All posts in Développement personnel

HB-article-ecureuil

Des yeux pour voir

Avez-vous des yeux pour voir la beauté de votre vie ordinaire ? Aujourd’hui je vous raconte un matin pourri qui se transforme en journée lumineuse, par le pouvoir de la gratitude.

L’autre matin, je me suis levée du mauvais pied, empêtrée dans un stress gluant, qui sentait à plein nez la to-do-list névrosée. Dans mon dialogue intérieur, toutes sortes de jérémiades pour blâmer le monde entier, coupable de mettre des bâtons dans les roues de mes petits neurones (qui ne tournaient déjà pas très rond ces temps-ci, pas plus d’ailleurs que ma machine à laver qui cette fois est véritablement en train de me laisser tomber — lâcheuse.) Lire la suite…

pub-site

Une pause s’impose : le nouveau défi d’Hélène Bonhomme

Parfois, je me sens fabuleusement épuisée. Et j’ai appris à dire stop. Prendre soin de moi-même, c’est rendre service à tout le monde !

Cette année scolaire, tu ne veux pas la finir sur les rotules ?

N’attends pas que le feu soit rouge et prends le temps de prendre du temps. Tu ne le regretteras pas… et même ta famille te remerciera !

Une pause s’impose : je t’ai concocté 7 jours de défi entièrement gratuit pour t’aider à prendre 10 minutes par jour, pour TOI TOUTE SEULE. Ce n’est que 10 minutes… Mais si tu les utilises pour te faire vraiment du bien, tu sentiras la différence, c’est promis !

N’attends pas, clique ici pour découvrir mon défi ! Seras-tu prête à le relever ? Lire la suite…

assez-fabuleuse

Mamans épuisées : vous êtes juste assez fabuleuses, et ça change tout

Mère épuisée : et si le problème, ce n’était pas ton manque de compétence, mais plutôt ton manque de confiance ?

À toi qui visites ce site pour la première fois : bienvenue chez les fabuleuses !

Ici, on a bien compris qu’on n’était pas des fées du logis, ni des mères parfaites, ni des wonderwoman à barre d’énergie illimitée. Pour le monde autour de nous, on n’est jamais assez : jamais assez belle, jamais assez mince, jamais assez douce, jamais assez patiente, jamais assez présente, jamais assez compétente… Ici, on part du principe qu’on est :

JUSTE ASSEZ fabuleuse, et que ça change tout !

Peut-être es-tu en congé maternité, en congé parental, ou peut-être es-tu tombée sur cette page parce que tu es maman, tout simplement. Lire la suite…

Conge-parental

Congé parental : j’ai peur de la solitude

Vous avez décidé de prendre un congé parental de 6 mois, 1 an ou plus. Vous êtes heureuse de voir vos enfants grandir mais voilà : les pauses café entre collègues vous manquent ! Depuis que vous êtes au foyer à plein temps vous vous sentez un peu comme Tom Hanks sur son île : « seule au monde ».

Votre congé maternité est terminé,

et vous avez décidé de le prolonger en congé parental :

  • par défaut (je n’ai pas de travail)
  • par dépit (les modes de garde sont trop chers)
  • par choix (j’ai envie de voir mes enfants grandir)
  • par crainte (j’ai peur de ne pas trouver de travail)
  • par culture (c’est comme ça, je ne me pose pas la question)… Lire la suite…
HB-article-qui-va-maider

Psy, Coach, comment choisir ?

 Un thérapeute ? Un coach ? Comment choisir son «psy» ?

Vie de couple, vie de mère, vie professionnelle, vie sociale : votre vie ressemble à une excursion de ski de randonnée, faite avec des skis de piste, vieux d’il y a 20 ans, prêtés par votre maman ? Chacune sa façon de réagir à l’épuisement. Certaines craquent, d’autres « gèrent ». Aujourd’hui je m’adresse à celles qui, conscientes de leur épuisement, s’arment de courage, et se disent : « ça ne peut plus durer comme ça, j’ai besoin d’aide ».

Oui mais qui peut m’aider ? Mon mari ? Ma mère ? Un psychothérapeute ? un coach ? et quel type de résultat puis-je en attendre ?

La psychothérapie

a pour objectif une forme de « soin », de « guérison » d’une profonde difficulté à vivre qui prend racine dans nos fondations et provoque une souffrance morale importante. Lire la suite…

desir-ou-es-tu

Désir, où es-tu ?

Ça y est, ça fait 3 mois qu’on ne fait plus l’amour, que se passe-t-il entre nous ?

Depuis la naissance du second, mon corps me lâche, je n’ai plus envie qu’on s’approche de moi.

Je rentre du travail, je m’occupe des enfants, de la maison, du linge, des courses, de la cuisine, des devoirs, … le soir, je n’ai plus qu’une envie : dormir.

Quelle rage, je me sens tellement en colère, ce n’est pas l’amour que j’ai envie de faire, c’est la guerre.

Nous sommes peut-être nombreuses à nous reconnaître…

Lire la suite…

HB-photo-video-helene-article

Le monde ne s’arrêtera pas de tourner

On rêve toutes d’une île déserte où personne ne hurle « MAMAAAAAAN » à toute heure du jour et de la nuit.

Disparaître de la circulation : comme ce serait fabuleux…

Oui, mais :

  • qui s’occupera de vérifier que les devoirs sont faits ?
  • qui prendra la température du petit qui fait ses dents ?
  • et qui lancera une machine à 30° sinon tout le monde râle parce que son t-shirt a déteint ?
  • hein, qui ?

L’art de la délégation : on en parle aujourd’hui en vidéo avec mon invité spécial…

Lire la suite…

helenevideo8mars

« Je le ferai demain » : vaincre la procrastination

Me mettre au sport, prendre du temps pour moi toute seule, faire plus de soirées en amoureux, éliminer cette pile de paperasse, lancer mon projet, postuler au job de mes rêves, quitter mon poste actuel pour consacrer plus de temps à ma famille, lire les douze livres qui m’attendent sur ma table de chevet, me remettre au piano ou au dessin… Et toi, qu’est-ce que tu remets à demain ? Quelles sont les choses que tu aimerais faire et pour lesquelles tu excelles dans l’art de la procrastination ? On en parle aujourd’hui en vidéo !

Lire la suite…

5regrets2

Les 5 regrets des personnes en fin de vie

Si vous appreniez que vous n’aviez plus que quelques semaines à vivre, quel bilan feriez-vous de votre passage sur Terre ? Bronnie Ware, infirmière en soins palliatifs, a partagé le quotidien de dizaines de mourants. Des confidences exprimées au soir de leur vie, elle a formulé les 5 regrets des personnes en fin de vie.

« Vivre chaque jour comme si c’était le dernier »

Mouais, moi je vis plutôt chaque jour stressée par mes dossiers à rendre, éreintée par les cris des enfants et blasée par l’éternel « on mange quoi ce soir ? » ! Et puis, un jour, on apprend que la voisine de cinquante trois ans est décédée dans son sommeil, laissant derrière elle trois ados et un mari terrassés par le chagrin. Lire la suite…

etre-mere

« Être mère, c’est apprendre à se séparer »

Je l’aime bien cette phrase, attrapée au vol il y a quelques années en écoutant la radio. Elle bouscule un peu, c’est vrai, mais elle m’est précieuse. Elle m’aide à voir les enfants grandir, et moi avec.

Un jour, alors que je la glissais dans l’une de mes interventions, une femme s’est approchée de moi. Visiblement, elle était  contrariée :

« Vous n’y allez pas un peu fort ? On nous parle du lien à construire, à soigner, à entretenir, et vous, vous nous dîtes le contraire ? »

Lire la suite…

tempsdavoirletemps

N’attends pas d’avoir le temps

Si tu avais une baguette magique, que voudrais-tu qu’elle fasse dans ta vie de maman ?

C’est la question que je pose à chacune de mes nouvelles abonnées.

(Parce que les aléas du quotidien nous font si vite oublier que nous sommes fabuleuses, j’envoie chaque semaine des piqûres de rappel par email… si tu ne les reçois pas encore, c’est par ici pour t’inscrire ! Si c’est déjà fait et que tu ne trouves pas mes messages… regarde dans tes spams !)

Donc, si tu avais une baguette magique, que voudrais-tu qu’elle fasse pour toi ?

J’ai reçu des milliers de réponses à ma question.

Pour certaines, la baguette magique ferait le ménage toute seule… Pour d’autres, elle motiverait le fabuleux à s’investir un peu plus dans la vie de famille. Pour d’autres encore, elle permettrait de trouver le job idéal, pour un équilibre parfait entre vie pro et vie perso.

Lire la suite…

viecrochepied

Si la vie te fait un croche-pied…

…prends le temps mais relève-toi !

Ce jour-là, elle a trouvé le journal de bord de sa grand-mère chérie :

« À la fin, les pages blanchissent. Jour après jour, la maladie lui a pris ses mots pour la laisser dans le chaos ».

Elle me regarde, les yeux pleins de larmes. Sa grand-mère souffre d’une démence foudroyante.

Je suis assise à côté d’une amie, elle a mon âge et il y a quelques semaines, elle a enterré son mari et reste seule avec un bébé qui n’a même pas un an.

Lire la suite…

egoisteetfab

“Moi d’abord” : égoïste et fabuleuse

Vides, les étagères du frigo. Désespérément vides.

Pleine, la porte du frigo. Pleine de tous ces vieux pots que je n’ose plus ouvrir depuis des mois : de la sauce barbecue qui date de l’été dernier, 4 bouteilles de ketchup entamées, un bocal d’olives plus très vertes, un demi-oignon et sa copine la demi-échalote, oubliés dans du vieux papier alu… Faudrait trier tout ça. Et puis partir faire les courses. Avec une vraie liste, cette fois. 

Depuis 3 semaines, matin et soir, Adelin réclame ses chaussettes pisderman.

3 semaines que je lui réponds :

« Désolée mon chéri, elles sont quelque part dans ce tas de linge sale, mais maman ne les a pas encore trouvées ni lavées. »

Mon mari est à l’autre bout de l’Europe. Hier soir, j’ai réussi à coucher les enfants une heure plus tôt que d’ordinaire : pas de puzzle, pas d’histoire, juste un bisou, une chanson et dodo. Par miracle, ça a marché. Et je suis allée me coucher à19h26. 19h26 ! Dieu existe. Lire la suite…

faites la sieste

T’es pas toi quand t’es crevée

Une tasse de thé renversée sur le clavier de mon ordinateur. Un biberon que je secoue sans l’avoir fermé correctement. Une flaque de lait tellement étendue que je ne peux même pas la contourner pour attraper la serpillère. Un tube de dentifrice qui me fait pleurer à force d’être vide encore.

Parfois, les objets nous exaspèrent. Et les gens, aussi. Les enfants qui veulent tout, tout de suite. Les ados qui oublient leur carte de bus. Les maris qui se réfugient vingt minutes aux toilettes. Les livreurs qui se trompent d’adresse, les vieilles dames qui se mêlent de nos affaires, les caissières qui ne comprennent pas que passer maintenant est pour nous une affaire de la plus haute importance.

Il y a des jours où le monde entier complote pour nous irriter.

On est excédée par les pâtes qui ne veulent pas cuire plus vite, horripilée par cette voiture qui refuse de démarrer, et on se sent poignardée par notre meilleure amie qui poste une innocente photo de ses pieds en éventail sur une plage de sable fin.

Ces jours-là, on laisse traîner les couteaux de cuisine à portée des enfants, on perd notre trousseau de clés, on arrive en retard à l’école, on crie au monde entier de se dépêcher, on s’engouffre dans la moindre faille et on déclenche des crises conjugales.

Alors on se sent nulle, maladroite, incapable, insuffisante, moche, bête et méchante.

On se débat, on se déchaîne, on se défend, on se démène pour ne pas être la sorcière que l’on est en train de devenir. Lire la suite…

a deux doigts de la perfection

95% : à deux doigts de la perfection

17h30. Il me reste deux heures. Deux heures top chrono pour transformer ce champ de mines en un intérieur paisible et délicieux. Ce soir, nous recevons des invités. J’élabore un plan d’action. 1. Neutraliser les éventuels perturbateurs : “Surprise les enfants ! Que diriez-vous d’un petit dessin animé ?” 2. Hiérarchiser les tâches : par où dois-je commencer ? Éliminer les moutons de poussière sous la table du salon, descendre les poubelles honteusement débordantes, décrasser la gazinière écœurante ? 3. Jogging lâche, manches retroussées, musique à fond : j’entre dans l’arène.

Lire la suite…

keep_calm

Parfaitement épuisée : stop au gaspillage d’énergie

Vous aussi, vous faites partie du club pas très fermé des mamans à bout de souffle et à bout de nerfs ? On ne nous a pas prévenues, mais on a vite compris : maternité rime la plupart du temps avec « je crois que je vais craquer ».

Entre les réveils nocturnes, la logistique familiale et la to-do-list qui s’allonge dans le bruit ambiant, l’erreur la plus commune (et la plus fatale) consiste à faire semblant de jongler parfaitement avec toutes ces exigences, quitte à gaspiller son énergie vitale pour des détails sans importance.

Épuisement et poursuite de la perfection font bon ménage… et je parle en connaissance de cause. Heureusement, à force de me prendre la tête pour pas grand chose, j’ai fait quelques progrès en lâcher-prise. Confessions d’une perfectionniste repentie : faire baisser la pression, ce n’est pas évident mais c’est possible !

Voici 4 extraits de mon livre C’est décidé, je suis fabuleuse (à paraître en octobre !), où tu découvriras 4 stratégies pour ménager ton niveau d’énergie.

Lire la suite…

miracle morning

Miracle Morning : et les mamans ?

Je suis maman de 2 enfants de 4 ans et cela fait 2 ans que je fais partie des early birds qui mettent leur réveil à 5h tous les matins. Après 2 ans, l’heure est au bilan ! Vous avez été nombreuses à me poser toutes sortes de questions auxquelles je vais essayer de répondre au mieux dans cet article.

« Offrez-vous un supplément de vie » : c’est le défi lancé par Hal Elrod à ses dizaines de milliers de lecteurs un peu partout dans le monde. Sur le papier, prendre soin de soi tant que toute la maisonnée est encore endormie : oui ! Mais sincèrement, mettre son réveil à 5h30 lorsque l’on a des enfants en bas âge : possible ou pas possible ?

Se lever tôt : pourquoi ?

« Tout se joue avant 8h du matin » : les adeptes du Miracle Morning en sont convaincus. Lire la suite…

corps fabuleuses

Au secours, j’ai mal partout !

Combien sommes-nous à être fâchées avec notre corps ? Il est souvent synonyme de gênes diverses : trop lourd, dysharmonieux, trop douloureux, souvent malade. Bref, il nous empêche d’avancer.

Cécile a mal au ventre. Un peu tout le temps. Pas très fort, mais c’est une douleur sourde, qui revient plusieurs fois par semaine. Elle ne sait plus quand ça a commencé. Elle me dit qu’elle vit avec, voilà tout.

Marine a mal au dos, tous les matins en se levant. Et puis ça passe pendant la journée. De toutes façons elle n’a pas le temps de s’en occuper. Lire la suite…

vianney

Qu’aiment les mères qui ne s’aiment pas ?

Pendant presque 30 ans, je ne me suis pas aimée. Je m’en suis voulue à mort, à chaque fois que j’ai dit n’importe quoi. Je me suis fait beaucoup de reproches, à chaque fois que je me suis trompée. Je me suis mise des bâtons dans les roues. Je me suis faite passer après les autres. J’étais convaincue que les gens qui me rabaissaient avaient raison de le faire.

Et puis j’ai eu des enfants.

Quand ils disent n’importe quoi, je les trouve marrants.

Quand ils s’énervent pour un rien, je les trouve mignons.

Quand ils se prennent pour les chevaliers qu’ils ne sont pas, je les applaudis.

Quand un petit morveux les bouscule à la sortie de l’école, je me retiens de lui casser la gueule.

J’ai eu des enfants, et j’ai décidé d’aller voir une psy. Pour apprendre à m’aimer. Pour eux.

Comment les aimer si je ne m’aime pas ?

Lire la suite…

fabuleuses couples

Mon mari me dit qu’il est trop chanceux…

… d’avoir une femme comme moi !

Ce matin, j’étais dans la cuisine et mon mari travaillait sur son ordinateur dans la salle à manger. Comme notre cuisine est américaine, on peut se voir tout en étant dans deux espaces différents. Il me regarde et me dit comme ça :

“Vraiment, je suis trop chanceux d’avoir une femme comme toi.”

J’ai ri, je me suis sentie un peu perdue, à la fois flattée et gênée d’entendre un compliment pareil. J’ai eu une envie folle de lui demander pourquoi il me disait cela, mais je n’ai rien dit.

J’ai juste accueilli ses mots avec un sourire et un mot :

“J’aime quand tu me dis des choses comme ça.”

En faisant le bilan, mon mariage est bien meilleur que ce que j’imaginais vivre quand j’étais jeune.

J’avais tellement peur de vivre la même chose que mes parents. Ils vivaient une vie à deux fusionnelle, dans le pouvoir, mon père essayant de contrôler ma mère et ma mère à son tour, lui faisant sans cesse des reproches et se plaçant en victime la plupart du temps.

L’horreur pour moi, témoin de violence durant toute mon enfance et adolescence.

Parmi vous, j’imagine que plusieurs savent de quoi je parle. Lire la suite…

medium

Quand l’amour domestique fait concurrence à l’amour sauvage

Chères Fabuleuses

Hélène me demande de vous écrire, et c’est avec un grand plaisir que je m’y mets !
J’aime transmettre, et ça tombe bien, car je sais que vous aimez qu’on vous raconte des histoires !

Justement, j’en ai, des histoires à partager avec vous !

Je voudrais partager mon expérience… histoires de famille, d’enfants, mais ce qui est le plus facile pour moi c’est de vous raconter des histoires de couple.
Allez-vous vous reconnaître ? J’espère au moins que mes recherches, que mes expériences plus ou moins réussies – mais bien authentiques ! vont vous accompagner.
Et si le cœur vous en dit, elles vous donneront peut-être des idées, des inspirations et, qui sait, des permissions pour en faire autant ou pour explorer de nouvelles manières d’investir votre vie à deux.
Sachant, que nous avons le droit d’être imparfaites et de nous réjouir de qui nous sommes !

Lire la suite…

double

Ne fais pas ce que je dis !

Maman de deux petites princesses maintenant, ma vie a totalement changé !

On ne se préoccupe plus que de soi ou de son amoureux ou d’une princesse mais bien de 3 personnes en même temps (si on compte le papa !).

On rit 2 fois plus, on donne deux fois plus de bains, on fait deux fois plus de couettes et chose à laquelle je ne m’étais pas préparé : on s’inquiète deux fois plus également !

Je m’explique.

Lire la suite…

helene david voiture

Comment une question naïve peut faire craquer un(e) perfectionniste…

… mais je me soigne !

Attention : voici une vidéo authentiquement imparfaite.

Lire la suite…

sem de l'imperf heureuse

Semaine de l’imperfection heureuse

Cette semaine, on arrête de se faire la guerre à soi-même !

Tu en as marre de te mettre la pression pour être une super maman, pour au final avoir envie de te cacher à l’intérieur du rayon charcuterie quand le petit dernier balance le contenu du caddie dans l’allée ?

Tu te dis que pour survivre aux aléas de ta vie de maman, il y a autre chose que “je ne suis pas une bonne mère”, “je ne suis jamais assez bien”, “je n’y arriverai jamais” ?

Dans un monde qui nous dicte tout, depuis notre apparence jusqu’à nos choix professionnels, en passant par l’attitude censée être adoptée par nos enfants… Pas facile de cultiver la confiance en soi quand on est maman ! Lire la suite…

Man Walking on Dusty Rural Road

« J’y arrive pas. »

C’est ma petite phrase fétiche quand j’en peux plus.

Et quand j’en ai marre de dire “J’y arrive pas”, je passe à :

  • “J’y arriverai jamais”
  • “Je devrais y arriver pourtant”
  • “Je suis la seule à pas y arriver ou quoi ?”

Un jour que je disais “J’y arrive pas”, je me suis demandée : “Arriver à quoi ?”

“Ben je sais pas, y arriver quoi ! Tu m’emmerdes avec tes questions !” (aperçu réaliste de mon dialogue intérieur) Lire la suite…

View More: http://photographybywinter.pass.us/bonhomme

Pourquoi je m’aime

Ce texte a certainement été le plus difficile à écrire depuis mes débuts. Dire qu’on s’aime, ça ne se fait pas. Ça met tout le monde mal à l’aise. Ça fait prétentieux. Ça fait bizarre. Ça fait un peu malsain. Comme si on avait le droit (le devoir !) d’aimer tout le monde, sauf soi. L’article que vous vous apprêtez à parcourir m’a pris, au bas mot, deux années de travail acharné. Deux années pour conquérir, ma foi et ma thérapeute aidant, un territoire mystérieux, incompris et trop souvent négligé : l’amour pour soi.

Pourquoi je m’aime

 

  • PAS parce que je suis particulièrement jolie – sinon je m’aimerais uniquement les jours de mariage, ou en tout cas APRÈS m’être tartinée de l’anti-cernes.
  • PAS parce que je suis particulièrement intelligente – sinon je m’aimerais uniquement quand je n’oublie pas d’acheter du PQ ou quand je ne balance pas x fois la même connerie qui – je le sais, pourtant ! – va encore déclencher une crise nucléaire conjugale.
  • PAS parce que je suis particulièrement aimable – sinon je m’aimerais uniquement lorsque je ne râle pas, lorsque je ne me plains pas, lorsque je ne pense pas qu’à moi et lorsque je ne dis pas de gros mot.
  • PAS parce que je suis particulièrement douée – sinon je m’aimerais uniquement lorsque je parviens à ouvrir les paquets de riz de manière à PAS ramasser des grains dans toute la cuisine.

 

Alors, pourquoi je m’aime ?
(et pourquoi tu devrais t’aimer)

 

Lire la suite…

Studio shot of trendy young family against a gray background

J’apprends à parler ados

Vous parlez quel langage, vous ?

Moi, je suis en cours de formation. J’apprends à parler « Ado ». J’attends ce jour fantastique où je pourrais peut-être valider quelques acquis. Je dis bien peut-être, car rien n’est jamais assez sûr dans ce domaine. Je repousse toujours mon échéance. Ou plutôt : ILS me forcent à la repousser.

ILS ? Ce sont mes ados, pardi ! Je cherche des parents qui suivraient le même cursus que moi.

Y a-t-il quelqu’un par ici ?

On pourrait échanger, décoder ensemble, plancher sur une version, oser un ou deux thèmes. Ça pourrait être sympa, non ? Chez nous, ils sont plutôt branchés rap, rock, electro, smileys attitude, selfies, shoesfies, expressions bizarres. Chaque jour, j’élargis ma culture générale, je découvre un univers de musiques hétéroclites, j’enrichis mon vocabulaire. Voyage en terre inconnue.

Waouh ! C’est cool ! Lire la suite…

rituel couple fabuleuses

Les rituels, pour quoi faire ?

Qui rêve d’augmenter facilement la qualité de sa vie de famille ?

Qui s’est déjà retrouvé en panne d’idée pour le menu du soir ? pour les vacances des enfants ? pour un thème de fête d’anniversaire ?

Qui s’est déjà retrouvé à devoir faire à la dernière minute et à ne pas pouvoir organiser les choses dans les règles de l’art, faute de temps ? de mauvaise organisation ?

… Qui aurait besoin d’outil puissant pour assurer la qualité de sa vie personnelle et familiale avec un minimum d’investissement ? Lire la suite…

Fabuleuses_au_foyer__MG_9159_NB

Fait vaut mieux que parfait

J’étais rédactrice. Mon travail, c’était d’écrire pour les autres. Et puis j’ai eu des enfants : deux en même temps ! Pour survivre à ce tsunami de couches, de biberons, de cris, de nuits sans sommeil, j’ai commencé à écrire pour moiMon mari a lu mes textes et il a dit : tu devrais vraiment lancer un blog et publier ces textes !

J’ai dit OK, mais pas tout de suite. Ce blog, je le lancerai :

  • quand ma maison ne ressemblera plus à un champ de mines
  • quand je ne râlerai plus sur les enfants
  • quand j’aurai des choses intéressantes à dire
  • quand j’aurai plus de temps
  • quand je serai sûre que personne ne critiquera mes articles
  • quand toutes les circonstances s’y prêteront parfaitement
  • quand je serai devenue la bonne personne
  • autrement dit : jamais.

Sauf qu’un jour, j’ai dit merde au perfectionnisme.

Lire la suite…

jamais contente fabuleuses au foyer

Jamais contente

Incroyable !

J’en ai rêvé des années entières… alors que j’étais « sous l’eau » – au sens figuré bien sûr – avec mes chers bambins dans les pattes qui m’empêchaient de TOUT faire ou presque… notamment en vacances. J’en ai rêvé des nuits entières… alors que j’étais obligée de m’extirper du lit TOUS les matins pour les biberons ou le sein ou la colère ou le réveil bien trop matinal… J’en ai rêvé et c’est arrivé ! Lire la suite…