“Dans tous les lieux habités par la souffrance se trouvent aussi les gués, les seuils de passage, les intenses noeuds de mystère. Ces zones tant redoutées recèlent pourtant le secret de notre être au monde, ou comme l’exprime la pensée mythologique : là où se tiennent tapis les dragons sont dissimulés les trésors. (…)”

Mon mari me fait la lecture.

Quelle idée, franchement, en salle d’accouchement, de se distraire avec un traité de philosophie théologico-littéraire ! C’est qu’au milieu de la nuit, au moment de boucler mon sac, j’y ai glissé le premier bouquin qui se trouvait sur mon passage : Où cours-tu ? Ne sais-tu pas que le ciel est en toi ? de Christiane Singer.

Il est 7h du matin.

J’ai passé une nuit blanche et entre chaque contraction, je me demande si mon corps trouvera la force d’encaisser la suivante. Tiens, la voilà qui approche. Pour m’encourager moi-même, je me dis le seul mot que je suis encore capable de prononcer :

« Go. »

60 secondes de crampes insoutenables. À quatre pattes dans la baignoire, je souffle bruyamment.

60 secondes de pause. Lire la suite…

HB - article rentree positive

Comment aider son enfant en ce début d’année scolaire ?

Que l’on soit maman de petits, d’ados ou d’étudiants, le mois de septembre est placé sous le signe de l’organisation, de l’inscriptions aux activités, du remplissage en quatre exemplaires de papiers administratifs, des photomatons ratés, des courses de matériels scolaires à n’en plus finir, sans oublier la paire de baskets à la mode…

C’est aussi le moment où toutes les préoccupations reviennent.

Cet été, nous avions presque oublié les difficultés (manque de motivation, enfant atypique, troubles dys…) de notre enfant liées à l’école.

Tout à coup, revient le stress de ne pas être une maman à la hauteur : prendre les bonnes décisions, trouver la personne qui pourra l’aider, contacter le spécialiste qui pourra m’éclairer sur son fonctionnement, aller ou pas voir la maîtresse dès le premier jour pour lui expliquer comment il fonctionne…

Les élèves retrouvent, avec plus ou moins de joie, leurs enseignants, les chaleureux, les sympas, les drôles, les plus classiques voire les plus sévères ou même ceux que l’on imagine sadiques…

Et moi, maman fabuleuse…

Qu’est-ce que je peux faire pour aider mon enfant en ce début d’année ?

Lire la suite…

HB-article-ado-ecoute

Mon ado ne m’écoute plus !

Votre ado ne vous écoute plus et vous ne savez plus comment vous y prendre ? On pourrait donner des tonnes de conseils pour améliorer la communication entre les parents et leurs ados…  Voici une habitude à mettre en place, toute simple et très pratique, qui pourtant manque cruellement dans la plupart des familles. Elle nous est exposée par Yolande Ziegler Schwab, psychopraticienne, coach de vie et maman de 2 garçons de 16 et 19 ans.

Pourquoi mon ado ne m’écoute pas ?

Yolande : lorsque leurs enfants traversent l’adolescence, les parents se disent :

  • “il/elle change trop vite” ;
  • “il/elle est rebelle, insolent(e), dans l’opposition systématique” ;
  • “je ne maîtrise plus rien” ;
  • “je m’inquiète pour son avenir…”

De leur côté, les adolescents perdent également leurs repères :

Lire la suite…

Café 11 photo

Tenir toute l’année, c’est possible ?

« Pas trop dure, la rentrée ? »

C’est LA phrase du moment. Je lui ai décerné ce titre après l’avoir entendue à peu près partout. A la boulangerie, à la sortie de l’école, à la poste (oui, oui), au bureau et dans à peu près toutes mes conversations téléphoniques depuis le 3 septembre. À cette question qui figure sur toutes les bouches, les réponses varient assez peu :

  • « C’est tendu »
  • « Je cours sans arrêt »
  • « Je suis sur les genoux »
  • « Jamais on ne tiendra sur la longueur »
  • « Les enfants sont déjà crevés »
  • « Vivement les vacances », etc.

Lire la suite…

HB - article charge mentale anna

Stop à la charge mentale

En cette période de rentrée des classes, tout, autour de nous, est passé au prisme de l’organisation. L’organisation des cartables, l’organisation de la journée, l’organisation du mercredi, l’organisation des trajets, l’organisation des activités extra-scolaires (comment chercher le grand au tennis alors que la petite doit être déposée à la danse ?), l’organisation des repas…et j’en passe.

Et dans cette ambiance sympathique et détendue, une expression dans toutes les bouches : la fameuse “charge mentale”.

La charge mentale, c’est quoi ?

Valérie de Minvielle nous dit qu’il s’agit de “l’ensemble des tâches qu’effectuent le plus souvent les femmes dans les familles d’aujourd’hui et qui visent à tout prendre en charge pour que la logistique et l’organisation de la vie familiale se passe au mieux”.

Voici ce qu’ajoute Valérie, qui est aussi chroniqueuse pour les Fabuleuses : “Ce qui les rend particulièrement ingrates c’est qu’il y en a tous les jours à faire et qu’elles sont invisibles de l’extérieur… et même de l’intérieur !”

Oui, c’est sûr, prendre rendez-vous chez le médecin, boucler les inscriptions au judo, passer récupérer les courses au Drive (ou aller au marché bio), étendre le linge et plier les slips, il y a plus glamour. Lire la suite…

HB - article everest

L’année scolaire : à la conquête du mont Everest

La voilà de nouveau, la montagne ! Derrière nous, la rentrée avec tout ce qu’elle demande en investissement financier, émotionnel et énergétique…et devant nous : encore au moins 9 mois d’école !

En résumé : l’ascension du mont Everest !

Soyons clair, la montagne, ce n’est pas trop mon truc. Parce que j’ai vraiment le vertige. Alors, quand je me trouve au pied d’une montagne, j’essaie de retenir mes larmes et je veux me barrer au plus vite. Et quand je regarde vers les sommets, ce n’est ni la joie, ni la curiosité qui me transportent, je n’anticipe pas la beauté du paysage.

Je me sens apeurée et fatiguée d’avance.

L’année scolaire, c’est un peu ce mont Everest que nous gravissons plus ou moins courageusement toujours et de nouveau. Mais comment tenir le coup ? Comment en tirer le plus possible ? Comment ne pas se décourager à l’avance ? Lire la suite…

HB-article-saimer-soi-meme

S’aimer soi-même : un service rendu à toute la famille

Une bonne estime de soi est un outil indispensable pour plus de sérénité dans notre cercle familial. S’aimer soi-même : et si on essayait ? Entretien avec Yolande Ziegler-Schwab, psychopraticienne et coach de vie. Lire la suite…

HB - article ado envol

Elle prend son envol

Bien sûr, quand on met au monde son enfant, on sait qu’un jour il s’en ira pour vivre sa vie.

Mais comme toute chose en ce bas monde, la théorie reste la théorie !

Les choses ne deviennent réelles que lorsqu’elles sont palpables.

La baffe

Car c’est bien une bonne vieille claque que j’ai pris quand ma fille de 15 ans m’a annoncé ce qu’elle souhaitait faire comme études. Un beau projet, c’est vrai, mais qui impliquait qu’elle s’en aille !

« Estime toi heureuse, tu as de la chance d’avoir une gamine qui sait ce qu’elle veut faire à 15 ans ! »

« De quoi tu te plains ! »

« Et puis, elle ne pars pas au bout du monde ! »

Je suis en total accord avec toutes ces remarques auxquelles j’ai droit en réaction à mes émotions. Lire la suite…

HB - article affronter depart enfants

Comment affronter le départ des enfants ?

Pour beaucoup de parents, et de mères en particulier, voir ses enfants quitter le nid familial est un déchirement. Après tant d’années passées à les dorloter et à faire passer leurs besoins avant les nôtres, il est temps de les laisser voler de leurs propres ailes. Et pour nous, de reprendre notre vie en main ! Béatrice Copper-Royer, psychologue clinicienne et auteur de « Le jour où les enfants s’en vont » (Albin Michel) nous donne des clefs pour adoucir ce cap parfois compliqué.

Pourquoi appréhende-t-on souvent que les enfants quittent la maison ?

C’est un virage, un tournant, que l’on aborde notamment au départ de l’aîné (et même si l’on a encore d’autres enfants à la maison). Cela nous projette dans un avenir différent, plus exclusivement tourné vers eux. C’est aussi une page qui se tourne, la fin d’un cycle : jusqu’ici, l’organisation était bien rodée ; maintenant, c’est l’inconnu, les repères changent. Il va falloir tout remettre en question. Pour certaines femmes en particulier, le sentiment de vide et d’inutilité peut être très fort (c’est ce que l’on appelle le syndrome du nid vide). On peut qualifier cela de baby-blues à retardement ! Lire la suite…

HB - article solidarite feminine

Petit éloge de la solidarité

Trois femmes.

L’une est maman solo sans aide de son ex-mari aujourd’hui gravement malade ;
L’autre se retrouve seule en semaine depuis plusieurs années, pour cause de célibat géographique ;
La dernière est seule à la barre plusieurs mois par an, avec un mari à l’autre bout du monde ;

Trois femmes. Trois femmes fortes, malgré la fatigue, malgré les soirs où elles n’en peuvent plus, malgré les cris dont elles se sentent parfois coupables, malgré ce sentiment de solitude qui les étreint certains dimanches soir.

Chacune de ces femmes fait comme elle peut pour :

  • sortir de son grand lit vide sans maudire l’univers tout entier (ou le Fabuleux absent);
    respirer un grand coup quand le petit dernier ne dort toujours pas à 21h47 (et qu’il faudra se lever à 6h12 parce que l’aîné a laissé tomber son doudou);
  • garder le moral quand la voiture ne démarre pas et qu’il est 8h17 (alors que la cloche de l’école sonne à 8h30);
  • trouver la motivation pour emmener les enfants se promener sous la pluie un dimanche après-midi tandis que personne n’a pensé à lui faire signe pour occuper cette longue journée marquée par la solitude;
  • ne pas s’endormir en pleurant sur son oreiller parce qu’elle a perdu patience et crié quand elle a découvert la salle de bains inondée et le contenu de sa trousse de maquillage éparpillé sur le sol;

Trois femmes, héroïnes du quotidien.

Lire la suite…

HB - article parents vieillissent

Mes parents vieillissent

Un témoignage m’a particulièrement touchée ces dernières semaines, celui d’une fabuleuse me confiant la peine de voir ses parents vieillir :

« J’étais assise à côté de mon père à regarder le cerisier. Tu sais, ça sentait le matin, la rosée et l’herbe mouillée. On était bien là, tous les deux, en silence. Tout d’un coup, un bruit de truelle s’est dégagé de la rue joyeusement. Papa était maçon, alors j’ai tout de suite réagi : « Écoute, Papa ! »

Quand il a froncé les sourcils, j’ai compris qu’il ne reconnaissait ni le bruit, ni le rythme de ce geste qui l’avait tant prolongé. Je me suis levée pour vérifier. Dans la rue, j’ai observé un homme qui maniait avec fermeté le manche en bois d’une truelle.

Ça m’a brisé le cœur.

C’est vrai que Papa devient un peu sourd, mais maintenant, c’est sa mémoire qui lui joue des tours, qui l’éloigne doucement de la réalité. Je me suis sentie pleine de tendresse envers lui et j’ai pensé que nos rôles allaient s’inverser. Il fallait désormais que je m’en occupe. Jusqu’à maintenant, comme papa était dynamique, travailleur et moderne, je n’avais pas conscience qu’il pouvait « devenir vieux ». Dans mon esprit, il était resté le parent que j’ai eu gamine : un peu éternel. Aujourd’hui, je perçois pour la première fois le poids de son âge sur ses épaules et comprends sa fatigue. »

Quelles que soient les relations entretenues avec nos parents, paisibles ou compliquées, réaliser que ces derniers puissent prendre de l’âge demande un mouvement d’acceptation, de lâcher prise et de maturité. Dans cette relation particulière, il est souvent question de place, de juste distance, de croissance et de pardonLire la suite…

HB-article-va-chez-le-psy

Ma fab va chez le psy… et alors ?

En écrivant cet article, j’ai envie de vous accueillir chez moi en pyjama.

Tu sais, le truc que tu portes parce qu’il te ressemble, parce que malgré les trous il est devenu hyper agréable.

Les pièces de tissu que tu enfiles le soir en gémissant de plaisir parce que simplement maintenant tu peux te poser, te reposer. Si mon mari a horreur de traîner en pyjama, moi j’aime bien.

Je me promène le samedi matin avec le pantalon d’Obélix et un vieux pull qui me fait penser à la serpillère, euh non, au gilet que Thérèse a tricoté pour son collègue Pierre dans Le Père Noël est une ordure (Ok d’accord, c’est tout sauf sexy).

Lire la suite…

HB - article rentre pas

Moi, cette année, je ne rentre pas

C’est une rentrée pas comme les autres…

Pourtant elle est bien là… tout me l’indique : les cartables, cahiers, feutres et crayons dans les magasins ; les babillements des enfants dans l’impasse le matin à 8h15 ; les nouveaux pantalons, jupes, T-shirts et baskets « spécial rentrée » en tête de gondole.

Tout me l’indique et pourtant, moi, cette année, je ne rentre pas !

La différence, c’est que ma vie de « mère scolaire » s’achève…  et là, on peut dire que ça devient sérieux : mon dernier a fini ses rentrées !

Tout du moins ses rentrées scolaires : il est étudiant. Lire la suite…

HB - article fier intuition

J’apprends à me fier à mon intuition

Les femmes qui entreprennent un travail sur elles-mêmes apprennent à s’écouter.

Pas à se regarder le nombril, non.

Elle se tournent progressivement vers leur cœur, leur corps, et se mettent à son écoute comme on écoute son bébé pour comprendre son état, ses besoins.

Quels bénéfices y a-t-il à s’écouter plus finement ? Parmi eux, découvrir ou redécouvrir son intuition.

Certaines femmes veulent comprendre comment fonctionne leur intuition, pour mieux s’appuyer dessus ; d’autres ne se sont jamais posé la question et s’attellent au sujet.

L’intuition : je l’aborde quasiment avec chaque femme que j’accompagne. Pourquoi ? Pour la simple raison que ces femmes arrivent dans un état de confusion qui leur fait dire :

« Je ne sais plus qui je suis ni ce que je veux. »

Lire la suite…

HB - article revolver

Elle a les yeux revolver

14 ans, ses longs cheveux bruns, sa paire de lunettes qui lui donnent l’air un peu intello, ses grands yeux et sa volonté d’avoir le dernier mot : ma fille aînée ! Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue. 

Ah, l’adolescence, on peut dire qu’on y est, là…

Entre les « Non, pas de bisous, maman ! » et les regards qui disent « J’ai vraiment pas de bol : les pires parents du monde, ce sont les miens », elle m’apprend à jongler avec le lâcher prise et le tenir bien serré tout contre mon cœur. Je saute sur les occasions qui s’offrent à moi, je deviens experte du slalom : par exemple, quand je m’allonge à ses côtés sur la couverture dans le jardin, je me colle contre elle, et vu qu’elle ne bronche pas, j’y reste, le regard tourné vers le ciel. Un bisou, c’est pénible, mais une maman contre soi, au fond, c’est pas mal du tout.

Mon ado !

Mon ado et ses gilets oversize parfaits pour se cacher un peu… Parce que l’école, ça n’est pas toujours facile, que le sport c’est pas son truc, que les émotions se bousculent et travaillent… alors elle s’emmitoufle dans ses grands pulls, se plonge dans les livres, nous partage tous ses goûts musicaux.

Nous, on cherche les chemins de traverse… Lire la suite…

HB - article perntsprofs

La réunion de rentrée

Pour les uns, ça sera :

“Encore une réunion ? Mais qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire de mes enfants pendant ce temps-là ?”

Pour d’autres, ça réveillera de mauvais souvenirs :

une fois assis sur leurs petites chaises, on se retrouve un peu tous comme des enfants face à leur maîtresse. Hop, d’un bond, on se retrouve plus de vingt ans en arrière.

Pour d’autres, ce moment passé dans la salle de classe réveillera des souvenirs enfouis sous les rides et les années : à titre personnel, voir les peintures accrochées aux murs de la classe m’aide à retrouver mon enfance dans les classes, d’autant plus que je n’ai strictement aucun souvenir de mes années en maternelle.

Pour d’autres encore, la réunion de rentrée est un incontournable qui permet de les rassurer : rencontrer l’instit, c’est aussi un moyen de mettre un visage derrière un nom, de nouer un premier contact avec la personne qui est chargée d’une fabuleuse mission pour cette année.

Pour moi, c’est un peu tout à la fois.

Lire la suite…

HB - article jemmenage

J’emménage, j’ai tout à reconstruire

Septembre 2017.

Je me revois monter l’escalier de notre nouveau logement, le pas lourd, épuisée. Hannah  dort contre ma poitrine. Iris tire sur son mon bras pour enjamber les marches. Jacques me suit en silence tandis que les trois grands ont filé dans leur chambre pour cacher leur chagrin que je ne sais plus consoler.

La porte d’entrée me semble étrangère, les murs sont nus, l’hostilité des fenêtres sans rideaux me refroidit. Je n’arrive pas à me familiariser avec ce nouvel espace que je dois apprendre à aimer et à réchauffer de notre pâte familiale et rassurante.

Le déménagement nous a laissés le cœur lourd. Et même si cet endroit dans lequel nous avons posé nos valises porte de jolies promesses, comme la proximité avec une grande ville, une région magnifique et gorgée de soleil, une petite ville dynamique aux infrastructures bien développées, je peine à retrouver mes repères et me laisse submerger par des vagues de stress et de fatigue.

S’installer.

Lire la suite…

HB-article-oui pour toi cest facile

“Oui mais pour toi c’est facile !”

Il y a quelques mois, je postais une photo de vacances sur Instagram. Quelqu’un a commenté :

“Ben dis-donc ! C’est sûr qu’il y a de quoi garder le moral !”

Chez les fabuleuses, mon job consiste à encourager les mamans qui me suivent, en leur rappelant chaque matin de prendre soin de la fabuleuse qui est en elle (pour t’inscrire, c’est gratuit et c’est par là !) Alors voilà : je distribue de la bonne humeur, et dans le Village, j’aide des milliers de mamans à changer de lunettes sur leur quotidien, pour ne plus laisser leurs idées noires les empêcher de kiffer leur vie imparfaite.

Tu le sais, si tu fais partie de cette “catégorie” :

être “celle qui va toujours bien”, ça n’est pas le beau rôle à tous les coups ! Régulièrement, on me fait remarquer que pour moi, avoir la pêche est censé être inné. L’autre jour, quelqu’un m’a écrit :

“Oui mais regarde la vie que tu as ! Pour toi, c’est facile d’être détendue et positive.”

Lire la suite…

HB - article nouveau depart

Nouveaux départs

On m’a souvent dit que j’avais la bougeotte. Ou que j’étais instable. Pour mes études, je suis partie seule en Irlande, puis à Chambéry, me lançant dans l’aventure passionnante de la découverte et de la rencontre. Puis avec mon Fabuleux, nous nous sommes installés à Lyon, puis à Montpellier, puis enfin au sud de Strasbourg, sans jamais se soucier de ce qui allait nous arriver, sur le plan professionnel ou personnel.

C’est comme si nous n’avions jamais rien eu à perdre, et que nous sautions sur l’occasion dès qu’elle se présentait : un ailleurs, un autre, sans connaître personne, sans parfois avoir de job, ni de pied à terre, on se débrouillerait.

Qu’elle est grisante, la sensation de se dépatouiller par soi même, de s’installer dans un ailleurs, de rencontrer de nouveaux collègues !

Qu’il est déstabilisant de se créer de nouvelles habitudes, de nouveaux amis, de nouvelles routes à emprunter ! Ça ne se fait pas toujours simplement : Lire la suite…

HB-article-annee-reussie

Les secrets d’une année réussie

L’été synonyme de détente.
L’été synonyme d’insouciance.
L’été synonyme de vacances.
L’été synonyme de légèreté.
L’été touche à sa fin.

Cet été, vous avez changé vos habitudes, vous avez passé du temps hors de chez vous, sans travailler.
Vous vous êtes aéré l’esprit, la tête, peut-être aussi rempli le cœur de belles expériences, de retrouvailles.
Lire la suite…

HB - retomber amoureuse

Peut-on retomber amoureuse de son conjoint ?

« Je me sens seule, il ne me regarde plus. Je suis épuisée de vivre à ses côtés où il ne se passe plus rien. D’ailleurs, je n’ai plus de sentiments. Pensez-vous que l’on puisse retomber amoureuse de son conjoint ? »

Énoncées le visage tendu, ces paroles de Fabuleuses m’ont été confiées de nombreuses fois.

Une question pas facile, angoissante et exigeante :

Comment se projeter sereinement dans un avenir à deux quand l’encéphalogramme amoureux ne répond plus ? Comment ne pas se laisser courtiser, de façon sous-jacente, par la question de la séparation, sans pour autant la désirer ? Lire la suite…

HB - article froid cafe

Il fait froid

Je l’ai senti au petit matin, en ouvrant mes volets : à 7 heures, il faisait encore nuit.

Je l’ai senti quelques instant plus tard, en sortant de la maison : dare dare, j’ai ramené mes deux lascars à l’intérieur et les ai aidés à enfiler une paire de chaussettes (elles sont trop petites, d’ailleurs, il va falloir penser à sortir la taille au-dessus).

Je l’ai senti ces derniers jours, au fil des conversations :

– Fait frais, ce matin !
– Va falloir sortir la petite laine…
– Ohlala, les jours qui raccourcissent, ça me déprime !

Je l’ai senti en écoutant la radio :

“6° ce matin à Calais : est-ce déjà l’hiver ?”

“Pour les abeilles, c’est déjà l’hiver !”

À ce rythme-là, dans quelques petites semaines, on va nous parler préparatifs de Noël et épidémie de grippe.

Et moi qui me réjouissais d’arborer mon – léger – bronzage pendant quelques semaines encore. Il va pourtant bien falloir me faire une raison : oui, les beaux jours sont derrière nous. Je m’arrête là ou je continue à me lamenter sur la fin des apéros, des bains de soleil et des robes légères ? Lire la suite…

HB - article elvine palette

Je me défoule et j’assume

Mon activité anti-pétage de plombs : le dézingage de palettes

Chacune a sa technique…

Certaines se jetteront sur une tablette de chocolat aux éclats de caramel, une autre s’enfilera des séries sur Netflix jusqu’à épuisement, celle-là ira courir au point de rencontrer Forrest Gump sur son chemin.

Bref, chacune a besoin de son exutoire pour s’extraire de temps en temps de ce quotidien pas toujours facile à porter.

Des enfants qui crient, un mari à milles lieues de nos préoccupations du moment, ou pas encore rentré, ou même absent. Un boulot pénible, une maison ressemblant à une partie de Monopoly entre mes deux garçons qui aurait dégénéré…

Bref, la maternité c’est sympa mais après 21h, j’aimerais être sur répondeur. Alors moi comme anti-dépresseur, je dézingue des palettes. Lire la suite…

HB-article-rentreedesclash

La rentrée des clash

Rentrée scolaire = Tension dans l’air !?

Elle fonce droit sur nous, comme une déferlante d’eau salée sur une plage de l’Atlantique. La rentrée. On l’attend fermement, prête à goûter à nouveau à ces journées ENTIÈRES où les enfants ne seront pas à notre charge (mais à celle d’un(e) enseignant(e) à qui l’on souhaite de s’être reposée au maximum avant le déluge).

Et puis il y a ce petit goût d’appréhension…

…qui nous serre sourdement la gorge : vive la rentrée, mais au fond, qu’est-ce qu’on était bien quand même, sans horaires le matin, sans formulaires à remplir, sans shampoing anti-poux à faire mousser et sans négociation sur le choix des vêtements (non mon chéri, à l’école ce n’est pas comme à la maison, on ne reste pas en pyjama toute la journée). Lire la suite…