Hélène Dumont

Hélène Dumont
Après avoir suivi un parcours de Lettres et Civilisations, Hélène est devenue professeur des écoles puis conseillère conjugale et familiale. Très attachée aux problématiques de l’articulation du maternel et du féminin, elle garde l’intuition que celle-ci ne peut être pensée sans la présence du masculin. Elle travaille aujourd’hui en cabinet libéral au rythme de sa vie de famille : un chouette époux depuis 18 ans et 6 enfants ! conseilconjugaletparentalite.com
http://www.conseilconjugaletparentalite.com/

VOIR TOUS SES ARTICLES

HB - article parents vieillissent

Mes parents vieillissent

Un témoignage m’a particulièrement touchée ces dernières semaines, celui d’une fabuleuse me confiant la peine de voir ses parents vieillir :

« J’étais assise à côté de mon père à regarder le cerisier. Tu sais, ça sentait le matin, la rosée et l’herbe mouillée. On était bien là, tous les deux, en silence. Tout d’un coup, un bruit de truelle s’est dégagé de la rue joyeusement. Papa était maçon, alors j’ai tout de suite réagi : « Écoute, Papa ! »

Quand il a froncé les sourcils, j’ai compris qu’il ne reconnaissait ni le bruit, ni le rythme de ce geste qui l’avait tant prolongé. Je me suis levée pour vérifier. Dans la rue, j’ai observé un homme qui maniait avec fermeté le manche en bois d’une truelle.

Ça m’a brisé le cœur.

C’est vrai que Papa devient un peu sourd, mais maintenant, c’est sa mémoire qui lui joue des tours, qui l’éloigne doucement de la réalité. Je me suis sentie pleine de tendresse envers lui et j’ai pensé que nos rôles allaient s’inverser. Il fallait désormais que je m’en occupe. Jusqu’à maintenant, comme papa était dynamique, travailleur et moderne, je n’avais pas conscience qu’il pouvait « devenir vieux ». Dans mon esprit, il était resté le parent que j’ai eu gamine : un peu éternel. Aujourd’hui, je perçois pour la première fois le poids de son âge sur ses épaules et comprends sa fatigue. »

Quelles que soient les relations entretenues avec nos parents, paisibles ou compliquées, réaliser que ces derniers puissent prendre de l’âge demande un mouvement d’acceptation, de lâcher prise et de maturité. Dans cette relation particulière, il est souvent question de place, de juste distance, de croissance et de pardonLire la suite…

HB - article jemmenage

J’emménage, j’ai tout à reconstruire

Septembre 2017.

Je me revois monter l’escalier de notre nouveau logement, le pas lourd, épuisée. Hannah  dort contre ma poitrine. Iris tire sur son mon bras pour enjamber les marches. Jacques me suit en silence tandis que les trois grands ont filé dans leur chambre pour cacher leur chagrin que je ne sais plus consoler.

La porte d’entrée me semble étrangère, les murs sont nus, l’hostilité des fenêtres sans rideaux me refroidit. Je n’arrive pas à me familiariser avec ce nouvel espace que je dois apprendre à aimer et à réchauffer de notre pâte familiale et rassurante.

Le déménagement nous a laissés le cœur lourd. Et même si cet endroit dans lequel nous avons posé nos valises porte de jolies promesses, comme la proximité avec une grande ville, une région magnifique et gorgée de soleil, une petite ville dynamique aux infrastructures bien développées, je peine à retrouver mes repères et me laisse submerger par des vagues de stress et de fatigue.

S’installer.

Lire la suite…

HB - retomber amoureuse

Peut-on retomber amoureuse de son conjoint ?

« Je me sens seule, il ne me regarde plus. Je suis épuisée de vivre à ses côtés où il ne se passe plus rien. D’ailleurs, je n’ai plus de sentiments. Pensez-vous que l’on puisse retomber amoureuse de son conjoint ? »

Énoncées le visage tendu, ces paroles de Fabuleuses m’ont été confiées de nombreuses fois.

Une question pas facile, angoissante et exigeante :

Comment se projeter sereinement dans un avenir à deux quand l’encéphalogramme amoureux ne répond plus ? Comment ne pas se laisser courtiser, de façon sous-jacente, par la question de la séparation, sans pour autant la désirer ? Lire la suite…

HB-article-maisons-de-famille

Maisons de famille

« C’est drôle, cette maison fera partie de nos souvenirs »* écrit Frances Mayes à propos d’une maison de vacances achetée en Toscane.

Cette idée me touche.

Lire la suite…

HB-article-je-suis-partie

Je suis partie

Il y a quelques années, j’ai fait ma valise et je suis partie.

Septembre 2012. Nous en avions parlé. Longtemps. Tout était prévu. Une heure de bus, une heure de train.

Sur le quai, je pense à la maison que j’ai laissée : un mari et quatre enfants dont un qui, à l’époque, faisait sa rentrée en petite section. J’ai quelques remords : il devra manger à la cantine dès le mois de septembre. Cela me tracasse.

Lire la suite…

HB - relecture de vie

Cet été, je relis mon histoire

As-tu déjà repensé à ton enfance en observant les enfants jouer ? Goûté un soupçon d’adolescence à la saveur d’un diabolo menthe glacé ? Respiré quelques bribes de ta vie étudiante en ouvrant un carton de vieux cahiers dans un grenier ?

Nos souvenirs sont parfois surprenants.

Il suffit d’une nuance colorée, d’un arôme, d’une caresse, d’un timbre de voix pour que jaillisse la scène. Projeté sous le revers de nos paupières closes, notre passé nous visite à la manière d’un vieux film en noir et blanc. Les images sautent et la bande grésille : nous voilà transportés dans un autre temps, dans un autre lieu.

Où suis-je ? Et quelles sont les émotions qui me traversent ? Joie, tristesse, peur ? Comment les interpréter ? Comment les relier à ce que je vis aujourd’hui ?

Si tu as déjà vécu ce genre d’expérience, je te propose un petit exercice supplémentaire : celui d’une relecture de vie. Lire la suite…

HB - sms communication couple

Le SMS, un atout pour votre couple

Les SMS font partie de la vie de couple. Il n’est pas rare d’en parler en entretien. Tel couple évoquera les SMS des premiers jours d’amour. Celui reçu sur le quai de la gare. Celui qui a fait vibrer ou rire. Le coquin, le délicieux, le prometteur…

Et puis, ça se gâte. Le couple se souviendra de celui qui a fait tant pleurer. On se souviendra encore de la fois où la tentation fut trop grande de ne pas fouiller le téléphone de son aimé(e) et de découvrir le SMS annonçant la liaison qu’on ne voulait pas voir. Oui, on se souviendra aussi de la culpabilité ressentie d’avoir osé fouiller. Lire la suite…

HB-article PMA

Le couple à l’épreuve de la PMA

P.M.A. Trois petites lettres que de nombreux couples connaissent bien mais partagent peu : Procréation Médicalement Assistée. Quand Ségolène et son homme se sont rencontrés puis aimés, le désir de devenir parents était évident. Après de très longs mois d’attente, une batterie d’examens éprouvants chez l’un comme chez l’autre à essayer de comprendre pourquoi la famille ne s’agrandissait pas, un petit Loup a décidé de pointer le bout de son nez dans un éclat de joie. Et puis, de nouveau, silence radio.

À partir de quand avez-vous décidé de suivre une PMA*, ton homme et toi ?

La question s’était déjà posée avant que je ne tombe enceinte de notre premier enfant. J’étais en train de commencer les démarches quand nous nous sommes rendus compte que je l’attendais ! Ainsi, je m’étais déjà préparée à l’idée qu’une deuxième grossesse pouvait être difficile à mettre en route. Le jour où nous avons souhaité accueillir un autre bébé, nous avons attendu que les choses se fassent naturellement. À nouveau, pas de réponse. Au bout d’un an, nous avons alors décidé de démarrer le protocole. Lire la suite…

HB-fils 18ans

Les 18 ans de mon fils aîné

18, c’est le nombre de bougies que mon fils soufflera demain.

18

Et tout ce que cela représente : la majorité, le droit de vote, le temps des études, des amours,  du permis. Sa vie d’homme ! Moi qui voulais le garder auprès de moi. Juste encore un peu.

L’aîné, le début d’une aventure.

Sans GPS pour me repérer, étayée par mes valeurs, mes croyances ainsi qu’une bonne dose d’intuition plus ou moins titubante, j’ai effectué avec lui mes premiers pas dans cet univers nouveau : celui de la maternité.

Avec son père, nous avons encaissé les nuits blanches, les bobos et autres grains de riz coincés dans les lattes du parquet sans trop nous poser de questions. J’étais comblée d’être mère, probablement rassurée de pouvoir enfanter. Un détail m’avait pourtant échappé : à n’en pas douter, ce petit bout d’homme en devenir avait un chouia plus de caractère que les poupées de mon enfance. Lire la suite…

HB-article-menopause 2

Belle et désirable après la ménopause

« Suis-je encore femme si je ne peux plus avoir d’enfant ? »

« Suis-je encore séduisante et désirable alors que mon corps vieillit ? Puis-je m’autoriser à l’être ? »

« Que suis-je appelée à vivre aujourd’hui ? »

Ces questions, la femme peut être amenée à se les poser de façon parfois inconsciente à la ménopause.

Mais ce bouillonnement intérieur pourra provoquer une impression de mal-être plus ou moins facile à dépasser selon les ressources personnelles, le parcours de chacune et le soutien de son entourage proche ou amical.

Le regard de l’homme est un appui solide pour qu’elle puisse se sentir belle et désirable.

En vieillissant, sa fraîcheur et sa beauté, sans se perdre, se transforment, et le sentiment d’être moins regardée, ou de ne plus l’être, peut lui donner l’impression de se dépouiller de ce double privilège qui la rendait femme : la jeunesse (assimilée à la beauté) et le fait de devenir mère. Il faut tourner la page !

Une bonne nouvelle !

Lire la suite…

HB-article-menopause

Accueillir la ménopause

« Vivement la ménopause, être débarrassée de tout ça, c’est pénible, les règles… Y’en a marre, y’a un temps pour tout… », s’exclame une femme pétillante de 44 ans.

« Le jour où ça arrivera, tu te prendras une claque dans la figure ! », lui répond son amie, la cinquantaine entamée. Elles rient.

« Moi je suis en plein dedans. Je ne l’ai pas vue arriver, cette période, je ne me sens pas vieille, j’adore mon travail, j’ai des enfants étudiants sympas, du temps libre pour moi. Mais voilà, je me sens mal, je vois bien, j’ai la peau qui se ramollit, j’ai chaud, je me sens empotée. Franchement, si mon mari n’était pas là, je crois que je serais déprimée », ajoute une troisième.

Tout au long de sa vie…

la femme connaît des vagues hormonales qui lui demanderont un ajustement permanent, tout en lui ouvrant de nouveaux horizons. C’est ainsi, au prix de douleurs intimes et de quelques abandons, qu’elle découvre la joie d’être Femme à travers  l’expérience du cycle menstruel. Une ouverture à la maternité, mais aussi une invitation à découvrir les différents mouvement du désir, du plaisir et de l’élan féminins. Un élan voguant au gré des hormones capricieuses et mensuelles certes, mais également terreau de fougue et de folie (enfin, parfois !).

La ménopause fait partie de ces étapes charnières de la vie, qui nous rappellent que le temps passe. Lire la suite…

HB-vignette naissance dumont

Naître

Le jour se lève, inondant la chambre de sa lumière opaline. Seule, allongée sur le lit, je parle à mon enfant qui va naître. J’attends sa rencontre avec impatience. Je sais que l’heure approche.

Toute la nuit, mon ventre gonflé comme un fruit mûr s’est durci de façon régulière. Ce matin, le rythme devient cadence, la douleur plus vive. Entre deux contractions, je peux me reposer et profiter de cet ultime instant de douceur qui précède la naissance. Lire la suite…

ma-grand-mere

Encore un thé avec ma grand-mère

La douce fraîcheur de ce matin de mars rosit mes joues, tandis que la main potelée de ma fille se blottit dans la mienne. Elle sautille au rythme de mes pas.

Il y a de nombreuses années, comme elle, je serrais la main d’une femme que j’adorais. La fatigue du grand âge inverse aujourd’hui les rôles. Je voudrais lui tenir la sienne afin de l’aider à faire encore quelques pas. J’ai la gorge serrée.

Mes pensées se rembobinent, et c’est au cœur de ce chagrin matinal que chacun de mes âges me rend visite.

Me voici petite fille sautant sur le trottoir à ses côtés, puis adolescente lovée sur un transat, rêvant mon avenir auprès de celle qui me donnait envie de grandir. C’est en mariée que je me vois avancer dans son jardin fleuri, célébrant la première page de mon histoire d’amour. Jeune mère, je sonne légère à sa porte le midi, lors de mes escapades sans enfant.

Lire la suite…

HB-article-regard

Faire l’amour avec les yeux

La rencontre amoureuse, dans la nudité des corps, est l’expérience d’un dialogue intime et charnel : câlin, complice, sensuel, drôle, sensationnel, orgasmique… Ce dialogue, nous pouvons le décliner de façon inépuisable. Il vient nous signifier que la sexualité du couple n’est pas figée, qu’elle évolue au fil des ans.

Parfois, elle réserve même de délicieuses surprises et des lendemains qui chantent, à condition d’accepter de la vivre de façon non linéaire.

La question est donc :

Comment vivre notre amour, dans la rencontre amoureuse, sans le réduire à un “faire” ?

Comment vivre un moment de complicité sensuelle et érotique, sans tenir compte d’une quelconque performance, mais dont l’unique but serait de vivre un moment joyeux et gratuit, ensemble ?

Chère fabuleuse, aujourd’hui, j’ai envie de te parler du regard comme piste d’exploration. Il n’y a pas que le sexe dans la vie, et c’est une bonne nouvelle. Lire la suite…

HB-article uterus

Avoir un utérus, ou pourquoi les femmes cogitent

« J’veux un enfant »

« J’veux pas d’enfant »

« Pourquoi j’ai mes règles ? »

« Pourquoi j’les ai pas ? »

« Vivement que j’les ai plus ! »

J’ai souvent pensé que ces questions prenaient racine au fin fond de cet espace corporel, singulièrement féminin, à savoir l’utérus. Pas plus gros qu’une orange, il nous renvoie de façon cyclique et régulière à la mère potentielle que nous pourrions devenir. Cela pendant 40 ans.

De quoi meubler quelques heures, non ?

Sa vitalité se confirme par l’apparition et l’évolution de signes concrets que nous pouvons observer et interpréter dans nos sous-vêtements : la présence ou l’absence de glaire, l’ovulation, les règles, ou encore les différentes douleurs qui l’agrémentent.

Et tandis que nos jeunes filles piaffent à l’arrivée de leurs premières « ragnagnas », d’autres fabuleuses paieraient cher pour ne plus les avoir, quand celles de cinquante ans peinent sous les bouffées de chaleurs et l’inconfort de la ménopause, signe avant-coureur d’un temps révolu, qu’elles désignent parfois avec humour en s’exclamant :

« La machine est cassée ! »

Lire la suite…

HB-interview claire de st lager

« Les femmes doivent croire en elles pour prendre leur place »

Rencontre avec Claire de Saint Lager, jeune femme rayonnante et inspirante, fondatrice du parcours Graine de Femme et de Isha formation, auteur du livre La voie de l’amoureuse*. Le concept ? Aider les femmes à renouer avec leur désir profond. Une « pédagogie du désir » innovante et qui décape, un challenge osé et réussi.

Claire, quelle est l’intuition qui t’a amenée à réfléchir sur le féminin ?

Je me suis toujours interrogée sur la femme. Adolescente, je me posais déjà des questions : que signifie être femme ? La femme a-t-elle une mission spécifique, un rôle particulier ? En 2010, je suis partie au Cambodge avec Enfant du Mékong, en tant que responsable d’un foyer de dix-sept étudiantes. Les femmes du Cambodge ont inspiré cette quête, cette recherche du féminin en moi et dans le monde. À mon retour, j’ai eu l’opportunité de créer Graine de Femme, un parcours pour aider les adolescentes à grandir et mieux se connaître. Ces expériences m’ont forcée à creuser le sujet : comment approfondir la question complexe de la femme et du féminin sans entrer dans une caricature? Lire la suite…

HB-article- salle d'attente

Deux fabuleuses dans une salle d’attente

Me voilà au petit matin dans la salle d’attente déjà bondée de mon médecin généraliste, Hannah machouillant consciencieusement un quignon de pain dans sa poussette. Je suis particulièrement fatiguée et j’ai mal. Infection urinaire.

Quatre personnes patientent déjà.

Je compte rapidement : une vingtaine de minutes par consultation équivaut à plus d’une heure d’attente. Beaucoup trop à mon goût pour supporter la douleur.

Ma petite voix négative, sautant sur l’occasion que lui offre ce moment de fatigue, s’enclenche et me murmure à l’oreille :

« Tu en fais trop, te voilà dans le rouge ! »

Je la maudis. Et ce matin, je dispose de 3600 secondes pour me battre avec elle, remettre en question l’organisation de la maison, l’intendance, mon boulot et revisiter chacun des temps que je passe auprès des enfants à écouter, rassurer, consoler, encourager, aider et soigner. Lire la suite…

HB-article-seins

Mes seins

J’ai toujours été une folle dingue du dialogue intérieur. Mais les choses ont empiré depuis quelques années. Maintenant, je parle même à mon corps. Et notamment à mes seins.

C’est un fait.

Je les regarde, nus et blancs, dans le miroir de la salle de bain tandis que je me déshabille pour me doucher :

« Un peu palots, mes chers amis. J’aurais dû accepter de vous laisser caresser par le soleil. Aux côtés de ma gorge dorée, vous auriez meilleure allure. »

L’un cloche du téton tandis que l’autre regarde ailleurs. Il faut que je vous dise : je souffre d’un léger strabisme « tétonnier » divergent. Comme la rééducation du téton n’existe pas (avez-vous déjà rencontré des orthoptistes de la poitrine ?) je n’ai jamais osé parler de ce complexe à n’importe quel médecin, même le plus indulgent, de peur de passer pour une psychorigide de la poitrine parfaite.      Lire la suite…

HB-article-princesse

Elle est moche, ta princesse

Iris tapote le coussin du canapé : j’ai promis de lui raconter une histoire.

Ses yeux débordent de gourmandise tandis qu’elle me tend son livre favori. Il me suffit d’un quart de seconde pour déchanter :

« Aaaah ! Non Iris, pas La reine des bisous, on l’a lu déjà 542 fois cette semaine. On ne pourrait pas raconter une autre histoire ? »

Je voudrais me lever, mais Iris saute sur mes genoux rouillés pour s’installer confortablement et me déglinguer au passage mon petit orteil de pied.

Je sens que mes cheveux se hérissent. Que mon égoïsme enrage. Je sens que je vais « péter une durite ». J’ai tellement honte de toutes les pensées qui affluent dans ma tête que je n’ose pas même vous les partager. Je n’ai pas du tout envie de lire La reine des bisous. C’est mièvre.

Je commence donc l’histoire d’une voix ramollie

comme le beurre du dimanche matin à 10h en plein mois d’août que mes enfants ont oublié de ranger. Iris me secoue le bras :

« Non, maman, pas comme ça ! »

Sa détermination m’amuse et me fait sourire. A la deuxième page, je décide de varier ma diction, en mode accéléré. Ses grands yeux ronds me fixent curieusement, avec un brin de malice : Lire la suite…

HB-article-houle

La houle

Cernée, elle passe délicatement la porte du bureau. Elle m’explique que cette nuit, elle a mal dormi, qu’en ce moment, le ton monte, les portes claquent. Elle perd patience.

Elle pense à ces mamans dont les enfants vont bien et réussissent ; à celles qui collectionnent, depuis la petite section, les gommettes vertes, les félicitations trimestrielles, les mention TB, les chambres bien rangées, les mercis et les câlins. Elle se passe en film ces mamans qui ont le chic de dialoguer avec leurs marmots, quand ce n’est pas avec ceux des autres. Elle se demande comment font les familles où « ça » ne crie pas, où tout le monde s’entend bien. Pas de vague.

« Et ta fille, ça va ? »

Dans les repas entre copines, elle éclipse le sujet, ravale sa salive, change de conversation. Elle n’a pas envie d’en parler parce qu’elle a peur d’être jugée, d’avoir un peu honte. C’est comme avouer un échec : il y a un arrière goût d’amertume dont on ne peut se satisfaire. On se dit qu’on expose un truc qu’on a loupé, sauf qu’ici, on ne sait pas très bien ce qu’on a raté, exactement.

Suis-je trop sévère ? Pas assez présente ? Trop sur son dos ? Pas assez proche ?
Lire la suite…

HB-article-serie pere 4

Leçon n°4 : dessiner un triangle

Vous voyez à peu près à quoi ressemble un triangle ? Bon. Dessinez-le sur un papier, nous l’appellerons M,P,E.

Ça vous évoque un vague souvenir de Brevet ? Soit. C’est d’époque. Mais puisque nous avons grandi, alors changeons les consignes :
M = Mère
P = Père
E = Enfant Lire la suite…

HB-article-serie pere3

Leçon n°3 : laisser passer les tempêtes, et valser… librement

« Équipe gagnante », ai-je écrit la dernière fois ? Pas toujours si simple, la nouvelle implication des pères entraîne un double mouvement :

  • Du côté de la mère :

Il faudra qu’elle accepte de laisser des espaces au père.*

* Quand bien même sa propre mère ou belle-mère pourrait lui reprocher de ne pas suffisamment s’occuper des enfants ou d’en laisser trop à son mari** !
** Quand bien même il peut être difficile de lâcher les rênes du foyer. Même 5 minutes ! Lire la suite…

HB-article-serie pere 2

Leçon n°2 : un rôle sur mesure

Rassemblez-vous : distribution des rôles ! Travail de scène ? Non.

Travail de vie !

« Je suis admirative de ce que font les jeunes papas ! » me partage cette grand-mère bien âgée. « Ils sont vraiment habiles pour changer une couche, savent préparer un repas… ce que ne faisait pas mon mari. Cela ne veut pas dire qu’il ne s’en préoccupait pas, mais c’était comme ça. Et puis, j’étais aidée, je ne peux pas dire que j’étais malheureuse !» Lire la suite…

WhatsApp Image 2018-07-02 at 11.37.26

Leçon n°1 : le laisser naître à sa paternité

On ne naît pas père, on le devient.

La naissance actualise ce devenir en herbe. Première rencontre. Premier regard. Premiers gestes. S’adapter à ce nouvel autre -mon tout petit – est un apprentissage qui renvoie chaque homme à ce qu’il est, son histoire, mais aussi à sa capacité de croire qu’il pourra être père. Un bon père. Lire la suite…

HB-article-serie pere 0

Je rêve d’un père

C’est un fait, on ne va pas refaire l’Histoire et ses (r)évolutions : les femmes, en investissant le monde du travail, ont progressivement sollicité les hommes afin qu’ils s’impliquent davantage au sein du foyer. Marmots, boulot, dodo : il fallait être aidées, ne pas rester seules. Et le débat n’est pas clos.

Leurs aspirations s’étendent toutefois au-delà des services rendus et du partage des tâches. Lire la suite…

HB-article-histoire-de-chaussettes

Histoire de chaussettes (et de famille nombreuse)

6h, ce matin :

Mon mari s’approche de moi, un paquet de chaussettes hétéroclites dans les bras. Toutes orphelines, trouées, vieillies. Les chaussettes, se sont les mal-aimées de notre garde-robe familiale. On a un vrai problème avec les chaussettes.

« Faudra faire du tri, un de ces jours » me rappelle-t- il en cherchant deux chaussettes noires à sa taille et presque pareilles. Il repartira avec une chaussette haute, une chaussette basse, mais sous son pantalon de costume, personne ne le verra. La chaussette ne fait pas l’homme, n’est-ce pas ? Lire la suite…

HB-article-ces-grosses-fe-fesses

Elles sont à qui, ces grosses fe-fesses ?

Hannah me regarde en babillant alors que je la déshabille. Iris commence à sauter sur le lit, puis lance sa chemise en l’air : la voilà nue comme un ver. C’est l’heure du bain. Jacques vient à ma rescousse. Du haut de ses 9 ans, je lui demande d’attraper sa petite sœur qui se sauve en hurlant. Hannah bat des mains et des pieds. J’adore ses bourrelets, ses triples cuisses et ses joues boudinées. Je serai capable de les étouffer de baisers qui pètent.

Iris a disparu. Cachée sous le tapis, on ne distingue que le bas potelé de son dos.

« Mais elles sont à qui ces grosses fe-fesses ? » s’exclame son frère. « À moi ! » répond une petite voix hilare.

Le bain coule. Ce temps du soin est un moment joyeux. Au-delà des débordements de joie et de baignoire, cet espace laissé à la nudité est un privilège donné à nos plus petits pour, déjà, parler du corps, de l’intimité, de la différence des sexes, et tisser avec eux un lien de tendresse singulière. Lire la suite…

lettreauxfemmes

Lettre aux femmes

S’il est des écrits qui nous bouleversent, alors la Lettre aux femmes de Jean Paul II, rédigée en 1995, en fait partie. Je ne compte plus le nombre de fois où je l’ai lue, et tout particulièrement ces dernières années. Que l’on soit croyante ou non, on ne peut rester indifférente à la profondeur de ces quelques pages. Lire la suite…

HB-article-seduisanteseductrice

Séductrice ou séduisante ?

« Je vivais cette période de ma vie comme un élan : j’étais heureuse. J’avançais dans un temps de réalisation personnelle. Je me sentais libre, spontanée, belle. La question n’était pas de séduire ou non. Ma vitalité était naturellement contenue dans le seul fait d’être femme. Je ne pensais pas à l’impact que cela aurait sur les autres, et notamment sur cet homme. J’étais peut-être séduisante, mais jamais je n’ai été séductrice. » Elle s’arrête : « L’intention n’est pas la même, vous comprenez ? »

Lire la suite…

HB-article langage amouor

Comment lui direz-vous « je t’aime » ?

Aimer et être aimé…

Nous aspirons tous à être aimé de façon authentique, pour ce que nous sommes.
Et nous avons tous besoin d’aimer en retour. Je le dis souvent aux personnes, petites et grandes, que j’accompagne :

Ce désir est sain. Il est essentiel et constitutif de notre humanité. Pour vivre heureux, « debout », nous avons autant besoin d’aimer que d’être aimé, autant besoin de se sentir aimable que de signifier notre amour.

Pourtant, au regard de mon expérience de femme, d’épouse et de mère, à l’écoute de ce que me confient les couples, aimer et se laisser aimer ne semble pas si simple. Ce désir est même la source de nombreux malentendus, quand il ne provoque pas (souvent, parfois !) de grandes déceptions et blessures.

Lire la suite…