Hélène Bonhomme

Hélène Bonhomme
Hélène Bonhomme est auteure, conférencière, fondatrice du site fabuleusesaufoyer.com et chroniqueuse sur lepoint.fr. Après une prépa littéraire, des études de philo, plusieurs années d’enseignement et plusieurs autres de rédaction web, elle devient mère au foyer. Elle commence à interviewer des femmes inspirantes et à mettre par écrit des pensées motivantes. C’est ainsi qu’ont vu le jour ce blog en mars 2014, puis en mai 2015 son livre collaboratif pour révéler la fabuleuse en chaque maman et en octobre 2016 son petit guide de l’imperfection heureuse. Elle est mariée à David le fabuleux et maman de Roman et Adelin. Sa mission : aider les mamans qui veulent sortir la tête de l’eau, prendre un peu de recul sur leur quotidien et commencer à aimer leur vie !

VOIR TOUS SES ARTICLES

HB-article-lyon

Savoir s’entourer

T’arrive-t-il parfois de te sentir “plombée” après une conversation qui te laisse vidée de ton énergie ? Tu sais, ce moment où les râleries et les plaintes des autres te tirent vers le bas et te sapent le moral…

Aujourd’hui, je t’emmène dans mes valises, sur la route de la fabuleuse tournée. On parle de l’importance de savoir bien s’entourer : Lire la suite…

HB-article-serenité

Burn-out maternel, comment j’ai retrouvé la sérénité

Tu es maman et tu te sens épuisée ?

  • Tu déprimes à l’idée de sortir du lit,
  • Tu perds fréquemment patience avec tes enfants,
  • Tu comptes les heures : « vivement qu’ils dorment »,
  • Si seulement tu pouvais revenir en arrière, dans ce monde merveilleux où personne ne te tape sur les nerfs à longueur de journée…
  • Il t’arrive parfois d’avoir envie de tout plaquer ?

Tu te demandes si c’est seulement un petit coup de mou ou bien si tu as affaire, sans le savoir, aux symptômes d’un burn-out maternel ?

  • Tu as l’impression d’être la seule à avoir autant de mal à gérer le quotidien en famille : « pourquoi les autres y arrivent et pas moi ? »
  • Tu es à la recherche de solutions pour sortir enfin la tête de l’eau et retrouver la sérénité
  • Tu veux recommencer à vivre, et non subir ta vie !
  • Tu te sens prête à dire stop à cet épuisement qui te pourrit la vie

Lire la suite…

egoisteetfab

“Moi d’abord” : égoïste et fabuleuse

Vides, les étagères du frigo. Désespérément vides.

Pleine, la porte du frigo. Pleine de tous ces vieux pots que je n’ose plus ouvrir depuis des mois : de la sauce barbecue qui date de l’été dernier, 4 bouteilles de ketchup entamées, un bocal d’olives plus très vertes, un demi-oignon et sa copine la demi-échalote, oubliés dans du vieux papier alu… Faudrait trier tout ça. Et puis partir faire les courses. Avec une vraie liste, cette fois. 

Depuis 3 semaines, matin et soir, Adelin réclame ses chaussettes pisderman.

3 semaines que je lui réponds :

« Désolée mon chéri, elles sont quelque part dans ce tas de linge sale, mais maman ne les a pas encore trouvées ni lavées. »

Mon mari est à l’autre bout de l’Europe. Hier soir, j’ai réussi à coucher les enfants une heure plus tôt que d’ordinaire : pas de puzzle, pas d’histoire, juste un bisou, une chanson et dodo. Par miracle, ça a marché. Et je suis allée me coucher à19h26. 19h26 ! Dieu existe. Lire la suite…

View More: http://photographybywinter.pass.us/bonhomme

Pourquoi je m’aime

Ce texte a certainement été le plus difficile à écrire depuis mes débuts. Dire qu’on s’aime, ça ne se fait pas. Ça met tout le monde mal à l’aise. Ça fait prétentieux. Ça fait bizarre. Ça fait un peu malsain. Comme si on avait le droit (le devoir !) d’aimer tout le monde, sauf soi. L’article que vous vous apprêtez à parcourir m’a pris, au bas mot, deux années de travail acharné. Deux années pour conquérir, ma foi et ma thérapeute aidant, un territoire mystérieux, incompris et trop souvent négligé : l’amour pour soi.

Pourquoi je m’aime

  • PAS parce que je suis particulièrement jolie – sinon je m’aimerais uniquement les jours de mariage, ou en tout cas APRÈS m’être tartinée de l’anti-cernes.
  • PAS parce que je suis particulièrement intelligente – sinon je m’aimerais uniquement quand je n’oublie pas d’acheter du PQ ou quand je ne balance pas x fois la même connerie qui – je le sais, pourtant ! – va encore déclencher une crise nucléaire conjugale.
  • PAS parce que je suis particulièrement aimable – sinon je m’aimerais uniquement lorsque je ne râle pas, lorsque je ne me plains pas, lorsque je ne pense pas qu’à moi et lorsque je ne dis pas de gros mot.
  • PAS parce que je suis particulièrement douée – sinon je m’aimerais uniquement lorsque je parviens à ouvrir les paquets de riz de manière à PAS ramasser des grains dans toute la cuisine.

 

Alors, pourquoi je m’aime ?
(et pourquoi tu devrais t’aimer)

 

Lire la suite…

HB-article premiers secours

Premiers secours relationnels

Retrouvez Hélène Bonhomme lors d’un séminaire de formation pour fabuleuse aidante.

Lorsqu’une personne se blesse ou fait un AVC dans la rue, on ne fait pas n’importe quel geste. De la même manière, lorsqu’une personne de notre entourage va mal, on ne dit pas n’importe quoi !

Aider de manière efficace et sereine, c’est possible grâce à une compétence-clé dont beaucoup d’entre nous ont entendu parler mais que très peu de gens utilisent vraiment : l’écoute active. Lire la suite…

HB-article CONFIANCE

Le mot de l’année

Au Nouvel An, nous avons fait un tour de table :

“2019 en un mot, pour toi ce serait … ?”

Je dois confesser que je raffole de ce type d’exercice (ne m’invitez pas à dîner, je vous poserais trop de questions philosophiques à table^^).

“Mon année 2019 en un mot” :

la réponse, je l’ai trouvée très vite. Elle était tapie au fond de mes tripes, nourrie par une année 2018 haute en couleurs ainsi que par mes dernières pérégrinations intérieures. Pour moi, c’était une évidence : le mot de mon année 2019 serait CONFIANCE.

Il y a quelques semaines, quelqu’un m’a repostée sur Instagram avec pour légende “@helenebonhomme, la fille qui n’a peur de rien” ou quelque chose comme ça. La remarque m’a évidemment faite sourire (il s’agissait d’une photo délire où je m’affichais en maillot de bain après une bataille de boue). Mais cette phrase m’a aussi fait réfléchir.

“Moi, peur de rien ?”

C’est loin, vraiment très loin de ma réalité.

En fait, je dirais plutôt que j’ai peur de tout. Ou plus précisément : que j’ai toujours peur de quelque chose. Demandez à mon mari, il vous confirmera ! Lire la suite…

video-bonne-annee-2019

Ce qui t’attend si tu es maman

À toi, maman qui ne te reconnais pas dans les voeux de réussite, paix et succès…

…(parce que pour toi le succès c’est une journée où tu auras pu te poser 3 minutes sur le canapé sans que personne ne renverse son jus d’orange sur ton pantalon) : bonne année 2019 ! Lire la suite…

HB-article cest facile pour vous

Oui, mais pour vous c’est facile

L’amour chez les autres : un jeu d’enfant ?

« Ça a l’air tellement simple pour David et toi », m’a-t-on dit dernièrement.

Ah ouais, c’est ce que tu crois ?

Alors tu n’as jamais vu le film de guerre qui a été tourné chez moi depuis qu’on est en couple. On y trouve tous les ingrédients de la parfaite production hollywoodienne :

  • Un scénario bien ficelé, qui te tient suffisamment en haleine pour que tu ne saches jamais vraiment qui est le gentil et qui est la méchante (ou inversement).
  • De l’action, avec des portes qui claquent et moi qui m’enfuis dans la nuit pour hurler ma rage tranquille dehors (faudrait quand même pas réveiller les gamins).
  • Du sang, comme la fois où la chaise a valsé et celle où la vitre a pété.

Lire la suite…

HB-article loup blanc noir2

J’ai des idées noires

Illustration : Aurélie M.G.

D’après une fable amérindienne, nos luttes intérieures sont semblables à un combat entre deux loups de force égale :

  • le loup noir et sombre, qui représente notre mauvaise humeur, nos peurs, notre découragement ;
  • face à lui se tient le loup blanc et lumineux, qui représente notre joie, notre sérénité, notre indépendance émotionnelle.

Parfois, au cours de cette lutte sans merci, l’un des deux loups prend le dessus. Mais sa domination ne dure jamais très longtemps car son adversaire revient à la charge avec encore plus de vigueur.

On la connaît bien, n’est-ce pas, cette sensation de lutter sans cesse à l’intérieur, cette sensation d’être tiraillée entre d’un côté le courage d’aller de l’avant, et de l’autre côté l’envie de se laisser aller à ce qui nous tire vers le bas ! Lire la suite…

HB-visu-kdo-gratitude2

Le cadeau, c’est la gratitude

“Je fais la liste. Non pas des cadeaux que je veux, mais de ceux que j’ai déjà.” Ann Voskamp, Mille cadeaux

La boîte aux lettres se remplit de revues de toutes les couleurs, qui si elles tombent entre leurs petites mains, réveillent en eux l’envie incompressible de tout commander. Ils font leur liste de cadeaux. Avec un peu de chance, ils joueront deux, peut-être trois semaines avec ces nouveautés. Et ensuite ils se lasseront. Nos enfants sont ingrats…

Mais ils ne le savent pas. Ils croient sincèrement que Noël leur apportera de la joie. C’est ce que je leur souhaite. Mais je leur souhaite surtout d’expérimenter cette vérité toute simple et pourtant si difficile à vivre au quotidien :

il y a de la joie toute l’année pour ceux qui veulent bien la voir.

Lire la suite…

to do list

Comment j’ai vaincu ma to-do-list (à tout jamais)

J’aime les listes. Pour moi, une journée réussie c’est une journée où j’ai pu BARRER, COCHER et « BULLETER » (pour celles à qui parle le concept de bullet journal). Ah, le plaisir de barrer une bonne chose de faite. Cette merveilleuse satisfaction du travail accompli, lorsque TOUS les points de votre liste disparaissent sous un gros trait de feutre noir.

Pour vous dire à quel point je suis accro aux listes : s’il m’est arrivé de faire dans la journée quelque chose qui n’était pas prévu (genre sortir les poubelles aujourd’hui parce que demain c’est férié), je rajoute sur ma liste « sortir les poubelles », juste pour avoir le plaisir de barrer ce que je viens de noter 3 secondes avant.

Bref, je suis folle. Folle de listes. Folle de ce sentiment terriblement agréable, et horriblement éphémère, cette joie inexprimable d’avoir tout barré. Quand TOUT est fait.

Sauf que je suis maman.

Lire la suite…

HB-YT-kit-de-survie

L’heure du crime

Ce moment de la journée où le niveau d’énergie de vos enfants commence à monter, tandis que vous vous videz progressivement de toute forme de motivation.

Cette tranche horaire sacrée, quelque part entre 18 et 20 heures, où l’éducation bienveillante n’a qu’à aller se faire foutre. Cette heure sombre où la première copine qui osera vous appeler pour prendre de vos nouvelles se verra expliquer en détail vos envies de meurtre. On fait quoi dans ces cas-là ? Lire la suite…

HB-article-rouleau

Premiers secours pour mamans au bout du rouleau

Est-ce que tu connais cette histoire ?

Un homme marchait sur une plage déserte. Peu à peu, il commença à distinguer la silhouette d’un jeune garçon dans le lointain.

Quand il fut plus près, il remarqua que le garçon ne cessait de se pencher pour ramasser quelque chose qu’il jetait aussitôt à l’eau.

Inlassablement, il lançait des choses à tour de bras dans l’océan.

En s’approchant davantage, l’homme remarqua que le jeune garçon ramassait les étoiles de mer que la marée avait rejetées sur la plage et, une par une, les relançait dans l’eau.

L’homme était intrigué.

Il aborda le garçon en lui demandant ce qu’il était en train de faire. Lire la suite…

pub-ebook-aidant

7 réflexes pour aider sans se faire avoir… et sans faire de dégâts

Moi qui travaille sur internet, j’aime savoir à qui je m’adresse… alors lorsque j’ai l’occasion de papoter « en vrai » avec vous, chères fabuleuses, je me sens pousser des ailes !

Lors de la tournée du Village, j’ai rencontré Valérie, qui m’a raconté à quel point sa vie change depuis qu’elle met en pratique tout ce qu’elle apprend ici… Mais aussi, comment via son activité de kiné, elle permet désormais à d’autres mamans d’oser prendre soin d’elles.

J’ai également échangé avec la fabuleuse Isaline, directrice d’une structure d’accueil, qui depuis qu’elle connaît les fabuleuses, encourage les mamans qu’elle côtoie en osant se montrer authentique — tout en étant professionnelle. Lire la suite…

christine-lewicki-helene-bonhomme-mompreneuse

Les joies d’être mompreneuse — Hélène Bonhomme & Christine Lewicki

Mompreneur, Mampreneur, Mompreneuse ou Mampreneuse… on ne sait plus très bien quel est le terme officiel^^ Il s’agit en tout cas de la contraction entre “maman” et “entrepreneuse” : une femme qui développe une activité professionnelle tout en ayant le profond désir d’y intégrer la parentalité. En somme : avoir un travail et des enfants, mais en plus, chercher activement à construire cet équilibre en créant sa propre structure.

Un joli concept sur le papier, mais bien plus compliqué dans la réalité ! Notre projet avance rarement aussi vite et aussi loin qu’on l’espérait, car notre nombre d’heure de travail est souvent limité… Alors on se dit qu’il en a de la chance, notre conjoint, de bosser “autant qu’il veut” ! Lire la suite…

HB-article-tout le monde2

Y’en aura pour tout le monde

« Pourquoi tu ne t’intéresses pas à moi ?”

Les enfants sont quand même sacrément doués pour poser des questions qui tuent.

On sort de 20 minutes de Lego, je suis en train de l’aider à s’essuyer le derrière, je me suis mise en retard dans mon boulot pour lui trouver la ficelle dont il avait absolument besoin pour fabriquer son robot en carton, je suis encore crevée de la nuit pourrie que j’ai passée à cause de sa toux, et mon fils de 6 ans me reproche de ne pas m’intéresser à lui.

J’ai envie de lui balancer à la tête que s’il y en a bien UNE qui passe son temps à s’occuper des autres dans cette maison, c’est MOI ! Lire la suite…

HB-youtube-christine-1

Râler n’est pas une option

Hélène Bonhomme rencontre Christine Lewicki

Tu connais certainement Christine, si tu as entendu parler du phénomène J’arrête de râler ! J’ai eu la chance de la rencontrer cet été à Los Angeles. Ensemble, nous avons mijoté pour toi ces 7 minutes de motivation… car oui, il y a une vie après les râleries 🙂

Clique sur la vidéo pour découvrir :

  • pourquoi on râle le plus sur ceux qu’on aime le plus au monde
  • ce qui nous fait exploser
  • comment réduire l’écart entre tes attentes et la réalité (carrément plus bordélique^^)
  • comment commencer à aimer “ta vie ordinaire et pas toujours sexy” !

Lire la suite…

HB-article-maman ny comprend rien

Aux mamans qui n’y comprennent rien

Cette semaine, mes jumeaux ont soufflé leur 6 bougies. Je me remémore ce basculement irréversible dans un monde parallèle, où rien ne sera plus jamais pareil. Cette tornade qui a bousculé tout ce que je croyais savoir de moi-même, des autres et du monde.

Je les aime et ils me rendent dingue ; ils me rendent dingue et je les aime — je suis mère et je n’y comprends rien.

Ils fêtent leur anniversaire et je pense à notre troisième enfant, celui qui n’est jamais né. Paradoxalement, avoir vécu une fausse couche a profondément nourri mon expérience de la maternité, cette maternité vibrante, tapie au fond de mes tripes, qui par deux fois m’a prise par surprise. La première fois par le mystérieux dédoublement d’un amas de cellules, qui fait que deux garçons presque identiques cohabitent sous mon toit. La deuxième fois, c’est en me quittant avec fracas que la maternité m’a prise de court.

Expérimenter la maternité, c’est expérimenter toutes sortes de choses qui ne se savent pas, qui ne se contrôlent pas, qui ne se prévoient pas.

Lire la suite…

HB-article-culpabilite

Mamans : ce qu’il faut savoir pour dépasser la culpabilité

Quand quelque chose ne tourne pas rond dans la vie de famille, quel est le premier réflexe de la plupart des mamans ? Chercher en quoi tout est de leur faute ! Voici 4 essentiels à connaître pour dépasser la culpabilité maternelle.

1. Devenir mère, c’est ta vie entière qui passe à la machine à laver

La maternité, c’est la petite qui fait de l’asthme, le grand qui a la bonne idée de s’ouvrir l’arcade un dimanche soir, un vomi gluant sur ton chemisier neuf, la salle de bain inondée, les factures à payer, ton ado qui ne t’écoute plus, ton conjoint qui ne voit pas en quoi ça te stresse…

… et autant de raisons de piquer une crise.

Lire la suite…

HB-article-travail foyer skizophrenie

Travail et foyer : la fin de la schizophrénie

En devenant maman, j’ai découvert la désagréable impression de n’être jamais au bon endroit, jamais au bon moment.

Ça a commencé pendant mon congé parental :

lessivée par d’interminables journées au rythme de mes jumeaux, j’étais profondément heureuse d’assister aux premières loges à leurs trois premières années de vie sur Terre. Pourtant, j’étais désespérément convaincue de perdre mon temps et frénétiquement jalouse de mon mari, qui à sa guise pouvait papoter autour de la machine à café de l’entreprise que nous venions de créer.

Et puis ils sont entrés à la maternelle, et je me suis inventé un nouveau travail — travail que je n’ai jamais l’impression de faire “assez bien”, à cause de la logistique familiale qui déborde de partout. J’adore mon travail et je voudrais avoir le temps de m’y impliquer davantage, pourtant, lorsque les journées sont trop longues, lorsque la scène m’emmène trop loin, alors je pense à ceux que j’aime le plus au monde, et mon coeur se sent tiraillé, et je crois me noyer dans les injonctions contradictoires qui inondent ma tête. Lire la suite…

HB-article-conjuguer communiquer

Apprendre à conjuguer pour mieux communiquer

La communication, ça n’est pas une science infuse ! On a beau savoir la règle, il y a tellement de paramètres en jeu : entre ce que moi je ressens, ce que l’autre ressent, tout ce qui n’est pas dit etc… Yolande Ziegler Schwab, psychopraticienne et coach de vie nous donne une clé pour mieux communiquer avec notre entourage : apprendre à conjuguer !

Pourquoi parler de conjugaison au sujet de la communication ?

Yolande : Demander, recevoir, donner, refuser : ces 4 verbes tous simples, il nous faut apprendre à les conjuguer dans nos vies pour bien communiquer avec notre entourage, parce qu’une relation vivante suppose ces 4 possibilités de réaction ! Pour être dans une dynamique d’amour et de vérité avec nos proches, nous devons apprendre à conjuguer ces quatre verbes dans nos vies. Cette manière rigolote de dire les choses – et facile à retenir ! – recouvre des réalités très importantes. Lire la suite…

HB-article-video yolande dispute

Ces phrases qui déclenchent une dispute

Pour bien communiquer avec son conjoint ou ses enfants, il y a une règle de base :

Éviter les généralisations !

Yolande Ziegler-Schwab, psychopraticienne et coach de vie, nous explique qu’il faut éviter certaines phrases toutes faites ou formules qui n’ont qu’un seul effet : agir comme un “scud” et dynamiter la communication.

Ces scuds, ce sont tous les mots comme « toujours, jamais, tout, tous, personne, chaque fois, … » Des généralisations que l’on dit sans même y réfléchir et qui flinguent tout parce qu’elles brisent le lien de la communication. Lire la suite…

HB-articlevideo yolande tu

Le “tu” qui tue

Accuser l’autre, c’est beaucoup plus facile que de parler de soi !

Dans cette vidéo, Yolande Ziegler-Schwab, psychopraticienne et coach de vie, nous explique pourquoi il faut éviter de dire “tu” si l’on veut bien communiquer avec ses proches. Quand on s’adresse à l’autre en disant “tu”, on l’agresse, on l’accuse. Or, devant un reproche ou une accusation, quelle est notre réaction naturelle ? Nous défendre. Le résultat, c’est que nous n’entendons pas ce que l’autre cherche à nous dire… Lire la suite…

HB-article-yolande signes reconnaissance

La puissance du feedback positif

“Mes parents me faisaient des remarques quand j’avais de mauvaises notes, mais quand j’avais de bonnes notes, personne ne disait que c’était bien…”

Donner des signes de reconnaissance positifs aux membres de notre famille : une habitude pas très ancrée dans notre culture française, et pourtant primordiale ! Cette pratique, qui peut révolutionner le quotidien de ta vie de famille, nous est exposée par Yolande Ziegler-Schwab, psychopraticienne, coach de vie et maman de 2 garçons de 17 et 20 ans.

C’est quoi, un signe de reconnaissance positif ?

Yolande : Le concept est issu de l’analyse transactionnelle. Son fondateur, Éric Berne, définit un signe de reconnaissance, ou feedback, comme « Tout acte impliquant la reconnaissance de la présence d’autrui ». Le signe de reconnaissance est donc un message que j’envoie à l’autre, pour lui signifier que pour moi il existe, que je sais qu’il est présent : un bonjour, un sourire, un regard, une accolade, une écoute attentive, un compliment, un encouragement… Lire la suite…

rentree

Mamans : le trac de la rentrée

Ce matin, de concert avec les autres mamans de France, je pleure.

Certaines pleurent de joie (enfin la paix !), d’autres pleurent d’angoisse (est-ce qu’on finira l’année ?) — moi je ne sais pas vraiment pourquoi je pleure. En fait, je crois que ça me fait du bien pleurer. Je pleure certainement parce qu’ils sont grands et parce que moi, je me sens toute petite.

Reconnaissance et honneur d’être leur mère. Fierté d’avoir pu leur donner, je crois, tout ce dont ils ont besoin pour affronter une nouvelle étape de leur vie. Doutes et regrets sur mes “peut-mieux-faire”. Soulagement de tourner une page. Peur d’ouvrir un nouveau chapitre.

Car c’est aussi ma rentrée, l’ouverture des possibles (pendant quelques heures par jour, n’exagérons pas), le retour à la réalité, la frousse de ne pas y arriver. Lire la suite…

HB-youtube-pk je maime

VIDÉO – Pourquoi je m’aime

Dire qu’on s’aime, ça ne se fait pas. Ça met tout le monde mal à l’aise. Ça fait prétentieux. Ça fait bizarre, et même un peu malsain.

Pendant presque 30 ans, je ne me suis pas aimée.

Comme si on avait le droit (le devoir !) d’aimer tout le monde, sauf soi. Lire la suite…

travail mi temps

Le travail à mi-temps : un rempart contre l’épuisement maternel ?

Le travail à mi-temps, un rempart contre l’épuisement maternel ? Non, juge Moïra Mikolajczac, coauteure de « Le Burn-out parental : l’éviter et s’en sortir », dans cet entretien avec Hélène Bonhomme.

Contrairement aux idées reçues, le travail à mi-temps est loin d’être un rempart contre l’épuisement maternel. C’est ce qu’a pu constater Moïra Mikolajczac, coauteure de Le burn-out parental : l’éviter et s’en sortir (Odile Jacob, 2017). D’après les travaux de cette chercheuse belge, le travail à mi-temps constitue au contraire un important facteur de risque pour les parents épuisés. Pourtant, on pourrait penser que, pour concilier au mieux vie personnelle et vie professionnelle, l’idéal est de couper la poire en deux.

D’après vos recherches, le travail à mi-temps augmente le risque de craquer ?

Moïra Mikolajczac : Nos recherches montrent en effet que, contrairement aux personnes qui travaillent à temps plein, celles travaillant à mi-temps sont moins nombreuses à ne pas être en burn-out (44 % pas du tout en burn-out, contre 54 % chez les personnes travaillant à temps plein).

Il apparaît surtout que les personnes travaillant à mi-temps sont plus nombreuses à se tenir sur les franges à risque.

Lire la suite…

HB-vignette monde tourner

Le monde ne s’arrêtera pas de tourner

On rêve toutes d’une île déserte où personne ne hurle « MAMAAAAAAN » à toute heure du jour et de la nuit.

Disparaître de la circulation : comme ce serait fabuleux…

Oui, mais :

  • Qui s’occupera de vérifier que les devoirs sont faits ?

  • Qui prendra la température du petit qui fait ses dents ?

  • Et qui lancera une machine à 30° sinon tout le monde râle parce que son t-shirt a déteint ?

  • Hein, qui ?

L’art de la délégation : c’est la piqûre de rappel du jour. Lire la suite…

HB-article-vrais-papas

Les vrais papas

Il y a le père de la mariée,

papa poule et jaloux, prêt à tout pour garder sa fi-fille pour lui tout seul.

Le papa flingueur,

comme dans Taken, le genre qu’il ne faut pas emmerder : “je ne sais pas qui tu es, mais je te trouverai et je te tuerai”.

La gloire de mon père :

le papa de nos souvenirs les plus anciens, qui sentent l’eau de Cologne et chantent les cigales.

Et aussi le père Noël :

celui qui n’existe pas… pièce manquante du puzzle de notre histoire. Lire la suite…

HB-article-journal

Tenir un journal, avec Florence Servan-Schreiber

Tu as l’habitude de mettre par écrit tes ressentis ? De poser tes états d’âme sur les pages d’un journal ? Si oui, alors cette vidéo va t’intéresser : j’y interroge Florence Servan-Schreiber sur les bienfaits du “journaling” (come on, ça fait mieux en anglais !)

Si à l’inverse, tu n’as pas la fibre littéraire et que la simple idée de te retrouver face à une page blanche te donne des boutons, je t’invite à regarder toi aussi cette vidéo… en effet, Florence t’y explique avec beaucoup de classe que tenir un journal est une pratique qui change la vie, et que cette habitude est beaucoup plus accessible et beaucoup moins désagréable qu’on ne le pense ! Lire la suite…