Ariane Langlois

Ariane Langlois
Depuis toute petite, Ariane Langlois écrit du matin au soir. Journaliste spécialisée en santé et psychologie, elle travaille pour la presse magazine féminine depuis plus de dix ans et tente de répondre chaque jour aux problématiques rencontrées par les femmes et mères d’aujourd’hui. Amoureuse des livres, elle tient aussi un blog consacré aux ouvrages pour la jeunesse : http://www.onlitunlivre.com/ Mariée à son Fabuleux très fabuleux depuis dix ans, sa vie tourne surtout autour d’une brunette à lunettes et d’une blondinette à bouclettes de 7 et 3 ans. Heureuse maman, elle tente - comme toutes les Fabuleuses - de conjuguer carrière professionnelle et vie familiale remplie : un vrai défi au quotidien !
http://www.onlitunlivre.com/

VOIR TOUS SES ARTICLES

HB-belle mere belle fille 2

Belle-mère/belle-fille : des pistes pour mieux s’entendre

Après un premier article consacré à cette relation particulière, voici quelques “scénarios” douloureux pour l’une comme pour l’autre, et pourtant répandus :

  • Quand la belle-mère est envahissante
  • Quand elle a la critique facile
  • Quand elle se montre trop rigide
  • Quand elle entend éduquer les enfants à notre place
  • Quand la belle-fille a tendance à partir au quart de tour
  • Quand elle prive sa belle-mère de ses petits-enfants
  • Quand la belle-fille ne fait pas l’effort de faire un pas vers l’autre
  • Quand on ne se comprend pas (culture, mode de vie trop différents)
  • Quand on ne se supporte pas, tout simplement (caractères opposés, points de vue différents, manque d’intérêts communs…)

Le secret, c’est le respect !

Lire la suite…

HB-bellemere

Belle-mère/belle-fille : pourquoi ce n’est jamais simple ?

S’il est une relation dans laquelle on marche sur des œufs, c’est bien celle-là. Je suis sûre que vous voyez de quoi je veux parler. Tendue, fragile, la relation belle-mère/belle-fille ne va pas de soi et – contrairement à la filiation – elle n’est jamais définitivement acquise. À tout moment, un caillou dans la chaussure peut la remettre en question.

« Au début, tout allait bien, confie ainsi Aurélie. Je la voyais de temps en temps, quelques heures, on se supportait bien. Tout a déraillé quand Florian et moi avons emménagé ensemble. Là, elle est devenue envahissante, elle téléphonait ou venait régulièrement sans s’annoncer, s’invitait dans nos prises de décisions personnelles. Florian avait inconsciemment son modèle en tête pour tout et j’ai eu du mal à trouver mes marques au sein de notre foyer, d’autant qu’il lui demandait conseil sur plein de choses. C’était à celle qui saurait mieux l’entourer et prendre soin de lui. »

Certaines mères, se sentant dépossédées de leur fonction maternelle, s’imposent assez vite comme des “rivales”. Par peur de perdre l’amour de leur fils, elles défendent bec et ongles leur territoire, oubliant qu’il s’agit d’une course vaine : après tout, nous voulons toutes les deux le bonheur de ce fils chéri ! Lire la suite…