Marie C

Marie C
Marie et son fabuleux époux ont chacun un grand d’une première union (une fille pour elle, un garçon pour lui) et deux petits diablotins ensemble. Ils tentent de gérer au mieux cette jolie famille recomposée, dans la joie et la bonne humeur (le plus souvent), dans les cris et les engueulades (parfois). Marie amorce le virage de la quarantaine comme une vraie remise en question personnelle et professionnelle. Scientifique de formation et de profession mais littéraire de cœur, elle partage sur son blog de petits textes sur les moments rigolos ou exaspérants de sa vie familiale. http://petitsruisseauxgrandesrivieres.wordpress.com
https://petitsruisseauxgrandesrivieres.wordpress.com/

VOIR TOUS SES ARTICLES

HB-article-la-perseverance-du-cactus

La persévérance du cactus

Dans mon bureau, il y a un cactus. Il est impossible de s’asseooooooooir…. Pardon, je disais donc :

Ce cactus était déjà là quand je suis arrivée ici, il y a… quelques années (bon, ok : vingt ans. J’ai commencé à travailler à dix ans et demi, c’est pour ça). A priori, c’est le doyen de mon boulot.

Il y a vingt ans, il tenait dans un tout petit pot. Il était assez moche à vrai dire, et ne faisait que des sortes de candélabres verts à section carrée. Pendant longtemps, le petit cactus moche est resté petit, cactus, et moche, dans son petit pot. Lire la suite…

HB-article-monsieur-cuisine

Monsieur cuisine

Tous aux abris !

La semaine dernière, mon bien-aimé a pris quelques jours de repos et nous avons donc eu la joie de goûter à sa délicieuse compagnie. Il est allé montrer sa fraise à la maîtresse de Chaton, aux copains de crèche de Lapin, le matin ET le soir : top luxe ! Et, conséquence logique, c’est lui qui a commencé la préparation du dîner.

Aïe.
Aïe aïe aïe.

Sa compagnie est délicieuse, sa bouffe en revanche, moins.

Mais bon.

Soixante dix-sept fois sept fois, c’est le nombre d’essais que je lui accorde. Lire la suite…

HB-article-maman se fait la belle

Maman se fait la belle

Bon, ça suffit maintenant ! Il y en a marre de toute cette guimauve, de cet émerveillement béat devant les niaiseries infantiles quotidiennes de mes rejetons !

Je lève l’étendard de la révolte maternelle, j’envoie tout péter et JE ME CASSE, comme Thelma et Louise (note pour moi-même : penser à regarder ce film, un jour), en laissant toute la clique de marmots avec leur parent n°2 – je veux dire, leur père et beau-père !

Ciao, à moi la virée en Italie !

Peut-être même avec des copines qui comme moi en ont ras la casquette, cheveux au vent dans une décapotable sur des routes bordées de cyprès, dans le doux soleil de fin d’après-midi et le verre de chianti accompagné de prosciutto en fines tranches, sur la place bruissante à la tombée de la nuit. Lire la suite…